Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

460 Billets

1 Éditions

Billet de blog 21 août 2013

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

La croyance est-elle compatible avec la démocratie?

Le ministre de l'Intérieur fait mine de s'inquiéter: "l’islam est[-il] compatible avec la démocratie (sic)"? On peut surtout poser cette autre question: la traque de familles géorgiennes, arméniennes ou tchétchènes exilées en France, la persécution des couples franco-étrangers, la poursuite des roms de squat en campement, ou l'encouragement à l'emploi au noir de travailleurs auxquels on refuse un titre de séjour sont-ils compatibles avec la civilisation? Reste le mystère de la foi de ces migrants, qui perturbe souvent la relation avec "l'autre étranger".

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le ministre de l'Intérieur fait mine de s'inquiéter: "l’islam est[-il] compatible avec la démocratie (sic)"? On peut surtout poser cette autre question: la traque de familles géorgiennes, arméniennes ou tchétchènes exilées en France, la persécution des couples franco-étrangers, la poursuite des roms de squat en campement, ou l'encouragement à l'emploi au noir de travailleurs auxquels on refuse un titre de séjour sont-ils compatibles avec la civilisation? Reste le mystère de la foi de ces migrants, qui perturbe souvent la relation avec "l'autre étranger".

Nombre des personnes qui se sont engagées dans le grand voyage vers l'Europe sont croyantes. Selon leur origine culturelle, ils seront chrétiens d'Orient, évangélistes, orthodoxes, musulmans, bouddhistes,... La foi les a sûrement soutenues dans leur détermination. Vivant maintenant dans un pays attaché au caractère privé de la religion, c'est avec le temps et quand la confiance s'est suffisamment établie, qu'au détour d'une phrase, souvent une phrase d'espoir, affleure cette source de leur résilience, qu’elles ne cherchent pas à afficher mais qu'elles ne sauraient taire

Lors des différents épisodes de la grève des travailleurs sans papiers, nous étions souvent réunis à parler et argumenter durant de longues journées et de longues soirées. Les grévistes se mettaient alors à l'écart pour prier, souvent sur un drapeau de la CGT en guise de tapis de prière.

Lors des petits matin de l'un des piquets de grève du mouvement des travailleurs sans papiers, nous discutions très vivement, de ce qui nous choquait des relations entre les hommes et les femmes et des sociétés patriarcales justifiées par les religions juives, chrétiennes, musulmanes, animistes, et contre lesquelles nous sommes loin d'avoir fini de nous battre. Combien d'années, en effet, ont séparé la Révolution Française de l'accès aux droits fondamentaux et droits civiques pour les femmes : droit de vote, droit au divorce, libre maternité ?

Nous savons bien hélas qu'il nous reste beaucoup de chemin à parcourir.

Nous nous sommes respectés dans nos différences, avec un fond de souffrance de part et d'autre de ne pouvoir vraiment partager. Appuyés que nous étions avec des accents divers, les uns sur la foi aussi puissante que leur force de combat pour leurs droits, les autres avec la conviction de se battre pour la liberté, l'égalité et la fraternité.

Il n'est question ici ni de prosélytisme ni de d'intégrisme. Un jeune Mauritanien de notre connaissance a vécu quelques années à Trappes, la ville des Yvelines où avait été soigneusement fanatisé le jeune musulman qui attaqua en mai 2013 un soldat dans le quartier de La Défense. Peu après son arrivée, il avait fait l'objet d'une tentative de cet ordre. Il raconte: "ils sont venus me dire qu'il fallait me préparer au djihad contre les incroyants. Je leur ai répondu: oui, je suis musulman mais j'aime l'Occident. Ils ont insisté, ils sont revenus plusieurs fois. La dernière fois ils étaient quatre et ils étaient menaçants. Mais je leur ai fait comprendre qu'ils perdaient leur temps".

Y a-t-il vraiment plus de naïveté à faire confiance à une personne qui prend ses responsabilités qu'à s'en laisser imposer par des slogans? Slogans qu'alimente la fermeture de notre monde politique à "l'étranger".

Martine et Jean-Claude Vernier, Elisabeth Zucker-Rouvillois

--

Deux clics: si vous avez raté les billets récents de Fini de rire et le sommaire complet du blog.

Abonné à Mediapart ou non, on peut s'inscrire ici pour être informé par courriel de la mise en ligne de nos nouveaux billets.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À la Une de Mediapart

Journal — Politique économique
Comment la Macronie a tourné le dos à la rationalité économique
Alors qu’en 2017, Emmanuel Macron se présentait comme le champion de « l’évaluation des réformes », il fait fi des évaluations scientifiques négatives sur sa politique économique. Désormais, sa seule boussole est sa politique en faveur du capital.
par Romaric Godin et Mathias Thépot
Journal
Projet de loi immigration : « Nous sommes sur des propositions racistes »
Le projet de loi immigration, porté par Gérald Darmanin, est discuté mardi 6 décembre à l’Assemblée nationale. L’occasion notamment de revenir sur les chiffres de « la délinquance des étrangers » avancés par le chef de l’État et le ministre de l’intérieur. 
par À l’air libre
Journal — Habitat
Faute de logement, des mères restent à l’hôpital avec leurs enfants
À l’hôpital Delafontaine, à Saint-Denis, sept femmes sont accueillies sans raison médicale. En cause : la  saturation de l’hébergement d’urgence. Maïrame, mère d’un bébé de cinq mois, témoigne. 
par Faïza Zerouala
Journal — Travail
Grève chez Sanofi : « Ponctionner les actionnaires pour augmenter les salaires »
Démarré le 14 novembre, le conflit social chez le géant français du médicament touche désormais une quinzaine de sites. Reportage à Montpellier, où les « petits salaires » de l’entreprise sont mobilisés pour une hausse des rémunérations.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
L'amour trouvera un chemin
Dans la sainte trinité du jazz, et sa confrérie du souffle, on comptait le Père (John Coltrane), le Fils (Pharoah Sanders) et le Saint-Esprit (Albert Ayler). Il est peu dire que le décès de Pharoah Sanders, le 24 septembre dernier, est une grande perte. L'impact de son jeu, du son qu'il a développé, de ses compositions et de sa quête vers la vérité, est immense.
par Arnaud Simetiere
Billet de blog
Playlist - Post-punk et variants
Blue Monday infini et températures froides bien en dessous de celles d'Ibiza en hiver. C'est le moment idéal pour glorifier le dieu post-punk et ses progénitures art rock ou dark wave, fournisseurs d'acouphènes depuis 1979. Avec Suicide, Bauhaus, Protomartyr, Bantam lyons, This heat, Devo, Sonic Youth...
par Le potar
Billet de blog
Rap et théorie postcoloniale : sur « Identité remarquable » de Younès Boucif
« Un Arabe qui fait du rap y’a pas grand-chose d’original », rappait Younès dans « J’me rappelle ». Mais quid d’un Arabe qui rappe, joue (au cinéma, au théâtre), écrit des romans, manage et se fait parfois, à ses heures perdues, documentariste ? À l'occasion de la sortie de son album, retour sur la trajectoire d'un artiste aux talents multiples.
par Matti Leprêtre
Billet d’édition
2. B.B. King et la légende de Lucille
Il suffit d’avoir admiré son jeu tout en finesse et en agressivité contenue, d’avoir vécu l’émotion provenant du vibrato magique de sa guitare, d’avoir profité de sa bonhomie joviale et communicative sur scène, de son humilité, et de sa gentillesse, pour comprendre qu’il n’a pas usurpé le titre de King of the Blues.
par Zantrop