Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

460 Billets

1 Éditions

Billet de blog 21 nov. 2016

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Déboutés du droit d'asile, mais toujours menacés dans leur pays

Comment expliquer que des personnes qui ont été persécutées, emprisonnées arbitrairement, harcelées, torturées, violées, humiliées par des représentants d'un État, ou sans en recevoir la protection, puissent ne pas obtenir la protection de la France ? Enquête auprès de professionnels de l'accueil, du soin et de l'asile.

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le 17 novembre 2016, le Centre Primo Levi a fait paraître le rapport "Persécutés au pays, déboutés en France - Rapport sur les failles de notre procédure d'asile". En voici le texte de présentation.

L'UNANIME REJET DES DÉBOUTÉS DU DROIT D'ASILE

Depuis quelques années, un glissement dans la perception du réfugié a amené les déboutés du droit d'asile à être pointés du doigt comme étant à la fois la cause et la solution des dysfonctionnements du système d'asile : même les discours les plus généreux en matière d'accueil des réfugiés présentent comme une évidence le fait que les déboutés " engorgent le dispositif " alors qu'" ils n'ont pas vocation à rester ". Le taux de rejet serait la preuve que les demandeurs d'asile sont en majorité des usurpateurs.

En conséquence directe de ce glissement, le gouvernement exerce une pression de plus en plus forte pour que les personnes déboutées soient renvoyées dans leur pays, et tous les candidats déclarés à la présidentielle 2017 affichent cette promesse comme l'une de leurs priorités... sans jamais que la qualité de l'examen des demandes soit remise en question, et sans considération pour les risques encourus en cas d'expulsion.

Pourtant, parmi ces " déboutés " se trouvent des personnes qui ont été victimes de la torture et d'autres formes de violence politique dans leur pays, et dont la vie y est toujours menacée.

LE CONSTAT TROUBLANT DE NOS ASSOCIATIONS

Dès sa création en 1995, le Centre Primo Levi s'est donné pour mission non seulement de soigner les traumatismes physiques et psychiques des personnes réfugiées en France, mais aussi de témoigner des effets de la violence politique. Les personnes qui y sont soignées ont été persécutées, emprisonnées arbitrairement, harcelées, torturées, violées, humiliées par des représentants d'un Etat (policiers, soldats...), ou sans en recevoir la protection. Elles ont vu des gens tués sous leurs yeux, parfois des proches. Elles n'ont pas eu d'autre choix que de fuir, laissant derrière elles tout ce qu'elles avaient (maison, métier, communauté, amis, parfois même enfants ou parents).

Or plus de la moitié des patients du Centre Primo Levi ont été déboutés du droit d'asile en France, " avec des conséquences dramatiques aussi bien sur leur état de santé et leurs conditions de vie que sur leur espoir de retrouver une vie normale ", constate Sibel Agrali, directrice du centre de soins Primo Levi.

Les chiffres des autres associations qui reçoivent des victimes de torture, structures de soins ou autres, sont tout aussi éloquents : en 2014, le Comede (Comité pour la santé des exilés), par exemple, a suivi 340 personnes déboutées du droit d'asile, dont 71% avaient subi des violences et 23% des actes de torture.

Comment expliquer que de telles personnes puissent ne pas obtenir de protection internationale ?

L'enjeu de cette question est de taille, car s'ils sont quelques centaines à être repérés par ces associations, combien sont-ils en tout à passer à travers les mailles du filet de protection de la procédure d'asile et à tomber dans les statistiques des " déboutés ", dont le nombre grandissant inspire la méfiance, au point de mettre en péril l'institution même de l'asile ?

LE CENTRE PRIMO LEVI A ENQUÊTÉ

Face au manque d'informations sur lequel sont fondés l'opinion publique et les discours de nos leaders politiques, le Centre Primo Levi a pris l'initiative d'aller enquêter auprès d'un grand nombre de professionnels de l'accueil, du soin et de l'asile.

Quel parcours suit-on avant d'être débouté ? Quelles sont les failles de la procédure qui peuvent expliquer que des personnes ayant été victimes de la torture et d'autres formes de violence politique se fassent débouter et menacer d'expulsion ? Quels sont les impacts sur leur état de santé psychique et physique, et quelles sont les perspectives qu'il leur reste une fois que leurs droits et leurs espoirs ont été quasiment réduits à néant, et qu'ils ne peuvent pour autant pas rentrer dans leur pays sans risquer leur vie ? Telles sont les questions auxquelles le Centre Primo Levi propose de répondre à travers ce rapport, pour tenter de dissiper les préjugés et de lever le voile sur ces personnes prises dans une impasse dramatique.

Fort de son expérience et des constats qu'il tire de son enquête, le Centre Primo Levi formule une liste de recommandations à l'attention des pouvoirs publics afin que les survivants de la torture et de la violence politique soient reconnus en tant que tels et que la protection qui leur est due leur soit garantie.

--

Deux clics: si vous avez raté les billets récents de Fini de rire et le sommaire complet du blog.

Abonné à Mediapart ou non, on peut s'inscrire ici pour être informé par courriel de la mise en ligne de nos nouveaux billets.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À la Une de Mediapart

Journal
Immigration : le discours de Borne entre « fermeté » et « humanité » ne trompe personne
Les députés et le gouvernement ont débattu mardi soir, sans voter, des orientations du futur projet de loi sur l’asile et l’immigration, annoncé pour le début 2023. Un texte « équilibré », a vanté la première ministre, sans convaincre les oppositions. Profondément divisées.
par Nejma Brahim
Journal
Projet de loi immigration : « Nous sommes sur des propositions racistes »
Le projet de loi immigration, porté par Gérald Darmanin, est discuté mardi 6 décembre à l’Assemblée nationale. L’occasion notamment de revenir sur les chiffres de « la délinquance des étrangers » avancés par le chef de l’État et le ministre de l’intérieur. 
par À l’air libre
Journal
Grève à la SNCF : la mobilisation de la base des contrôleurs bouscule les syndicats
Après un premier week-end de grève remarqué, les contrôleurs SNCF menacent de remettre le couvert pour les fêtes de fin d’année si la direction n’accède pas à leurs demandes. Parti d’un collectif « apolitique », ce mouvement déborde les organisations syndicales.
par Khedidja Zerouali
Journal — Politique économique
Comment la Macronie a tourné le dos à la rationalité économique
Alors qu’en 2017, Emmanuel Macron se présentait comme le champion de « l’évaluation des réformes », il fait fi des évaluations scientifiques négatives sur sa politique économique. Désormais, sa seule boussole est sa politique en faveur du capital.
par Romaric Godin et Mathias Thépot

La sélection du Club

Billet de blog
Anne Sylvestre : manège ré-enchanté
Tournicoti-tournicota ! On savait l'artiste Anne Sylvestre facétieuse, y compris à l'égard de ses jeunes auditeurs, fabulettement grandis au rythme de ses chansons, alors qu'elle ne cessa pas de s'adresser aussi aux adultes irrésolus que nous demeurons. Presque au point de la croire ressuscitée, grâce à l'initiative de la publication d'un ultime mini album.
par Denys Laboutière
Billet d’édition
2. B.B. King et la légende de Lucille
Il suffit d’avoir admiré son jeu tout en finesse et en agressivité contenue, d’avoir vécu l’émotion provenant du vibrato magique de sa guitare, d’avoir profité de sa bonhomie joviale et communicative sur scène, de son humilité, et de sa gentillesse, pour comprendre qu’il n’a pas usurpé le titre de King of the Blues.
par Zantrop
Billet de blog
Playlist - Post-punk et variants
Blue Monday infini et températures froides bien en dessous de celles d'Ibiza en hiver. C'est le moment idéal pour glorifier le dieu post-punk et ses progénitures art rock ou dark wave, fournisseurs d'acouphènes depuis 1979. Avec Suicide, Bauhaus, Protomartyr, Bantam lyons, This heat, Devo, Sonic Youth...
par Le potar
Billet de blog
L'amour trouvera un chemin
Dans la sainte trinité du jazz, et sa confrérie du souffle, on comptait le Père (John Coltrane), le Fils (Pharoah Sanders) et le Saint-Esprit (Albert Ayler). Il est peu dire que le décès de Pharoah Sanders, le 24 septembre dernier, est une grande perte. L'impact de son jeu, du son qu'il a développé, de ses compositions et de sa quête vers la vérité, est immense.
par Arnaud Simetiere