Les pauvres bougres de Calais

Les autorités ont leur plan pour vid(ang)er la "jungle" de Calais. En files d'attente spécialisées (familles, adultes, enfants, malades), saucissonnées par tranches de 50 personnes, enfournés dans des bus avec leur bracelet de couleur, ils ne sont pas conduits à l'abattoir, mais vers des lieux de transit pour réfléchir à loisir à leur demande d'asile. On nous dit que ça commence lundi 24 octobre.

PLAN DU DEMANTELEMENT

Dimanche : maraude d’information intensifiée sur les CAO* (DDCS*, Audasse, OFII*, OFPRA*), au CAP et JF principalement.

Lundi : 1er départ des bus depuis le « sas ». 60 bus. Jungle bloquée, accréditation nécessaire 

Mardi : 47 bus. Début du « nettoyage » de la jungle par une société privée, autour du CAP pour commencer (mais pas de plan précis)

Mercredi : 40 bus. Nettoyage
Puis nettoyage, encore quelques bus si nécessaire, durée totale : 1 semaine

Sas :
- hangar loué sur la zone industrielle, à 200 m de la jungle (voir photo)
- à l’entrée, 4 files d’attente avec pictogramme (adulte, mineur, famille, vulnérables), gérées par la Vie Active
- mineurs gérés par FTDA (France Terre d'Asile)
- ouvert de 8h à 20h (plus tard le premier jour)
- très forte présence policière
- un poste de secours pour chaque section gérée par la FNSS
- 2 sous-préfets présents, dont celui de Calais pour les mineurs
- 1 PC de décision et de coordination
- rien de prévu pour le trajet de la jungle jusqu’au sas
Exemple du fonctionnement du sas pour un majeur :
- fait la queue
- arrive dans un hall où 15 personnes de l’OFII vont l’accueillir
- choix entre 2 régions de départ pour un CAO
- on lui donne un bracelet aux couleurs de la région choisie
- va dans la 2nde pièce gérée par la sécurité civile, où se trouve une tente pour chaque région. - demande identité, âge, nationalité (déclarative, pas de papier à montrer)
- lorsque la tente contient 50 personnes, on remplit un bus, puis départ

Bus : géolocalisé, 2 accompagnateurs/bus, pas d’arrivée en CAO la nuit

Mineurs :
- leur file est gérée par des organismes français et anglais
- bracelet spécifique
- pour ceux sur qui on a un doute sur l’âge : entretien poussé
- mineurs transférés du sas au CAP en minibus (en espérant qu’il y ait assez de départs volontaires pour libérer de la place...)
- les CAOMIE (CAO mineurs isolés étrangers) sont en train d’être mis en place (toujours pas de solution concrète en réalité)

Familles : envoyées en CAO dédié

Vulnérables : envoyés en CAO dans des grandes villes (pour l’accès aux structures de soin)

Calcul des places :
60 fois 50 + 47 fois 50 + 40 fois 50 = 3000 + 2350 + 2000 = environ 7 000 places en CAO ! 

CAO : délai d’un mois de réflexion avant décision de demande d’asile toujours maintenue.

Jungle :
- ceux qui ne veulent pas aller en CAO sont libres de quitter la jungle et d’aller où ils veulent (clairement, on ne s’occupe pas des réfugiés, on s’occupe de la jungle)
- pour ceux qui refusent et restent, on ne sait pas...
- dénonce les violences de no-borders qui ont commencé cette nuit (stratégie dénoncée par François). On arrête les contrôles d’identité pendant quelques jours pour laisser rentrer les militants violents, puis après on justifie l’usage de force policière en pointant du doigt ces groupes radicaux...
- bouteille de gaz : interdites désormais sauf pour les kitchens (3 max)

Post-démantèlement rien de prévu

L' OFPRA va intervenir dans les CAO

--------------------------------

* Signification des sigles

CAO: Centres d'accueil et d'orientation. La carte présumée des CAO

DDCS: Direction départementale de la cohésion sociale

OFII: Office français d'immigration et d'intégration, en charge de la protection au quotidien des demandeurs d'asile.

OFPRA: Office français de protection des réfugiés et apatrides, statue sur les demandes d'asile.

***

Deux clics: si vous avez raté les billets récents de Fini de rire et le sommaire complet du blog.

Abonné à Mediapart ou non, on peut s'inscrire ici pour être informé par courriel de la mise en ligne de nos nouveaux billets.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.