Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

460 Billets

1 Éditions

Billet de blog 24 déc. 2012

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Retour vers l'exil et le danger de mort

Ahmed avait 15 ans quand ses parents l'ont éloigné du Pakistan pour lui sauver la vie. Ils ont sans doute été assassinés par la suite. Depuis huit ans en France, malgré l'abandon où il était, il a appris un métier, il s'est reconstruit une vie. Pourtant, enfermé à Vincennes, il risque l'expulsion d'un jour à l'autre.

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ahmed avait 15 ans quand ses parents l'ont éloigné du Pakistan pour lui sauver la vie. Ils ont sans doute été assassinés par la suite. Depuis huit ans en France, malgré l'abandon où il était, il a appris un métier, il s'est reconstruit une vie. Pourtant, enfermé à Vincennes, il risque l'expulsion d'un jour à l'autre.

Après d'autres, nous vous avons déjà raconté son histoire. "Nous avons écouté le récit bouleversant de sa vie : son départ en catastrophe du Pakistan, son arrivée en 2004 dans un pays qu'il ne connaît pas (où le passeur qui l'accompagnait l'a laissé seul sur le trottoir, en partant avec son passeport et ses bagages...) son errance à 15 ans alors qu'il a perdu tous ses repères... sa prise en charge par l'ASE et le début d'un parcours d'intégration réussi qu'attestent ces bulletins scolaires flatteurs qu'il est heureux de nous montrer, une promesse d'embauche dans la plomberie qui lui a permis de demander un titre de séjour avec autorisation de travail, qu'il n'a pas obtenu... "

Reprenons inlassablement, avec le RESF.

"Une situation ubuesque et tragique, celle de Ahmed né le 13/02/1989, jeune pakistanais dont les parents menacés de mort, voulaient le protéger et l'ont ainsi confié à un passeur pour le ramener dans un pays où il serait en sécurité et aurait un avenir meilleur.

A 15 ans, il n'a pas demandé à venir en France mais il s'est retrouvé un jour dans les rues de la capitale française, abandonné à son sort et en situation d'errance. Il est alors ballotté de foyer en foyer pour mineurs étrangers où il est confronté à de graves problèmes de violences physiques de la part d'autres jeunes. Incidents qui l'obligent à fuguer à plusieurs reprises. Dans son errance, il rencontre un compatriote qui l'héberge chez lui pendant quelques mois puis le met à la rue.

En 2006, Ahmed est enfin pris en charge par l'ASE de Nanterre qui l'envoie dans une famille d'accueil en Normandie où il retrouve un peu de stabilité et peut enfin suivre une scolarité, en CAP Plomberie au lycée professionnel Notre Dame Chartres.

En 2007, il perd la trace de ses parents et apprend par des proches qu'ils auraient été assassinés.

A sa majorité, il fait une demande de titre de séjour. Il obtient fin 2008 un titre de séjour « étudiant » et bénéficie d'un contrat jeune majeur jusqu'à ses 21 ans.

21 ans, c'est aussi un retour à la case départ pour Ahmed, qui très mal préparé à sa brutale autonomie, se retrouve sans aide financière et hébergement qui lui auraient permis de poursuivre sa scolarité.v

Avec son expérience dans le domaine de la plomberie, il décide de retourner en région parisienne pour chercher du travail. Il trouve un employeur disposé à l'embaucher. Pour être en règle vis à vis de l'administration, il se présente muni de son Cerfa à la préfecture de Seine-Saint-Denis pour demander le changement du statut "étudiant" au statut "salarié". Il obtient une Autorisation Provisoire de Séjour, renouvelée tous les 3 mois pendant un an. Face à la lenteur de l'administration, l'employeur s'impatiente et renonce à employer Ahmed. Il le fait savoir à la préfecture, qui là ne perd pas de temps et s'empresse à notifier à Ahmed en mai 2011 une Obligation de Quitter le Territoire Français.

Peu avant, Ahmed avait informé la préfecture de son changement d'adresse. Nonobstant cela, l'OQTF est tout de même envoyée à son ancienne adresse. Quand il s'en aperçoit, les délais de recours sont dépassés.

Le 21 novembre 2012, Ahmed se fait contrôler à la gare de Lyon sans titre de transport. Lors de la fouille la police trouve sur lui une petite quantité de produit illicite destinée à sa consommation personnelle. Cela ne représente en rien une menace à l'ordre public. S’il fallait expulser tous les jeunes qui ont fumé un joint…

Expulser Ahmed, jeune homme dépourvu d'attaches dans son pays d'origine, est un non-sens. D'autant plus qu'il a été pris en charge par l'Aide Sociale à l'Enfance en qualité de mineur étranger isolé et sous contrat jeune majeur, ce qui constitue une garantie de son insertion en France, projet d'insertion brisé par le refus de délivrance d'un titre de séjour pérenne.

Expulser Ahmed, ce n'est ni plus ni moins que réduire à néant la vie d'un jeune homme qui a fondé tous ses espoirs d'avenir en France et l'exposer à un risque réel pour son intégrité physique !"

Le RESF lance un appel à se manifester auprès des autorités pour tenter d'empêcher un acte barbare.

Martine et Jean-Claude Vernier

--

Deux clics: si vous avez raté les billets récents de Fini de rire et le sommaire complet du blog.

Et un troisième pour être informé par courriel de la mise en ligne des nouveaux billets.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
À La France insoumise, le flou de la réorganisation suscite des inquiétudes
Si des garanties sont données aux militants insoumis en vue d’améliorer l’implantation locale du mouvement, la composition de la nouvelle direction, restée jusque-là à la discrétion d’une poignée de cadres, fait craindre de mauvaises surprises.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Une école plus si obligatoire
Pour faire face à la menace de coupures d’électricité cet hiver, le gouvernement a brandi une possible fermeture des écoles le matin, au coup par coup. Cette politique repose, trois ans après l’épidémie de Covid, la question de l’obligation d’instruction des enfants, un principe sans cesse attaqué.
par Mathilde Goanec
Journal — Énergies
EDF face aux coupures d’électricité : la débâcle énergétique
Jamais EDF ne s’était trouvée en situation de ne pas pouvoir fournir de l’électricité sur le territoire. Les « éventuels délestages » confirmés par le gouvernement attestent la casse de ce service public essentiel. Pour répondre à l’urgence, le pouvoir choisit la même méthode qu’au moment du Covid : verticale, autoritaire et bureaucratique.
par Martine Orange
Journal
Les gueules noires du Maroc, oubliées de l’histoire de France
Dans les années 1960 et 1970, la France a recruté 80 000 Marocains pour travailler à bas coût dans les mines du Nord et de la Lorraine. La sociologue Mariame Tighanimine, fille d’un de ces mineurs, et la journaliste Ariane Chemin braquent les projecteurs sur cette histoire absente des manuels scolaires. 
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Récit d'une mort réussie
Elle avait décidé de ne plus souffrir. En 2002, La loi sur l'euthanasie venant d'être votée aux Pays-Bas elle demanda à être délivrée de ses souffrances.
par françois champelovier
Billet de blog
Fin de vie, vite
Le Comité Consultatif National d’Éthique considère « qu’il existe une voie pour une application éthique d’une aide active à mourir, à certaines conditions strictes, avec lesquelles il apparait inacceptable de transiger ». Transigeons un peu quand même ! Question d’éthique.
par Thierry Nutchey
Billet de blog
Fin de vie : faites vivre le débat sur Mediapart
En septembre dernier, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a rendu un avis qui rebat les cartes en France sur l'aide active à mourir, en ouvrant la voie à une évolution législative. Conscient que le débat autour de la fin de vie divise la société, le président de la République lance un débat national. Nous vous proposons de le faire vivre ici.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Mourir en démocratie — La fin de vie, une nouvelle loi ? (le texte)
Les soins palliatifs, et donc la sédation, ont désormais des alliés ne jurant que par eux pour justifier l’inutilité d’une nouvelle loi. Mais les soins palliatifs, nécessaires, ne sont pas une réponse à tous les problèmes. Si c'est l'humanité que l'on a pour principe, alors l'interdit actuel le contredit en s'interdisant de juger relativement à des situations qui sont particulières.
par Simon Perrier