Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

460 Billets

1 Éditions

Billet de blog 25 janv. 2015

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

1%, c'est le rendement de la chasse européenne aux passeurs de migrants

On a pu observer, après les sauvetages de fin 2014 au large de l'Italie, que la règle numéro un du passeur est de ne pas se laisser piéger au milieu de ses passagers. C'est pourtant bien là que la campagne Mos Maiorum de l'UE comptait les épingler.

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

On a pu observer, après les sauvetages de fin 2014 au large de l'Italie, que la règle numéro un du passeur est de ne pas se laisser piéger au milieu de ses passagers. C'est pourtant bien là que la campagne Mos Maiorum de l'UE comptait les épingler.

Nous l'avions annoncé avec d'autres en son temps: du 13 au 26 octobre 2014, la maréchaussée de l'Union européenne lançait une grande chasse aux migrants afin, nous disait-on, de dévoiler les chemins et les opérateurs des migrations vers l'Europe. Le résultat de l'opération est maintenant connu: après avoir essoré plus de 19000 migrants interpellés, 257 présumés passeurs restent au fond la passoire. Nous faisons écho à l'analyse du bilan de la campagne sur le blog Passeurs d'hospitalité.

Martine et Jean-Claude Vernier

***

Mos Maiorum est cette opération coordonnée de chasse aux sans-papiers menée par les polices de différents pays européens du 13 au 26 octobre 2014 (voir ici, ici, ici, ici et ).
Elle a fait l’objet d’un rapport (en anglais), que vous pouvez télécharger ici :
http://www.statewatch.org/news/2015/jan/eu-council-2015-01-22-05474-mos-maiorum-final-report.pdf
Un résumé (aussi en anglais) peut être lu ici :
http://statewatch.org/news/2015/jan/mm-final-report.html
La première partie consiste en chiffres, tableaux et graphiques. La seconde, rédigée par Frontex, l’agence européenne pour la surveillance des frontières extérieures, développe une analyse des informations recueillies selon une lecture qui ressemble à une physique des flux et des trajectoires.
Il convient donc de garder à l’esprit tout au long de la lecture que derrière les chiffres c’est de personnes qu’il s’agit, et derrière les flux et trajectoires de projets et d’espérances.
Pour vous mettre en conditions, imaginez que vous avez décidé de vous installer en Allemagne. Vous subissez un contrôle d’identité, on vous dit que c’est en Hongrie vous devez aller, on vous y expulse au besoin, vous y êtes enfermé-e pour une durée indéterminée (comme le sont une grande partie des demandeurs d’asile), suite à quoi soit on vous expulse, soit vous êtes à la rue, sans rien, et vous devez vous débrouiller sans parler hongrois. Imaginez que quelque chose comme ça arrive vraiment dans votre vie. Vous aviez des projets, vous pensiez avoir une certaine maitrise de votre vie et de votre avenir, vous devenez une chose qu’on enferme, qu’on expulse, qu’on jette à la rue. Rencontrer Mos Maiorum, c’est ça.
Côté chiffres, Mos Maiorum est la quatrième opération de ce type :
Hermes, 2010 : 1900 personnes arrêtés
Aphrodite, 2012 : 5298 personnes arrêtées
Perkunas, 2013 : 10459 personnes arrêtées
Mos Maiorum, 2014 : 19234 personnes arrêtées
Parmi ces 19234 personnes, 11046 demandent l’asile au moment ou après leur arrestation. Mos Maiorum arrête majoritairement des personnes qui recherchent une protection en Europe. Un quart des personnes arrêtées sont des Syrien-ne-s.
Si on regarde les principaux pays d’origine, on a d’une part des pays en guerre et des dictatures (Syrie : 5088 personnes, Afghanistan : 1466 personnes, Érythrée : 1116 personnes, Somalie : 641 personne), soit des pays des Balkans occidentaux amenés à rejoindre l’Union européenne (Kosovo : 1196 personnes, Albanie : 587 personnes). Mos Maiorum arrête principalement des réfugié-e-s et de futur-e-s citoyen-ne-s de l’Union européenne.
Dans sa conclusion, Frontex regrette que les médias aient présenté Mos Maiorum comme une opération visant à arrêter les sans papiers, alors qu’il s’agissait officiellement d’arrêter des passeurs. 257 présumés passeurs ont été arrêtés, parmi 19234 personnes, c’est-à-dire que 1,3% des personnes arrêtées correspondent à l’objectif affiché.

***

Deux clics: si vous avez raté les billets récents de Fini de rire et le sommaire complet du blog.

Abonné à Mediapart ou non, on peut s'inscrire ici pour être informé par courriel de la mise en ligne de nos nouveaux billets.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
À La France insoumise, le flou de la réorganisation suscite des inquiétudes
Si des garanties sont données aux militants insoumis en vue d’améliorer l’implantation locale du mouvement, la composition de la nouvelle direction, restée jusque-là à la discrétion d’une poignée de cadres, fait craindre de mauvaises surprises.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Une école plus si obligatoire
Pour faire face à la menace de coupures d’électricité cet hiver, le gouvernement a brandi une possible fermeture des écoles le matin, au coup par coup. Cette politique repose, trois ans après l’épidémie de Covid, la question de l’obligation d’instruction des enfants, un principe sans cesse attaqué.
par Mathilde Goanec
Journal — Énergies
EDF face aux coupures d’électricité : la débâcle énergétique
Jamais EDF ne s’était trouvée en situation de ne pas pouvoir fournir de l’électricité sur le territoire. Les « éventuels délestages » confirmés par le gouvernement attestent la casse de ce service public essentiel. Pour répondre à l’urgence, le pouvoir choisit la même méthode qu’au moment du Covid : verticale, autoritaire et bureaucratique.
par Martine Orange
Journal
Les gueules noires du Maroc, oubliées de l’histoire de France
Dans les années 1960 et 1970, la France a recruté 80 000 Marocains pour travailler à bas coût dans les mines du Nord et de la Lorraine. La sociologue Mariame Tighanimine, fille d’un de ces mineurs, et la journaliste Ariane Chemin braquent les projecteurs sur cette histoire absente des manuels scolaires. 
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Fin de vie : faites vivre le débat sur Mediapart
En septembre dernier, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a rendu un avis qui rebat les cartes en France sur l'aide active à mourir, en ouvrant la voie à une évolution législative. Conscient que le débat autour de la fin de vie divise la société, le président de la République lance un débat national. Nous vous proposons de le faire vivre ici.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Récit d'une mort réussie
Elle avait décidé de ne plus souffrir. En 2002, La loi sur l'euthanasie venant d'être votée aux Pays-Bas elle demanda à être délivrée de ses souffrances.
par françois champelovier
Billet de blog
Fin de vie, vite
Le Comité Consultatif National d’Éthique considère « qu’il existe une voie pour une application éthique d’une aide active à mourir, à certaines conditions strictes, avec lesquelles il apparait inacceptable de transiger ». Transigeons un peu quand même ! Question d’éthique.
par Thierry Nutchey
Billet de blog
Mourir en démocratie — La fin de vie, une nouvelle loi ? (le texte)
Les soins palliatifs, et donc la sédation, ont désormais des alliés ne jurant que par eux pour justifier l’inutilité d’une nouvelle loi. Mais les soins palliatifs, nécessaires, ne sont pas une réponse à tous les problèmes. Si c'est l'humanité que l'on a pour principe, alors l'interdit actuel le contredit en s'interdisant de juger relativement à des situations qui sont particulières.
par Simon Perrier