Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

460 Billets

1 Éditions

Billet de blog 25 sept. 2015

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Rejet de l'étranger : une démonstration d'efficacité

Il a 17 ans. Irakien réfugié en Syrie, il a réussi à passer en Turquie, puis à embarquer sur un cargo pour Toulon, en vue de rejoindre un proche en Angleterre. Bloqué à son arrivée à la frontière française, l'administration réussit en seulement quatre jours à lui opposer tous les refus : privation de liberté, déni de sa minorité, refus d'asile, ré-embarquement pour la Turquie.

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il a 17 ans. Irakien réfugié en Syrie, il a réussi à passer en Turquie, puis à embarquer sur un cargo pour Toulon, en vue de rejoindre un proche en Angleterre. Bloqué à son arrivée à la frontière française, l'administration réussit en seulement quatre jours à lui opposer tous les refus : privation de liberté, déni de sa minorité, refus d'asile, ré-embarquement pour la Turquie.

Un communiqué de l'Anafe (Association nationale d'assistance aux frontères pour les étrangers)

Zone d’attente de Marseille - Loin des débats sur l’accueil des exilés : enfermement et renvoi par cargo d’un mineur irakien réfugié en Syrie vers la Turquie

mercredi 23 septembre 2015

A Marseille, un mineur isolé irakien réfugié en Syrie a récemment été privé de liberté à son arrivée à la frontière et renvoyé par cargo en Turquie au bout de quatre jours.
En pleine « crise migratoire », la France veut faire bonne figure en « accueillant » quelques milliers de réfugiés de Syrie [1]. Mais sur le terrain, sur son sol comme à ses frontières, la France viole les droits fondamentaux des migrants, y compris les droits de l’enfant.
Loin d’être un cas isolé, cet enfermement d’un mineur démontre une fois encore qu’il s’agit bien d’une politique sourde à toutes les normes de protection du droit interne et international, à la jurisprudence européenne, et aux recommandations des instances de protection des droits de l’Homme [2].

Twana est un jeune Irakien de 17 ans réfugié en Syrie. Il est parvenu à rejoindre la Turquie et à monter à bord d’un cargo de marchandises. A son arrivée à Toulon le 16 septembre, sans document d’identité, il déclare être mineur et vouloir aller en Angleterre rejoindre un proche. Il est transféré en zone d’attente de Marseille, lieu de privation de liberté, où il demande l’asile.
Dans un premier temps, il est considéré comme mineur et un administrateur ad hoc (AAH) est désigné pour le représenter.
Le problème ? Il n’a aucun document d’identité. Alors dès le lendemain, un test osseux pratiqué sans son consentement conclut qu’il aurait 19 ans et l’AAH est dessaisi. Rappelons que tant la fiabilité de cette pratique de détermination de l’âge que son usage sont largement contestés [3]. Ce faisant, l’administration française décide encore une fois d’ignorer le principe, rappelé par le Comité des droits de l’enfant des Nations Unies, selon lequel le bénéfice du doute doit être accordé à celui qui se déclare mineur tant que la preuve irréfutable de sa majorité n’est pas rapportée.
En conséquence, Twana a été entendu le 18 septembre par l’OFPRA [4], dans le cadre de sa demande d’asile, sans l’assistance d’un AAH. C’est dans ces conditions qu’il aurait retiré sa demande et émis le souhait d’aller en Angleterre. Le jour-même, très perturbé et pris de violentes douleurs au ventre, Twana a dû être conduit aux urgences.
L’acharnement contre ce jeune continue. Dimanche 20 septembre, le juge des libertés et de la détention décide en quelques minutes à peine de prolonger le maintien de Twana en zone d’attente en vue de son renvoi vers son pays de provenance. Le juge balaye ainsi les arguments de son avocat, qui invoquait pourtant des irrégularités de procédure et le risque de renvoyer un mineur en Turquie, où il serait en danger [5]. On reproche à un enfant de ne prouver ni son âge, ni le manque de fiabilité du test osseux ! A peine rentré du tribunal, Twana a été mis sur un cargo pour la Turquie, où il risque d’être arrêté pour avoir voyagé sans document. L’Anafé est aujourd’hui sans nouvelle de Twana.

En juillet dernier, le Comité des droits de l’homme de l’ONU dans son examen périodique de la France demandait d’ « interdire toute privation de liberté pour les mineurs en zones de transit et dans tous les lieux de rétention administrative en Métropole et en Outre-mer » et de « s’assurer que les mineurs isolés étrangers reçoivent une protection judiciaire et le soutien de l’aide sociale à l’enfance ». Le droit et la pratique ignorent ces prescriptions.

Des situations comme celle de Twana doivent cesser. L’Anafé persiste dans cette revendication et demande [6] que soit immédiatement et définitivement mis fin à l’enfermement de tous les mineurs étrangers aux frontières, qu’ils soient isolés ou accompagnés, demandeurs d’asile ou non.

Notes

[1] [Action collective] Lettre ouverte au Président de la République sur l’accueil des réfugiés et des migrants en France et en Europe : http://www.anafe.org/spip.php?article307

[2] Notamment le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés, le Comité des Droits de l’Enfant des Nations Unies, le Conseil de l’Europe et au niveau national, la Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme et le Défenseur des Droits.

[3] L’expertise osseuse est un outil approximatif contesté par la communauté scientifique au vu de sa marge d’erreur et qui ne prend pas en compte l’histoire, l’origine et l’environnement du mineur. Le commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe constatait par ailleurs dans son rapport sur les respects effectif des droits de l’homme en France en 2006 que les mineurs isolés étrangers sont « quasiment systématiquement considérés comme des fraudeurs » et que les examens osseux sont des « techniques inadaptées ». Au niveau national, le Défenseur des Droits, a estimé en 2012 que les tests d’âge osseux ne peuvent servir de seul fondement à la détermination de l’âge d’un mineur isolé étranger.

[4] Office Français de Protection des Réfugiés et Apatrides.

[5] Risque d’être arrêté pour avoir voyagé sans document, risque d’être en situation irrégulière et des conditions de vie s’annoncent particulièrement difficiles au vu du contexte en Turquie.

[6] [Action collective] Tribune - Mediapart : Stop à l’enfermement des mineurs en zone d’attente ! : http://www.anafe.org/spip.php?article303

Source: site de l'Anafe

--

Deux clics: si vous avez raté les billets récents de Fini de rire et le sommaire complet du blog.

Abonné à Mediapart ou non, on peut s'inscrire ici pour être informé par courriel de la mise en ligne de nos nouveaux billets.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À la Une de Mediapart

Journal
Immigration : le discours de Borne entre « fermeté » et « humanité » ne trompe personne
Les députés et le gouvernement ont débattu mardi soir, sans voter, des orientations du futur projet de loi sur l’asile et l’immigration, annoncé pour le début 2023. Un texte « équilibré », a vanté la première ministre, sans convaincre les oppositions. Profondément divisées.
par Nejma Brahim
Journal
Projet de loi immigration : « Nous sommes sur des propositions racistes »
Le projet de loi immigration, porté par Gérald Darmanin, est discuté mardi 6 décembre à l’Assemblée nationale. L’occasion notamment de revenir sur les chiffres de « la délinquance des étrangers » avancés par le chef de l’État et le ministre de l’intérieur. 
par À l’air libre
Journal
Grève à la SNCF : la mobilisation de la base des contrôleurs bouscule les syndicats
Après un premier week-end de grève remarqué, les contrôleurs SNCF menacent de remettre le couvert pour les fêtes de fin d’année si la direction n’accède pas à leurs demandes. Parti d’un collectif « apolitique », ce mouvement déborde les organisations syndicales.
par Khedidja Zerouali
Journal — Politique économique
Comment la Macronie a tourné le dos à la rationalité économique
Alors qu’en 2017, Emmanuel Macron se présentait comme le champion de « l’évaluation des réformes », il fait fi des évaluations scientifiques négatives sur sa politique économique. Désormais, sa seule boussole est sa politique en faveur du capital.
par Romaric Godin et Mathias Thépot

La sélection du Club

Billet de blog
Anne Sylvestre : manège ré-enchanté
Tournicoti-tournicota ! On savait l'artiste Anne Sylvestre facétieuse, y compris à l'égard de ses jeunes auditeurs, fabulettement grandis au rythme de ses chansons, alors qu'elle ne cessa pas de s'adresser aussi aux adultes irrésolus que nous demeurons. Presque au point de la croire ressuscitée, grâce à l'initiative de la publication d'un ultime mini album.
par Denys Laboutière
Billet de blog
Rap et théorie postcoloniale : sur « Identité remarquable » de Younès Boucif
« Un Arabe qui fait du rap y’a pas grand-chose d’original », rappait Younès dans « J’me rappelle ». Mais quid d’un Arabe qui rappe, joue (au cinéma, au théâtre), écrit des romans, manage et se fait parfois, à ses heures perdues, documentariste ? À l'occasion de la sortie de son album, retour sur la trajectoire d'un artiste aux talents multiples.
par Matti Leprêtre
Billet de blog
Playlist - Post-punk et variants
Blue Monday infini et températures froides bien en dessous de celles d'Ibiza en hiver. C'est le moment idéal pour glorifier le dieu post-punk et ses progénitures art rock ou dark wave, fournisseurs d'acouphènes depuis 1979. Avec Suicide, Bauhaus, Protomartyr, Bantam lyons, This heat, Devo, Sonic Youth...
par Le potar
Billet de blog
L'amour trouvera un chemin
Dans la sainte trinité du jazz, et sa confrérie du souffle, on comptait le Père (John Coltrane), le Fils (Pharoah Sanders) et le Saint-Esprit (Albert Ayler). Il est peu dire que le décès de Pharoah Sanders, le 24 septembre dernier, est une grande perte. L'impact de son jeu, du son qu'il a développé, de ses compositions et de sa quête vers la vérité, est immense.
par Arnaud Simetiere