Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

460 Billets

1 Éditions

Billet de blog 27 nov. 2009

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

La grève des travailleurs étrangers, Acte II, suite

La place dans la vie de notre pays des travailleurs étrangers privés de droit au séjour deviendrait-elle un sujet intéressant ? Tandis que les ministres de l’immigration et du travail se bousculent devant micros et caméras, le mouvement de grève s'amplifie, concernant aujourd’hui près de 5600 travailleurs et 2000 entreprises de 38 départements.

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La place dans la vie de notre pays des travailleurs étrangers privés de droit au séjour deviendrait-elle un sujet intéressant ? Tandis que les ministres de l’immigration et du travail se bousculent devant micros et caméras, le mouvement de grève s'amplifie, concernant aujourd’hui près de 5600 travailleurs et 2000 entreprises de 38 départements.

Nous suivons de loin en loin l’Acte II du mouvement des travailleurs, démarré le 12 octobre 2009. Nous ne sommes pas tout à fait les seuls. Voir par exemple le blog de Bernard Rondeau et Tiphaine Lanvin.

On a aussi pu suivre dans la presse (ici) ou sur les ondes ( là – début à la minute 07:30) les batailles interministérielles d’annonces sur la punition des mauvais employeurs et des travailleurs fraudeurs ou les débats entre patrons et syndicalistes.

La circulaire "Délivrance de cartes de séjour mention "salarié" ou "travailleur temporaire" au titre de l'admission exceptionnelle au séjour" et son annexe au nom poétique de "Document de synthèse des bonnes pratiques des services instructeurs" sont parues le 24 novembre 2009.

Il s’agit d’un léger ré-habillage de la circulaire précédente (7 janvier 2008) qui a été partiellement annulée par le Conseil d’Etat. Avec son annexe, voilà 11 pages d’instructions précises et de critères cumulatifs pour l’application du fameux article 40 de la loi Hortefeux de novembre 2007 : cinq ans d’ancienneté de séjour (clandestin par définition), l’exercice d’un emploi déclaré dans un métier "en tension" (entendre : dont les résidents légaux ne veulent pas) depuis un an à 18 mois dans la même entreprise (ou du même groupe), un contrat de durée supérieure à un mois et un salaire respectant les conventions collectives. Plus quelques indications concernant les services aux particuliers et aux collectivités (entendre : nettoyage), les travailleurs en intérim et les professions réglementées (sécurité). Et il ne faut pas avoir en même temps une autre demande ou un recours juridictionnel.

Les travailleuses et travailleurs au noir sont d’emblée exclus de cette circulaire, et donc toutes les femmes qui travaillent dans le secteur de l’aide à la personne. Exclusion aussi pour les algériens et les tunisiens, dont le sort relève d’accords bilatéraux encore moins ouverts.

Pour les demandeurs rejetés, la " bonne pratique" sera l’Obligation de Quitter le Territoire Français (OQTF). La personne peut alors tenter de faire annuler la décision du préfet par le tribunal administratif (TA). Mais, d’un point de vue juridique, une circulaire n’est pas créatrice de droits. Un avocat qui défendait deux étrangers en a encore fait l’expérience cette semaine :

"J'ai traité, ce jour, devant le TA de Melun deux dossiers de reconduite à la frontière dans lesquels les deux justiciables répondaient à toutes les conditions pour l'admission exceptionnelle au séjour.

Rejet de la requête.

Position du Président pendant l'audience, avant sa décision:

- Circulaire sans aucune valeur normative

- Circulaire prise par une autorité incompétente"

Ayant bien tout lu, on comprend que le ministre ait annoncé par avance seulement 1000 régularisations sur ces bases, alors que tout le monde reprend le chiffre de 200 000 à 400 000 salariés en séjour irrégulier. Problème de robinets : avec 1000 régularisations cette année, plus 30 000 expulsions en rythme annuel, plus une efficacité inconnue du verrouillage à l’entrée, combien de quinquennats faudra-t-il pour pouvoir oublier le soit disant "problème de l’immigration" ? Le droit au séjour des travailleurs étrangers n’est pas le problème, c’est la solution.

Les grévistes, tout comme les onze organisations qui ont lancé et soutiennent leur mouvement, ne sont évidemment pas satisfaits. Selon Raymond Chauveau (CGT, cité par Ouest-France), "Cela signifie que le gouvernement a pris l'option de maintenir des travailleurs sans droits pendant cinq ans [...] et que les patrons puissent, par le jeu de la sous-traitance et de l'intérim, avoir des salariés sans droits pendant cinq ans". Tous se trouvent plutôt encouragés à intensifier leur lutte pour obtenir des solutions sérieuses aux vrais problèmes des « travailleurs(euses) sans papiers » .

71 organisations membres de l’UCIJ (Uni(e)s contre une immigration jetable) appellent à une manifestation le dimanche 29 novembre à Paris pour une politique de l’immigration respectueuse des droits fondamentaux. Leur slogan : Non à l’immigration jetable !

Martine et Jean-Claude Vernier

--

Pour consulter la liste des billets de Fini de rire, c’est ici.

Pour être informé par courriel de la mise en ligne des nouveaux billets, on peut envoyer son adresse électronique .

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À la Une de Mediapart

Journal
Immigration : le discours de Borne entre « fermeté » et « humanité » ne trompe personne
Les députés et le gouvernement ont débattu mardi soir, sans voter, des orientations du futur projet de loi sur l’asile et l’immigration, annoncé pour le début 2023. Un texte « équilibré », a vanté la première ministre, sans convaincre les oppositions. Profondément divisées.
par Nejma Brahim
Journal
Projet de loi immigration : « Nous sommes sur des propositions racistes »
Le projet de loi immigration, porté par Gérald Darmanin, est discuté mardi 6 décembre à l’Assemblée nationale. L’occasion notamment de revenir sur les chiffres de « la délinquance des étrangers » avancés par le chef de l’État et le ministre de l’intérieur. 
par À l’air libre
Journal — Politique économique
Comment la Macronie a tourné le dos à la rationalité économique
Alors qu’en 2017, Emmanuel Macron se présentait comme le champion de « l’évaluation des réformes », il fait fi des évaluations scientifiques négatives sur sa politique économique. Désormais, sa seule boussole est sa politique en faveur du capital.
par Romaric Godin et Mathias Thépot
Journal — Amériques
En Argentine, la vice-présidente Kirchner condamnée à 6 ans de prison
Cristina Kirchner a été condamnée mardi à 6 ans de prison, même si son immunité parlementaire l’en préserve, et à une inéligibilité à vie, dans un procès pour fraude et corruption durant ses mandats présidentiels de 2007 à 2015. Elle dénonce une « mafia judiciaire » et un « État parallèle ».
par La rédaction de Mediapart et Agence France-Presse

La sélection du Club

Billet de blog
L'amour trouvera un chemin
Dans la sainte trinité du jazz, et sa confrérie du souffle, on comptait le Père (John Coltrane), le Fils (Pharoah Sanders) et le Saint-Esprit (Albert Ayler). Il est peu dire que le décès de Pharoah Sanders, le 24 septembre dernier, est une grande perte. L'impact de son jeu, du son qu'il a développé, de ses compositions et de sa quête vers la vérité, est immense.
par Arnaud Simetiere
Billet d’édition
2. B.B. King et la légende de Lucille
Il suffit d’avoir admiré son jeu tout en finesse et en agressivité contenue, d’avoir vécu l’émotion provenant du vibrato magique de sa guitare, d’avoir profité de sa bonhomie joviale et communicative sur scène, de son humilité, et de sa gentillesse, pour comprendre qu’il n’a pas usurpé le titre de King of the Blues.
par Zantrop
Billet de blog
Anne Sylvestre : manège ré-enchanté
Tournicoti-tournicota ! On savait l'artiste Anne Sylvestre facétieuse, y compris à l'égard de ses jeunes auditeurs, fabulettement grandis au rythme de ses chansons, alors qu'elle ne cessa pas de s'adresser aussi aux adultes irrésolus que nous demeurons. Presque au point de la croire ressuscitée, grâce à l'initiative de la publication d'un ultime mini album.
par Denys Laboutière
Billet de blog
Rap et théorie postcoloniale : sur « Identité remarquable » de Younès Boucif
« Un Arabe qui fait du rap y’a pas grand-chose d’original », rappait Younès dans « J’me rappelle ». Mais quid d’un Arabe qui rappe, joue (au cinéma, au théâtre), écrit des romans, manage et se fait parfois, à ses heures perdues, documentariste ? À l'occasion de la sortie de son album, retour sur la trajectoire d'un artiste aux talents multiples.
par Matti Leprêtre