Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

460 Billets

1 Éditions

Billet de blog 28 mai 2014

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Déclassement sans frontières

Voici une fable, une simple fable. Imaginée par un électeur du FN qui parle si bien de la faillite d'une société qui ne sait pas lui faire sa place ? Ou d'un jeune, ailleurs, déclassé dans son propre pays ? Ou bien encore d'un migrant qui devra repartir à zéro dans le pays dont il demande la protection ?

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Voici une fable, une simple fable. Imaginée par un électeur du FN qui parle si bien de la faillite d'une société qui ne sait pas lui faire sa place ? Ou d'un jeune, ailleurs, déclassé dans son propre pays ? Ou bien encore d'un migrant qui devra repartir à zéro dans le pays dont il demande la protection ?

LE  ZOO

Un jeune étudiant diplômé était en quête de travail. Il se rendait partout pour en chercher, mais en vain. Un jour, il reçut une proposition pour un emploi au zoo de Brazzaville. Très content, il se précipita le lendemain, bien habillé, pour l'entretien.

Chose étonnante, le poste proposé ne correspondait pas à l'annonce. En réalité, la mission consistait à remplacer le chimpanzé qui était mort la veille. On avait prélevé la peau de l'animal pour la faire porter par le candidat retenu. Le salaire net était de trois cent mille francs CFA, haha !!! Quelle opportunité après des mois passés à la recherche d'un job ! N'était-ce pas une grâce de Dieu ? Même si...

Le premier jour de travail, le jeune étudiant enfila la tenue de chimpanzé pour se rendre à son poste. Elle lui allait à la perfection. Tout se passa très bien. Le deuxième jour, c'était encore super, mais malheureusement le jeune, très épuisé par la position accroupie de singe prise la veille, se laissa emporter par le sommeil. Chose bizarre, ce jour-là on devait nettoyer la cage, aussi le technicien de surface le dégagea pour le mettre dans celle d'à côté, occupée par un lion.

Quelques instants après, le jeune homme se réveilla et, regardant autour de lui, vit le lion couché, non loin de là. « Hé Dieu, se dit-il, qui m'a envoyé ici ? ». Il se mit à appeler au secours - mais pas trop fort pour ne pas réveiller le lion.

A sa grande surprise, l'animal lui répondit: « Mon frère, moi aussi je suis étudiant, comme toi. C'est pas la peine d'appeler au secours, car je ne vais rien te faire. C'est mon boulot aussi d'être là ; je suis étudiant comme toi, d'ailleurs ici tout le monde est étudiant. Regarde le crocodile qui est dans l'eau, là, il a une maîtrise en physique-chimie. Et la girafe que tu vois là-bas est en doctorat d'histoire-géo.

Hé oui, au zoo tout le monde est étudiant, car les animaux sont tous morts. Sois tranquille et fais ton job, mon frère... »

Regman (demandeur d'asile)

Texte extrait du recueil Avant l'exil, j'étais quelqu'un. Paroles de réfugiés, édité par l'Apardap, Association de parrainage républicain des demandeurs d’asile et de protection. Maison des associations, 6 rue Berthe de Boissieux, 38000 Grenoble.

--

Deux clics: si vous avez raté les billets récents de Fini de rire et le sommaire complet du blog.

Abonné à Mediapart ou non, on peut s'inscrire ici pour être informé par courriel de la mise en ligne de nos nouveaux billets.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Après l’embargo sur le pétrole russe, l’Europe dans le brouillard
Annoncée depuis des mois, la guerre du pétrole contre la Russie est une réalité depuis lundi 5 décembre. L’Europe a engagé un embargo, les membres du G7 imposent un plafonnement du prix du baril à 60 dollars pour les pays tiers. Avec quelles conséquences ? Personne ne sait.
par Martine Orange
Journal
Devant la cour d’appel, Nicolas Sarkozy crie son innocence
Rejugé pour corruption, l’ancien chef de l’État s’en est pris à une enquête illicite selon lui, et a réaffirmé ne rien avoir commis d’illégal en utilisant la ligne téléphonique « Paul Bismuth ».
par Michel Deléan
Journal
Les enjeux d’un second procès à hauts risques pour l’ancien président
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert sont rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant
Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar