Syriza osera-t-il relâcher les migrants bloqués en Grèce?

Alors que tout ce que l'UE compte d'autorités politiques ou économiques se rue sur le nouveau gouvernement grec avec des injonctions de conformité, coup d'œil sur ce qu'entraîne, pour les Grecs comme pour les migrants, le rôle de garde-frontière imposé à ce pays par la forteresse Europe.

Alors que tout ce que l'UE compte d'autorités politiques ou économiques se rue sur le nouveau gouvernement grec avec des injonctions de conformité, coup d'œil sur ce qu'entraîne, pour les Grecs comme pour les migrants, le rôle de garde-frontière imposé à ce pays par la forteresse Europe.

Les migrants considérés comme les plus indésirables par l'UE sont ceux qui viennent du sud, et la Grèce, placée à la pointe sud-est du territoire européen, a la malchance de se trouver sur une des routes les plus fréquentées, surtout par des personnes fuyant la Syrie, l'Afghanistan et autres territoires ravagés par la guerre ou des régimes dictatoriaux. Elle se trouve de facto investie de la mission de barrer le passage à tous ceux qui souhaitent seulement la traverser pour aller vers les pays du Nord.

C'est le lieu d'intervention principal du programme Frontex, qui considère la frontière gréco-turque comme le « centre de gravité » de ses activités depuis 2010. Selon le réseau Migreurop, "Au fil des années, les voies de passage de la frontière ont évolué au gré des opérations de l’agence et de celles des autorités grecques. Par le passé, les migrants rejoignaient généralement la Grèce via la frontière terrestre dans la région d’Evros, située au nord du pays. Depuis août 2012, les associations turques ont constaté une nette augmentation des départs par bateau depuis la région d’Izmir (Turquie) en direction des îles grecques, en réaction directe au renforcement des contrôles à la frontière terrestre."

La Grèce a donc dû s'équiper de camps dans lesquels elle retient le plus de monde possible. Ce petit pays de 11 millions d'habitants enferme les gens (108315 en 2009) jusqu'à 18 mois dans 26 camps pour une capacité de 3900 places. Par comparaison, les autres pays de la frontière sud - Italie, Espagne et France dans sa côte méditerranéenne - n'ont ensemble "que" 2800 places réparties en 25 lieux de rétention, où ils ont enfermé en 2009 (année la plus récente avec des chiffres connus pour la Grèce) pratiquement le même nombre de personnes que la Grèce à elle seule.

De plus, en vertu d'accords de police internes à l'UE, c'est le premier pays abordé par un migrant qui doit le bio-ficher (néologisme de notre crû se référant à la prise des empreintes des dix doigts en plus du relevé d'identité) dans le dispositif Eurodac; c'est là aussi que le réfugié est tenu de demander l'asile, en vertu du règlement de Dublin (voir ici une application corsée de cette obligation), avec une probabilité quasi nulle de l'obtenir. La Grèce, pays du Sud, garde-frontière contraint pour protéger les pays du nord d'une supposée invasion.

Du fait de la pression excessive sur ce petit pays, qui plus est appauvri, il ne faut pas s'attendre à des conditions d'enfermement cinq étoiles. De fait, la réalité est horrible, tant aux points de vue sanitaire et humanitaire que juridique. Par exemple, toujours selon Migreurop, "à Corinthe, seule la survie biologique des détenus semble compter. Ce traitement bestial est l’expression d’une vision politique qui criminalise les migrants et organise la violation de leurs droits. L’enfermement illégal des migrants comme l’absence de garanties suffisantes pour les demandeurs d'asile ont été condamnés en Grèce et en Turquie, par la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH). Les réformes législatives récentes, dans chacun de ces pays, ont pour but de répondre à ces défauts systémiques. La mise en œuvre des nouveaux cadres juridiques peut sans nul doute améliorer la situation des migrants et des réfugiés qui y sont présents, en introduisant des procédures et des garanties inspirées par les instruments internationaux et régionaux de protection des droits humains. Elle est cependant peu susceptible de mettre un terme aux graves violations des droits commises aux frontières, comme celles qu’a pu constater [notre] délégation".

L'Italie se trouve soumise à une contrainte semblable. Ce pays a su se montrer créatif, comme le relate encore Migreurop: "L’Italie a pris en octobre 2013, en allant secourir des migrants jusque dans les eaux libyennes, une responsabilité que l’UE, qui se contente de déplorer hypocritement les « drames de la migration » à chaque annonce de naufrage tout en renforçant les contrôles, n’a jamais été capable d’assumer.

L’Italie a complété cette initiative d’une désobéissance salutaire à des règles européennes absurdes : la prise d’empreintes des personnes considérées comme « irrégulières » à leur arrivée sur le territoire européen, découlant de l’application des règlements Eurodac et Dublin. En permettant le renvoi des demandeurs d’asile ainsi « tracés » vers les pays par lesquels ils ont pénétré en Europe, ces règles font peser sur les pays de premier accueil comme la Grèce ou l’Italie) un poids que les États d’Europe du Nord sont loin de vouloir se répartir.

En mettant en place Mare Nostrum, en refusant l’injuste mécanisme du règlement Dublin, l’Italie a instauré, de fait, une forme de circulation naturelle pour pénétrer dans l’espace européen et pour s’y déplacer."

Une voie à méditer pour la Grèce?

Martine et Jean-Claude Vernier

Chez votre libraire Être étranger en terre d'accueil, 77 regards sur l'immigration.

--

Deux clics: si vous avez raté les billets récents de Fini de rire et le sommaire complet du blog.

Abonné à Mediapart ou non, on peut s'inscrire ici pour être informé par courriel de la mise en ligne de nos nouveaux billets.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.