Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

460 Billets

1 Éditions

Billet de blog 30 juil. 2017

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

En France, la demande d'asile commence par des semaines à la rue

La réputation de la France mauvaise accueillante des demandeurs d'asile n'est plus à faire.

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Une association nantaise de solidarité avec les migrants a reçu le 27 juillet 2017 le message suivant.

« Bonjour, je me permets de vous écrire pour vous demander quelques informations.

J'ai demandé l'asile en Belgique au mois de septembre 2016, après avoir été en France, pays dans lequel je n'avais pas demandé l'asile. Mais avec la procédure de Dublin ma demande à été rejetée par l'office des étrangers de la Belgique et on m'a donné un ordre de quitter le territoire. Mon avocate avait introduit un recours mais la Belgique a rejeté le recours.

Maintenant je dois quitter le territoire belge pour aller en France ; mon seul souci c'est que j'ai pu remarquer que beaucoup de personnes demandant l'asile en France se trouvent dans les rues avant qu'on puisse leur trouver un centre d'accueil ou un hébergement. Dans mon cas c'est impossible parce qu'en Belgique j'avais des traitements médicaux et mon état de santé ne me permet pas de dormir dans la rue parce que j'ai des problèmes neurologiques et j'ai des fois des pertes de mémoire à cause des effets secondaires des médicaments que je dois prendre durant mon traitement. Dans ma procédure de demande d'asile en France, je voulais m'installer à Nantes mais ma question est : me retrouverai-je à la rue ou pourrai-je intégrer un centre d'accueil pour réfugiés? Cordialement »

*

Bien des Parisiens savent ce qu'il en est dans leur ville, avec le dysfonctionnement chronique du dispositif de réception des demandeurs d'asile souvent dénoncé.

Ces dysfonctionnements sont les mêmes ailleurs en France, avec des dispositifs d'accueil et de mise à l'abri sous-dimensionnés, et donc saturés. Les retards à l'enregistrement des demandes sont reportés sur les opérateurs qui gèrent les plateformes d'accueil des demandeurs d'asile (PADA), sous contrat avec l'État . En effet, c’est là, d’après la loi, qu’il faut se rendre pour faire enregistrer sa demande d'asile. Ainsi, pas de queues visibles aux alentours des préfectures.

Ce monsieur est probablement vulnérable et, à ce titre, il devrait bénéficier d'une priorité pour sa mise à l'abri. Priorité qui ne peut être décidée qu'à l'issue d'un entretien à l'OFII (Office français de l'immigration et de l'intégration) après l'enregistrement de sa demande par la préfecture. À Nantes, par exemple, ce sera après deux mois d'attente du rendez-vous préalable à la PADA, puis encore trois jours pour accéder à la préfecture, selon la loi.

En revanche, s'il se présente à l'hôpital public, il sera soigné.

Informations recueillies par Martine et Jean-Claude Vernier

--

Deux clics: si vous avez raté les billets récents de Fini de rire et le sommaire complet du blog.

Abonné à Mediapart ou non, on peut s'inscrire ici pour être informé par courriel de la mise en ligne de nos nouveaux billets.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À la Une de Mediapart

Journal — Politique économique
Comment la Macronie a tourné le dos à la rationalité économique
Alors qu’en 2017, Emmanuel Macron se présentait comme le champion de « l’évaluation des réformes », il fait fi des évaluations scientifiques négatives sur sa politique économique. Désormais, sa seule boussole est sa politique en faveur du capital.
par Romaric Godin et Mathias Thépot
Journal
Projet de loi immigration : « Nous sommes sur des propositions racistes »
Le projet de loi immigration, porté par Gérald Darmanin, est discuté mardi 6 décembre à l’Assemblée nationale. L’occasion notamment de revenir sur les chiffres de « la délinquance des étrangers » avancés par le chef de l’État et le ministre de l’intérieur. 
par À l’air libre
Journal — Habitat
Faute de logement, des mères restent à l’hôpital avec leurs enfants
À l’hôpital Delafontaine, à Saint-Denis, sept femmes sont accueillies sans raison médicale. En cause : la  saturation de l’hébergement d’urgence. Maïrame, mère d’un bébé de cinq mois, témoigne. 
par Faïza Zerouala
Journal — Travail
Grève chez Sanofi : « Ponctionner les actionnaires pour augmenter les salaires »
Démarré le 14 novembre, le conflit social chez le géant français du médicament touche désormais une quinzaine de sites. Reportage à Montpellier, où les « petits salaires » de l’entreprise sont mobilisés pour une hausse des rémunérations.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
Anne Sylvestre : manège ré-enchanté
Tournicoti-tournicota ! On savait l'artiste Anne Sylvestre facétieuse, y compris à l'égard de ses jeunes auditeurs, fabulettement grandis au rythme de ses chansons, alors qu'elle ne cessa pas de s'adresser aussi aux adultes irrésolus que nous demeurons. Presque au point de la croire ressuscitée, grâce à l'initiative de la publication d'un ultime mini album.
par Denys Laboutière
Billet de blog
Playlist - Post-punk et variants
Blue Monday infini et températures froides bien en dessous de celles d'Ibiza en hiver. C'est le moment idéal pour glorifier le dieu post-punk et ses progénitures art rock ou dark wave, fournisseurs d'acouphènes depuis 1979. Avec Suicide, Bauhaus, Protomartyr, Bantam lyons, This heat, Devo, Sonic Youth...
par Le potar
Billet de blog
L'amour trouvera un chemin
Dans la sainte trinité du jazz, et sa confrérie du souffle, on comptait le Père (John Coltrane), le Fils (Pharoah Sanders) et le Saint-Esprit (Albert Ayler). Il est peu dire que le décès de Pharoah Sanders, le 24 septembre dernier, est une grande perte. L'impact de son jeu, du son qu'il a développé, de ses compositions et de sa quête vers la vérité, est immense.
par Arnaud Simetiere
Billet d’édition
2. B.B. King et la légende de Lucille
Il suffit d’avoir admiré son jeu tout en finesse et en agressivité contenue, d’avoir vécu l’émotion provenant du vibrato magique de sa guitare, d’avoir profité de sa bonhomie joviale et communicative sur scène, de son humilité, et de sa gentillesse, pour comprendre qu’il n’a pas usurpé le titre de King of the Blues.
par Zantrop