Perdre 20 kilos, tous ensemble depuis bientôt deux mois, être refoulés, refoulées d'églises en hôpitaux, aujourd'hui sous des tentes dans la rue, tout cela pour obtenir le droit de vivre et travailler au pays d'ici, ce qu'ils font depuis des années. Les maigres avancées obtenues par les étrangers grévistes de la faim de Lille dévoilent la pauvreté des réponses légales à leur dynamisme.

Suite des évènements relatés dans un billet précédent: la grève la faim de membres du Comité des Sans Papiers 59 (CSP59) continue. Ils ont cherché refuge dans une église de Lille, dont ils ont été de nouveau délogés, avec au passage l'interpellation de deux d'entre eux, mis en centre de rétention. Leur expulsion du territoire a été annoncée pour les derniers jours de décembre. Un tract d'alerte aux passagers de leur vol a été préparé.

Le 22 décembre 2012, le CSP59 reprend la parole. "Les sans papiers grévistes de la faim sont installés sur le parvis sous des tentes subissant un déluge d’eau et de froid. LA MAIRIE DE LILLE DOIT METTRE A LEUR DISPOSITION DES TOILETTES afin que les sans papiers grévistes de la faim puissent satisfaire des besoins naturels. Un grand merci aux petits commerçants de la rue de Paris qui leur permettent d’aller au wc, vous faites partie de cette France QUE NOUS AIMONS, CELLE DE LA FRATERNITE DE TOUS LES HUMAINS ET DU VIVRE ENSEMBLE DANS L’EGALITE DES DROITS."

Le 25 décembre, 66 hommes et femmes, estimant que les quelques avancées du côté de la préfecture ne correspondent pas à leurs attentes, décident de poursuivre la grève de la faim. "Le CSP59 annonce que ce mardi 25 décembre, le SAMU sera appelé pour aider à la réalimentation médicalisée des sans papiers grévistes qui ont suspendu, et le mercredi 26 décembre les sans papiers, notamment grévistes des 9 « régularisés », des 44 « régularisables », 31 « inconnus » et 37 « refusés » seront accompagnés en préfecture si leur état le permet afin de procéder aux actes administratifs les concernant". Les intéressés se sont rendus à la Préfecture, accompagnés et soutenus par des représentants de la Ligue des Droits de l'Homme (LDH) et du Mouvement contre le Racisme et pour l'Amitié entre les Peuples (MRAP).

Selon des personnes en contact régulier avec les grévistes et le CSP 59, la durée de la grève de la faim fait sentir ses effets. "La plupart des grévistes ont perdu au moins 20kg- ils prennent de l’eau, du thé et du sucre. Depuis une huitaine de jours, ils ne sont plus qu’allongés, sous des tentes depuis samedi 22 décembre face à l’église Saint-Maurice. Auparavant, ils ont été, suite à l’expulsion du temple réformé de Fives et leur répartition dans une dizaine d’hôpitaux de la région, expulsés à nouveau des hôpitaux et répartis dans différents foyers d’urgence par groupes de sept. Ils ont décidé de se regrouper vendredi 21 décembre pour essayer de pouvoir continuer une vraie action collective .Ils ont été transportés par des soutiens jusqu’à Lille.

Pour être clairs, ils ne peuvent plus se tenir debout. Beaucoup ont des nausées dès le matin et somnolent toute la journée malgré le froid.

Pour l’instant, tant qu’ils peuvent rester ensemble visibles3, ils ont choisi de rester devant l’église.

Pour les démarches en préfecture, ils sont amenés par des soutiens (et qui les soutiennent également physiquement)".

Le mouvement est soutenu par des dizaines d'organisation citoyennes, syndicales, politiques, qui interpellent le préfet: Il est temps de passer aux actes pour que cesse la grève de la faim des Sans-papiers. Le Front de Gauche interpelle le ministre de l'Intérieur. La FSU a proposé un local à Villeneuve d’Ascq si besoin.

Le 26 décembre, le Préfet du Nord annonce que ses services ont commencé à examiner 23 dossiers. "Il appelle à nouveau à la responsabilité de chacun et demande instamment aux personnes se déclarant en grève de la faim de cesser leur action qui met leur santé en danger.". Et a fait délivrer à une partie des 23 personnes reçues une attestation de dépôt de dossier "leur permettant de justifier que leur situation est en cours d’examen". Un petit pas vers la régularisation - ou pas.

Le 30 décembre, le CSP59 a pris acte de la réalité des 9 régularisations annoncées par le Préfet. "Les sans papiers grévistes de la faim au nombre aujourd’hui de 52 (dont 2 en centre de rétention de Lesquin) et non grévistes demandent au préfet de permettre aux deux grévistes au CRA de bénéficier en les libérant de l’engagement «qu’aucune procédure d’éloignement ne sera engagée à l’encontre d’une personne étrangère ayant déposé une demande de titre de séjour dans ce cadre».

Les sans papiers grévistes de la faim et non grévistes du CSP59 demandent au préfet de recevoir le CSP59 ce mercredi 2 janvier afin d’envisager une sortie de la grève de la faim qui prenne en compte « l’examen diligent » des dossiers des grévistes de la faim.".

Comment se fait-il que le tragique des mythes grecs nous revienne en mémoire? Ananké ("Il faut"), instance inflexible gouvernant le cosmos comme la destinée humaine, Zeus qui a toujours le dernier mot contre les humains récalcitrants. "Zeus précipite les mortels du haut de leurs espoirs superbes dans le néant" (Eschyle, Les Suppliantes). Alors que, des millénaires plus tard, il y a quand même eu la Révolution Française et l'abolition de l'esclavage.

Martine et Jean-Claude Vernier

--

Deux clics: si vous avez raté les billets récents de Fini de rire et le sommaire complet du blog.

Et un troisième pour être informé par courriel de la mise en ligne des nouveaux billets.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.