Florence Dellerie
Autrice et illustratrice scientifique
Abonné·e de Mediapart

10 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 mars 2019

Véganes, non véganes : et si on arrêtait d’instrumentaliser les drames ?

Le traitement médiatique réservé aux décès d'enfants imputés de façon abusive au végétalisme ou au véganisme est à dénoncer. Mais il est tout aussi important de dénoncer l'instrumentalisation de drames causés par l'ingestion de certains produits d'origine animale, dans le but de défendre le véganisme. Appel à la pondération, à la réflexion, et coup de gueule.

Florence Dellerie
Autrice et illustratrice scientifique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Photo d’illustration © domaine public


Un certain nombre de personnes végétariennes, véganes et/ou antispécistes partagent ces derniers jours un article de presse faisant état de la mort d’un enfant de 6 ans, décédé « après avoir mangé un steak haché mal cuit »* ; en accompagnant parfois cette diffusion de réactions rigolardes, moqueuses ou sarcastiques. On a assisté aux mêmes réactions en 2017 avec l’histoire du petit Nolan, 8 ans, devenu handicapé à 80% après avoir consommé un steak haché : commentaires accusant les parents de « maltraitance », remarques telles que « comme quoi c’est pas le véganisme qui est dangereux ! », rires, etc.

Et c’est extrêmement dérangeant.

On dénonce souvent, en tant qu’antispécistes, l’instrumentalisation médiatique des décès d’enfants imputés de façon tout à fait fallacieuse et abusive au végétalisme ou au véganisme. Il paraît souhaitable et juste, de la même façon, de ne pas instrumentaliser les décès provoqués par l’ingestion de produits d’origine animale dans la perspective de critiquer la consommation de ces derniers.

Il est bon de reconnaître que le traitement médiatique de ces drames, lorsqu’ils sont associés maladroitement (ou à dessein) au végétalisme ou au véganisme, sont malvenus et participent à renforcer une position anti-végane souvent simpliste et toujours délétère. Il est judicieux de souligner leur traitement très inégal dans les médias. Mais il faut aussi dire que les décès d’enfants ayant ingéré de la chair animale mal cuite ou contaminée ne sont ni drôles, ni souhaitables, ni constitutifs d’une quelconque « maltraitance ». Ils sont le fruit d’un manque de chance, ou de l’ignorance, ou de la croyance en la nécessité de consommer de la chair ; parfois de tout cela à la fois. Mais ils ne peuvent à aucun moment prêter à rire ou servir de raison valide au boycott de la consommation de produits d’origine animale.

Ce sont juste des drames terribles dont la récupération nuit au débat public sur la question animale, détourne les questions éthiques qui y sont liées et fait accessoirement passer les personnes véganes pour de détestables misanthropes.

Combattre les amalgames, les fausses informations et les généralisations abusives doit se faire dans les deux sens. Sinon, on appelle cela hypocrisie ou mauvaise foi.

—–
*Il faut noter qu’à l’heure où ont été rédigés tous ces articles aux titres « pousse-au-clic », aucune causalité n’a été établie avec certitude entre la consommation de ce steak et le décès de l’enfant. L’influence des biais de confirmation, ces mécanismes nous poussant à accorder davantage de crédibilité aux faits qui renforcent une position que l’on a déjà adoptée ; est ici flagrante. Un peu d’esprit critique ne nuirait pas !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Élisabeth Borne à Matignon : Macron choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal — Terrorisme
Le manifeste du tueur de Buffalo précise la menace terroriste d’extrême droite
Payton Gendron, le terroriste d’extrême droite qui a tué dix personnes à Buffalo (États-Unis) le 14 mai, a publié un manifeste qui mérite d’être comparé avec celui de Brenton Tarrant, auteur néo-zélandais de l’attentat de Christchurch. En s’inscrivant dans une continuité historique du suprémacisme blanc meurtrier, il appelle aussi à le prolonger.
par Nicolas Lebourg
Journal
Ultradroite : nos enquêtes
En France, six projets d’attentats attribués à l’ultradroite ont été déjoués depuis 2017.  La professionnalisation de ces groupes, leur facilité à s’armer et les profils hétéroclites des activistes inquiètent les services de renseignements.
par La rédaction de Mediapart
Journal
Le « grand remplacement », idéologie meurtrière
Attribué au principal suspect de l’attentat de Christchurch (Nouvelle-Zélande), un manifeste intitulé « Le grand remplacement », en référence au fantasme d’extrême droite du même nom, dénonce les « invasions étrangères » en Europe, et cite tout particulièrement le cas de la France.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Procès Amber Heard - Johnny Depp : l'empire des hommes contre-attaque
Cette affaire délaissée par les médias généralistes en dit pourtant beaucoup sur la bataille culturelle qui se joue autour de #metoo.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
Picasso et la sorcière
[Rediffusion] Picasso, Dora Maar et la culture du viol
par Nina Innana
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Présenter le monde tel qu'il devrait être : contre la culture du viol
[Rediffusion] Dans les médias, au cinéma, sur les réseaux sociaux, dans les séries, de trop nombreuses voix continuent de romantiser et d'idéaliser les violences sexuelles. L'influence de ces contenus auprès des jeunes générations inquiète sur la meilleure
par daphne_rfd