François Gèze
Abonné·e de Mediapart

43 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 nov. 2012

Algérie : Madame Courage, un étonnant polar à clés

Écrivain de son état, traducteur émérite des meilleurs « polardeux » italiens, Serge Quadruppani n’a pas son pareil pour nous « obliger à regarder dans les yeux la corruption et la violence des sociétés modernes », comme l’affirme la quatrième de couverture de son dernier et stupéfiant polar publié aux Éditions du Masque, Madame courage,

François Gèze
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Écrivain de son état, traducteur émérite des meilleurs « polardeux » italiens, Serge Quadruppani n’a pas son pareil pour nous « obliger à regarder dans les yeux la corruption et la violence des sociétés modernes », comme l’affirme la quatrième de couverture de son dernier et stupéfiant polar publié aux Éditions du Masque, Madame courage, troisième opus des aventures de l’imprévisible commissaire antimafia Simona Tavianello (après les épatants La Disparition soudaine des ouvrières et Saturne, 2011).

Pour comprendre le titre donné à cette (sombre et sanglante) histoire, où se croisent services secrets algériens, français et italiens, mafieux de haut vol et salafistes manipulés, il faut revenir à un petit article qui a clairement inspiré Quadruppani. Celui publié par la journaliste Linda Bendali le 2 juin 2005 dans l’éphémère périodique Gri-Gri International sous le titre « Algérie : l’armée et ses paradis artificiels », où elle relatait son enquête sur d’étranges SDF algériens hantant le quartier de Barbès à Paris :

« Walid a les yeux exorbités, de violents tics, une sévère toxicomanie et multiplie les cauchemars. C’est l’armée algérienne qui lui a transmis le goût du paradis artificiel. À peine arrivé à la caserne, en 1997, le jeune Walid, 21 ans, est embarqué pour une opération commando. Les heures passent à travers le djebel. Le jeune appelé ignore sa destination. Des sous-officiers font circuler une gourde et des comprimés. Chacun se sert et passe au voisin. Walid fait comme tout le monde et découvre l’ivresse de celle que les soldats surnomment “Madame Courage”. Walid n’apprendra que plus tard le véritable nom de cette pilule-miracle : l’Artane, un psychotrope destiné à soigner la maladie de Parkinson. Ainsi drogués, les soldats se sentent invulnérables, surpuissants. Pris d’hallucinations, ils débarquent euphoriques dans les villages où les  cris  des  victimes  des  massacres résonnent encore. Le lendemain, ils ne gardent aucun souvenir, aucune image des atrocités qu’ils ont vécues, aucun flash des barbaries qu’ils ont commises. Cette douce inconscience a un prix : une forte dépendance. Très vite, comme nombre de ses compagnons. Walid avale de l’Artane tous les jours. Jusqu’à ne plus pouvoir s’en passer. Arrivé en France il y a quatre ans, aujourd’hui SDF, il n’a pas réussi à échapper à ses démons, ni à son enfer médicamenteux. […] “Il est très difficile de sortir de l’Artane”, explique Aline Lupuyau, médecin et directrice d’un centre d’accueil pour toxicomanes à Paris. Tout simplement parce qu’il n’existe aucun produit de substitution. »

De fait, depuis le livre témoignage du sous-lieutenant Habib Souaïdia, La Sale Guerre (La Découverte, 2001), on sait que les hommes des forces spéciales algériennes sont régulièrement shootés à l’Artane, fourni par leur hiérarchie. Ils appellent ces pilules « balles bleues » (ersass lazrag) ou plus laconiquement lazrag. Cette drogue coulait ainsi dans les veines de ces soldats et des « islamistes de l’armée » quand les uns et les autres ont perpétrés les « grands massacres » des années 1996-1998. Comme elle coule aujourd’hui dans celles de nombre de jeunes Algériens des bidonvilles. Ou encore dans celles de Moncef, dit le « trancheur », le vrai-faux salafiste tunisien au cœur du roman de Quadruppani, devenu tueur à gages pour le compte de « Nabil », officier de la police politique algérienne, le DRS (Département de renseignement et de sécurité), et expert manipulateur de divers groupes islamistes armés.

L’affaire se déroule pour l’essentiel à Paris, au printemps 2012, sur fond de campagne électorale pour une présidentielle à l’issue incertaine. Et de grandes manœuvres des puissances financières internationales pour la création d’une « Agence des grands travaux » visant à relancer l’économie mondiale grâce notamment aux fonds d’« investisseurs chinois, brésiliens, qataris », où souhaite s’investir également un « consortium du Nord-Est italien » créé par la ‘Ndrangheta (l’organisation mafieuse calabraise), mais aussi la fameuse « mafia politico-financière » constituée en Algérie depuis les années 1990 par les généraux du DRS pour s’accaparer les milliards de dollars de la rente pétrolière. Sous la plume malicieuse – et remarquablement informée – de Quadruppani, cet improbable (mais est-ce si sûr ?) scénario néokeynésien mobilisant les fortunes plus ou moins mal acquises des nouveaux capitalistes (les « propres » et les « sales », qui ne se distinguent guère) de la mondialisation triomphante va déraper.

Au cœur de l’« embrouille », la main coupée (d’une femme) qui « apparut dans la semoule de couscous accompagnant le tajine d’agneau aux abricots » servi un soir à la commissaire Simona Tavianello et son mari dans le classieux restaurant marocain Chez Yasmina, dans le quartier du Marais. On ne révèlera pas évidemment ici la clé de ce mystère atroce, qui mérite à lui seul de lire ce polar attachant, ni celles des ressorts de ses autres antihéros, le flic italien Francesco Marrone et son amante Maria Loriano, au lourd passé. Impossible de lâcher l’affaire quand on a lu les premières pages, même si les flashbacks à répétition peuvent troubler le lecteur (mais c’est évidemment le but de la manœuvre, puisque le trouble est le propre du monde bien réel de la mondialisation mafieuse) et si Quadruppani, si précis pour l’essentiel, parle parfois par erreur (p. 178-190) de « la DSR algérienne » au lieu du DRS, cette police politique dont les chefs restent depuis vingt-deux ans les vrais maîtres d’un pays qu’ils maintiennent en pleine déshérence.

C’est dire si s’impose la lecture de ce polar remarquablement troussé pour comprendre les dessous de la « Françalgérie » des années 2010, à la suite des analyses détaillées du livre de Lounis Aggoun et Jean-Baptiste Rivoire (La Découverte, 2004) : bagarres internes entre services secrets français (DGSE contre DST/DCRI, dont les dirigeants cultivent depuis trente ans des relations malsaines avec leurs homologues algériens), jeux de l’ombre du DRS pour manipuler les islamistes radicaux d’AQMI et autres groupuscules extrémistes (en concurrence avec les manipulateurs plus riches encore du Qatar ou de l’Arabie saoudite).

En bref, un roman où, comme c’est l’usage, tout est « inventé », mais où tout est « plus vrai que vrai ». Tout comme, seul équivalent sérieux existant à ma connaissance à ce jour, le polar L’Envol du faucon vert d’Amid Lartane (pseudonyme clairement dérivé lui aussi de la « Madame Courage » évoquée par Quadruppani), publié en France en 2007, certainement l’une des études anthropologiques les plus fouillées aidant à comprendre les ressorts du pouvoir algérien depuis l’indépendance de 1962 et de ses relations malsaines avec ses partenaires politiques et économiques – de droite comme de gauche – à Paris.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — France
L’encombrant « Monsieur sécurité » de Yannick Jadot écarté de la campagne écolo
Insultes, menaces, intimidations : depuis plusieurs années, militants et élus alertent les responsables d’EELV sur le comportement de Philippe Bouriachi. Ce conseiller régional, qui faisait office de garde du corps de Yannick Jadot, a été écarté de l’équipe de campagne parallèlement à notre enquête. Il dénonce une cabale.
par Mathieu Dejean et Sarah Brethes
Journal — France
Affaire Hulot : Jadot met « en retrait » un pilier de sa campagne
Proche de Nicolas Hulot, Matthieu Orphelin a été mis « en retrait » de la campagne de Yannick Jadot, en raison d’interrogations sur la connaissance qu’il aurait pu avoir des agissements de l’ancien ministre, accusé de violences sexuelles et sexistes. Une « décision courageuse » de la part du candidat écologiste à la présidentielle, salue Sandrine Rousseau.
par Mathieu Dejean
Journal — France
Dans le Béarn, des jeunes empêchés de s’installer en maraîchage bio
La communauté de communes de Pau a lancé un projet de « Ceinture verte » : l’installation d’une dizaine de paysannes et paysans par an autour de l’agglomération. Mais six jeunes sont actuellement suspendus au bon vouloir de la Safer, qui privilégie l’agrandissement des fermes existantes.
par Amélie Poinssot
Journal — France
Le procès des attentats du 13-Novembre
Le procès des attentats du 13-Novembre a débuté mercredi 8 septembre à Paris. Durant neuf mois, vingt accusés vont devoir répondre du rôle qu’ils ont joué dans cette tuerie de masse. Retrouvez ici tous nos articles, reportages, enquêtes et entretiens, et les chroniques de sept victimes des attentats.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Un jour dans ma vie militante : l’Etat réprime impunément des familles à la rue
[Rediffusion] Jeudi 28 octobre, soutenues par Utopia 56, plus de 200 personnes exilées à la rue réclamant l’accès à un hébergement pour passer l’hiver au chaud ont été froidement réprimées. L’Etat via son organe répressif policier est en roue libre. Bénévole au sein de l’association, j’ai été témoin direct de scènes très alarmantes. Il y a urgence. Voici le témoignage détaillé de cette journée.
par Emile Rabreau
Billet de blog
Penser la gauche : l'ubérisation des militant·e·s
Les mouvements politiques portent l’ambition de réenchanter la politique. Pour les premier·e·s concerné·e·s, les militant·e·s, l’affaire est moins évidente. S’ils/elles fournissent une main d’oeuvre indispensable au travail de terrain, la désorganisation organisée par les cadres politiques tendent à une véritable ubérisation de leurs pratiques.
par Nicolas Séné
Billet de blog
Militer pour survivre
Quand Metoo à commencé j’étais déjà féministe, parce qu’on m’a expliqué en grandissant que les gens étaient tous égaux, et que le sexisme c’était pas gentil. Ce qu’on ne m’avait pas expliqué c’est à quel point le sexisme est partout, en nous, autour de nous. Comment il forge la moindre de nos pensées. Comment toute la société est régie par des rapports de forces, des privilèges, des oppressions, des classes sociales.
par blaise.c
Billet de blog
Faire militance ou faire communauté ?
Plus j'évolue dans le milieu du militantisme virtuel et de terrain, plus il en ressort une chose : l’impression d’impuissance, l’épuisement face à un éternel retour. Il survient une crise, on la dénonce à coups de critiques et d’indignation sur les réseaux, parfois on se mobilise, on tente tant bien que mal d’aider de manière concrète.
par Douce DIBONDO