Mes commentaires m'appartiennent

Je déteste l'attitude qui consiste à fermer (et donc masquer) les commentaires après que l'on se soit fait contrer point par point sur ses mantras. Mes commentaires m'appartiennent, et je les remets en ligne.

Article maintenant verrouillé :

https://blogs.mediapart.fr/christian-delarue/blog/281117/michel-wieviorka-contre-le-pseudo-anti-racisme-raciste

Ce que j'ai pu récupérer :

https://blogs.mediapart.fr/christian-delarue/blog/281117/michel-wieviorka-contre-le-pseudo-anti-racisme-raciste/commentaires

30/11/2017 23:26

Par François MUNIER en réponse au commentaire de christian delarue le 28/11/2017 20:37

D'abord, il s'agit de Maboula Soumahoro, à propos du camp d'été décolonial, pas du stage syndical organisé par SUD 93. Le critère était l'appartenance à un groupe victime de racisme systémique.

On est exactement dans la même logique que celle des réunions féministes non mixtes, des anciens alcooliques, c'est-à-dire de favoriser la prise de parole et l'échange d'expériences entre personnes qui sont dans la même situation.

A propos, "Zéro macho", ce ne serait pas un peu sekso-séparatiste ?

01/12/2017 13:56

Par François MUNIER en réponse au commentaire de christian delarue le 01/12/2017 08:03

Donc, les victimes de discriminations sexistes ont le droit de se retrouver ensemble, mais pas celles de discriminations racistes ?

Effectivement, le tract ne nomme pas le racisme systémique, mais il en donne des exemples :

Programmes d’Histoire servant le roman national, sur-orientation dans les filières professionnelles des élèves desdendant-e-s des immigrations en particulier postcoloniales, islamophobie et instrumentalisation de la laïcité, politiques migratoires durcies qui concernent de nombreux élèves et leurs familles, violences policières qui touchent les élèves à l’extérieur et dans l’école… L’analyse du racisme d’État dans la société et en particulier dans l’Éducation nationale s’impose. 
Comment déconstruire chez et avec les enseignant-e-s les discriminations raciales ?

C'est quoi, un assimilé juif ? L'atelier s'adressait aux personnes racisées (victimes de racisme institutionnel), je pense que vous êtes apte à déterminer qui en est victime en France.

1/12/2017 06:18

Par François MUNIER en réponse au commentaire de christian delarue le 28/11/2017 20:38

Pourquoi faire ? Ce n'est pas nécessaire, vu le nombre d'associations communautaires (et parfois communautaristes) juives existantes.

01/12/2017 13:37

Par François MUNIER en réponse au commentaire de christian delarue le 01/12/2017 08:04

Il ne sépare pas, mais il ne les met pas ensemble !!! Il fait comment, alors ??

30/11/2017 17:10

Par François MUNIER en réponse au commentaire de Pizzicalaluna le 30/11/2017 14:54

J'aimerais connaître le contexte exact de la photo légendée Iran 2012. Peut-être une cérémonie religieuse ? Ce serait alors aussi représentatif qu'une photo prise au cours d'une audience papale.

Je suis allé trois fois en Iran, j'ai déambulé dans les villes et les villages, et je n'ai jamais vu rien de tel.

Les femmes sont soumises à un code vestimentaire (tête couverte, pas de jambes et de bras nus), mais rien qui ressemble à cette photo, de près ou de loin.
Je n'aime pas mettre en ligne des photos de personnes sans leur autorisation, mais à titre d'exemple, voici l'affiche d'un film projeté à Tabriz en août 2016. La représentation des femmes est conforme à ce qu'on voit dans les rues.

cinema-iran

Je sais très bien que ce code vestimentaire a été imposé par la force, qu'il y a eu des oppositions et qu'aujourd'hui beaucoup d'Iraniennes rusent avec. Dans la rue, on distingue très vite celles qui sont habillées selon leurs convictions religieuses et celles qui n'attendent que la fin des interdictions pour s'habiller comme elles veulent.

Il faut aussi être conscient que les photos des années 1970 qu'on exhibe sont celles d'une toute petite minorité de femmes, et que la grande majorité n'avaient accès ni à l'éducation, ni aux loisirs.

30/11/2017 14:47

Par François MUNIER

J'ai bien lu la tribune de Michel Wieworka, il dénonce effectivement (à tort selon moi) la notion de racisme d'État et estime "dangereux et malsains" les ateliers en non-mixité. Il n'accuse jamais les organisateurs de ces ateliers (ni les militants de l'antiracisme politique) d'être eux-mêmes des racistes ou des pseudo-antiracistes.

Alors cessez de surajouter vos propres opinions aux déclarations des uns et des autres, en entretenant la confusion !

Vous écrivez :

On répète désormais depuis l’affaire SUD 93 : « les blanc dehors (sauf les blanches voilées) et les non blancs dedans, c’est juste pour 30 minutes »

Qui est ce "on" ? Je ne crois pas que cette phrase ait été prononcée par un des organisateurs de ce stage syndical ou par un de leurs soutiens. Ni même qu'on puisse la déduire des buts du stage.

Si c'est de vous, ne vous cachez pas derrière ce "on", comme si vous étiez l'opinion publique à vous tout seul. Si ce n'est pas vous, j'espère que vous n'êtes pas allé la chercher sur "Riposte Laïque" ou assimilé.

Vous mobilisez ensuite l'histoire du MRAP à votre appui.

Vous avez une mémoire sélective : Le MRAP (comme la LICRA) a été créé et animé principalement par des victimes (juives) du racisme. Le MRAP est issu de la résistance juive et communiste au nazisme. C'est son honneur. Pourquoi l'occulter ?

Il a effectivement su étendre son champ d'action aux autres formes du racisme, mais la lutte contre les intégrismes religieux (sauf s'ils servent de support au racisme) n'a jamais été dans ses objectifs principaux (moins de 1 % des communiqués) et est absentede l'orientation du congrès de 2015.

Et il faut admettre que si les victimes du racisme jouaient tout leur rôle dans l'organisation et sa direction, ce n'est plus le cas aujourd'hui. Combien de personnes issues des populations racisées parmi les membres du BE ? Je ne remets pas en cause les qualités de ces personnes, mais la composition de cette liste est la conséquence d'un échec politique.

PS : on écrit Roms ou Rroms, mais pas Romms. La connaissance d'un sujet passe aussi par l'orthographe

01/12/2017 07:35

Par François MUNIER en réponse au commentaire de christian delarue le 30/11/2017 21:39

1 : C'est Maboula. Que diriez-vous si on vous appelait Hristian ? C'est une militante, mais rien ne vous permet de la qualifier de racialiste. Et militante universitaire n'a pas de sens, contrairement à universitaire militante !!

2. Plainte contre SUD : elle sera irrecevable pour des raisons de forme et de fond. Ne faites pas semblant de l'ignorer !

2. Critiques islamophobes ou pas ? Oui, quand la critique se fait au nom de principes généraux et généreux (par exemple les droits de femmes) mais ne concerne dans les faits qu'une catégorie de personnes. Et vous oubliez le fait qu'en France, celles qui portent le voile le font pour la plupart de leur plein gré.

4. Vous ne contestez pas en avoir rajouté sur le texte de Wieworka et donc en avoir fait une présentation biaisée. 

02/12/2017 15:59

Par François MUNIER en réponse au commentaire de christian delarue le 01/12/2017 21:24

Un ministre, qui porte par ailleurs un projet éducatif réactionnaire, annonce un plainte contre un syndicat enseignant, au mépris de la loi (on ne peut pas porter plainte pour diffamation contre une personne morale), des libertés syndicales, en voulant imposer une sociologie officielle (il n'y aurait pas de racisme d'État !) et vous vous en fichez.

Pas mon propos !!! Dites-vous !

01/12/2017 07:42

Par François MUNIER en réponse au commentaire de christian delarue le 30/11/2017 22:23

"Vers la lutte contre une nouvelle forme de racisme jusqu'à 1977." A vous lire, on pourrait comprendre que cette lutte a cessé en 1977. Vous n'écrivez pas que pour moi, mais aussi pour des gens qui qui ne connaissent pas l'histoire du MRAP.

Quant à SOS-Racisme, il ne faut jamais oublier que cette association a été créée par le PS et l'UEJF pour étouffer les revendications exprimées lors des marches de 1983 pour l'égalité et contre le racisme.

Au moins, la LICA (devenue LICRA) avait à sa création un but honorable : sauver Samuel Schwartzbard et dénoncer les pogroms.

30/11/2017 23:43

Par François MUNIER en réponse au commentaire de christian delarue le 30/11/2017 23:00

Chagnon, c'était un militant d'extrême-droite et ses propos n'avaient pas leur place dans un établissement secondaire public, où on doit respecter les sentiments des élèves (cf. la "Lettre aux instituteurs" rédigée par Ferdinand Buisson). Je dirais la même chose sur un enseignant du secondaire qui expliquerait que les Camisards, les Chouans, les Communards, etc.. étaient des criminels devant des enfants qui portent une mémoire familiale qui en fait des gens respectables.

Le droit au blasphème (que vous aimeriez transformer en devoir de blasphème) est reconnu depuis très longtemps dans la "France de l'intérieur" et le MRAP n'a pas à avoir d'avis sur la question, si ce n'est une position de principe sur la liberté d'expression. Quand Mouloud Aounit a employé le terme de blasphème, c'était à propos de déclarations odieuses de Le Pen père. On peut discuter le choix du terme, mais il faut être de mauvaise foi pour y voir une demande de condamnation du blasphème contre les religions.

01/12/2017 13:35

Par François MUNIER en réponse au commentaire de christian delarue le 01/12/2017 08:11

"Mouloud Aounit avait d'abord refuse le blasphème en 2006 puis il s'est rétracté" C'est faux (ou ça ne veut rien dire, car ce n'est pas du français compréhensible), il avait simplement condamné en 2005 comme blasphématoire ce qu'avait dit J.-M. Le Pen. Vous le savez très bien, mais vous entretenez volontairement la confusion.

Je cite le site Atheisme.org (c'est moi qui mets en gras) :

Au journal de 13h de France 3, dans une réaction aux propos pro-nazis de Le Pen, Mouloud Aounit demande que soit rétabli le délit de blasphème : "La justice doit être d'une fermeté exemplaire pour éviter non seulement la récidive mais aussi pour prévenir et de montrer qu'aujourd'hui si la liberté d'expression est un bien fondamental qui fait partie des droits de l'homme, la liberté de blasphémer et la liberté d'ouvrir le champ au racisme doit être condamnée avec la plus grande fermeté" (transcription exacte des propos entendus). Voir aussi L'Express du 24 janvier 2005.

Je vous renvoie également à la mise au point faite par la présidence du MRAP en 2008.

02/12/2017 16:07

Par François MUNIER

Affaire Chagnon : le MRAP n'a jamais reproché à Chagnon d'avoir critiqué une religion, relisez l'historique de l'affaire.

"vouloir rétablir le délit de blasphème", c'est l'interprétation tendancieuse de Jocelyn Bézecourt. Mouloud ne demande aucune modification de la loi, il demande l'application des lois existantes, en employant certes un qualificatif qui peut être mal interprété. Je constate que c'est moi qui ai donné la bonne date et le texte exact. Suis-je votre documentaliste ?

On pourra un jour reparler des communiqués du MRAP concernant les intégrismes, mais commencez par chercher les références.

03/12/2017 10:36

Par François MUNIER en réponse au commentaire de christian delarue le 02/12/2017 20:13

le 01/12 à 22 h 03, vous écrivez :

Ce passage confirme bien qu'il avait dit "vouloir rétablir le délit de blasphème"

Et maintenant, vous écrivez qu'il n'avait pas demandé une modification de la loi (qui n'empêche pas le blasphème).

Relisez-vous avant de répondre !!

Cette polémique sur le "blasphème" a été montée de toutes pièces par les adversaires du MRAP et il est désolant de vous voir vous y complaire.

03/12/2017 19:45

Par François MUNIER

Pour votre information, les derniers ouvrages de Tariq Ramadan ont été publiés aux Presses du Chatelet, comme d'autres d'Élie Wiesel , d'auteurs d'ouvrages religieux que je n'apprécie pas forcément, et ceux de Pierre Rahbi.

Vous en concluez quoi ?

Je suis désolé pour mes lecteurs, mais je ne me suis pas arrogé le droit de reproduire les autres commentaires de ce billet de blog. Ils peuvent en retrouver la plupart en suivant le lien en début de texte.

Je reviendrai ultérieurement sur le site Ikhwan et ses méthodes.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.