Montpellier : L'artiste, le Président et le maire

Dans la série : « Montpellier : le dilemme de Macron » une anecdote récente vaut le coût d’être rapportée.

Dans la série : « Montpellier : le dilemme de Macron » une anecdote récente vaut le coût d’être rapportée.

Si vendredi 16 mars vous circuliez dans les parages de l’aéroport Montpellier Méditerranée vous auriez pu vous croire en état de siège : barrages, contrôles, tireurs d’élite sur les toits… en fait, le président de la République atterrissait avec son Falcon personnel à Montpellier. Que venait-il y faire ?

En début de semaine le Président de la Métropole et maire de Montpellier, Philippe Saurel, faisait courir le bruit dans les rédactions que le président de la République, Emmanuel Macron, viendrait à Montpellier vendredi 16 mars pour présenter son projet de « pass culture » pour les jeunes aux côtés de Mme Nyssen, ministre de la culture, censé prendre exemple sur le pass culture mis en place à Montpellier.

Or, vendredi, le Président de la République n’est pas venu pour cela, et même les services de l’Elysée ont précisé aux journalistes qu’il n’en avait jamais été question.

Le président a été accueilli sur le tarmac de l’aéroport par le préfet de l’Hérault M. Pouëssel, seul, sans aucun élu à ses côtés. M. Philippe Saurel a dû être relativement vexé de ne pas être là pour accueillir le Président de la République, dont il cherche depuis des mois à glaner le soutien en vue des prochaines élections municipales. Rappelons que lorsque, déjà ancien président, Nicolas Sarkozy était venu à Montpellier, le maire de la ville l’avait accueilli en personne à l’aéroport où ils avaient même partagé un petit déjeuner….

Emmanuel Macron débarque donc à Montpellier sans inviter Philippe Saurel à l’accueillir. Accompagné de son épouse Brigitte Macron, le Président se rend en visite « privée » à Sète auprès du grand artiste peintre Pierre Soulages, âgé de 98 ans, et que le couple présidentiel apprécie particulièrement, ayant visité son musée à Rodez en 2016 et n’ayant jamais eu l’heur de le rencontrer.

Cette rencontre avec visite de l’atelier et repas privé fût « strictement privée » nous dit-on, ce qui n’empêcha pas le Président d’accepter la présence du maire LR de Sète M. Commeinhes. Et lorsque les journalistes de Midi Libre interrogent Philippe Saurel sur sa mise à l’écart, celui-ci répond qu’il n’était pas libre vendredi midi, occupé à manger dans un fast-food à Remoulin… Réponse certes peu élégante mais qui en dit long sur l’amertume de l’intéressé.

Ajoutons à cet épisode un fait qui n’a pas été relevé par la presse locale. Dans une des villes de la métropole, un maire a décidé en 2016 de donner le nom de Pierre Soulages à une nouvelle école en construction, qui sera donc la première école portant son nom. Et quel est donc ce maire ? Il s’agit de René Revol, le maire de Grabels que l’on présente comme le principal rival de Philippe Saurel pour les prochaines élections municipales de 2020 à Montpellier.

Imaginons que le président Macron décide de venir avec Pierre Soulages inaugurer l’école Pierre Soulages à Grabels à la rentrée prochaine… La scène serait particulièrement drôle car cela vexerait bien sûr à nouveau Philippe Saurel mais mettrait également dans un embarras certain le très mélenchoniste René Revol !

Bref, le dilemme de Macron reste intact.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.