Géographies en mouvement
Manouk BORZAKIAN (Lausanne), Gilles FUMEY (Sorbonne Univ./CNRS). Renaud DUTERME (Arlon, Belgique), Nashidil ROUIAI (Université de Bordeaux).
Abonné·e de Mediapart

106 Billets

1 Éditions

Billet de blog 11 avr. 2021

L’université, ses «miracles ordinaires»

Vilipendées et incomprises des politiques, les universités, les laboratoires et leurs 265 écoles doctorales, 82 prix Nobel et 12 médailles Fields méritent mieux que les étiquettes qu’on leur colle depuis l’espace public.

Géographies en mouvement
Manouk BORZAKIAN (Lausanne), Gilles FUMEY (Sorbonne Univ./CNRS). Renaud DUTERME (Arlon, Belgique), Nashidil ROUIAI (Université de Bordeaux).
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il est de bon ton au moment où Parcoursup joue à une forme de loterie avec des algorithmes impubliés, de dénigrer ces institutions pour mieux les éviter. Notamment les premiers cycles présentés comme des machines à échouer. Sait-on seulement qu’un grand nombre d’étudiants est loin d’y avoir le niveau requis ? Ils quittent des lycées dont la grande majorité signent l’échec des politiques Chevènement de la deuxième massification de l’enseignement dans les années 1980.

Stéphane Beaud et Mathias Millet ont réuni neuf collègues pour ausculter ces « usines à chômeurs » ainsi qu’on baptise les filières des sciences humaines. Presque millénaires, les universités assurent une promotion sociale à des centaines de milliers de jeunes chaque année, notamment ceux issus des classes populaires qui n’auraient pas eu accès aux grandes écoles pour des raisons culturelles ne tenant pas qu’au financement des études.

La critique cinglante d’un « récit néolibéral et managéria » justifiant la différenciation des universités, de ceux qui cherchent et y enseignent, rappelle cette longue histoire des attaques contre ces établissements, soumis aujourd’hui à une épuisante course aux financements. Sans remonter comme le fait Christophe Charle au début du 20e siècle, on rappelle que « les mesures prises depuis 2005 vont toutes dans le sens, non de la démocratisation, mais de l’élitisation, de l’alliance des forts entre eux contre les faibles abandonnés à leur triste sort : PRES, plan Campus, création de l’ANR, l’AERES devenue HCERES, LabEx et autres Epuipex, Idex… » donnant avec l’impression « d’éternel retour des discours sur les réformes, des solution toujours annoncées et jamais mises en œuvre ou des « agendas » venus d’ailleurs (OCDE, Banque mondiale…). »

Pour les auteurs, l’origine des échecs successifs, c’est l’improvisation des réformes. Comme à l’hôpital, le new public management conduit à des déséquilibres financiers abaissant les taux d’encadrement. Machiavélisme ? Incompétence ? Les deux, sans doute. Mais aussi, en amont, Parcoursup, dont « le grand méchant loup se loge dans les structures du jugement scolaire de l’enseignement secondaire » et dans les fantasmes qu’entretiennent les médias sur les bonnes études à faire ou pas ».

Avec 800 000 nouveaux étudiants depuis la présidence de F. Mitterrand, les dotations par étudiant ont constamment baissé. Rien qu’entre 2010 et 2019, c’est – 12%. Pour Isabelle This Saint-Jean, le bilan est « sombre ». Jean-Luc Deshayes dénonce des politiques qui dénient le travail étudiant. Alors que près de la moitié des étudiants travaillent pendant l’année pour payer leurs études, il faut rappeler qu’en 1943, le Conseil national de la Résistance avait déjà imaginé un « présalaire » pour les étudiants reconnaissant « leur qualité de travailleurs déjà qualifiés ». Deshayes regrette le raisonnement « économiciste » dominant dénoncé aussi par Philippe Aghion et Elie Cohen[1].  Et tous plaident pour une université constituant « l’un des derniers lieux du savoir désintéressé et critique ». L’affaire abracadabrantesque de l’islamo-gauchisme lancée par une ministre dont des dizaines de milliers d’universitaires réclament la démission est édifiante.

Compte tenu du fait que l’université conduit des millions de jeunes vers le travail, les sociologues Romuald Bodin et Sophie Orange parlent de « miracles ordinaires », si on les rapporte aux faibles moyens alloués. Sur ce sujet, les économistes David Flacher et Hugo Harari-Kermadec regrettent de voir que cette sous-dotation trouverait sa solution par la mise en place d'une augmentation graduelle des frais d’inscription qui conduit, forcément les étudiants à s'endetter. Ils dénoncent un « énorme cadeau aux banques qui se double d’un fardeau pour l’Etat ». Car en Angleterre, près des trois-quarts des étudiants ne parviendraient pas à rembourser intégralement leurs frais. La Cour des Comptes saura-t-elle convaincre les politiques lorsqu’elle « reconnait elle-même les limites d’une réforme basée sur la hausse des frais d’inscription » dans son rapport de 2018 ? Pas sûr.

Emmanuelle Charpentier est un pur produit de l'Université. Elle étudie la biochimie et la microbiologie, puis poursuit sa formation à l'institut Pasteur (1992-1995). Elle obtient en 1995 un doctorat en microbiologie à l'université Pierre-et-Marie-Curie devenue Sorbonne Université.

Il faut lire ce livre qui ouvre les horizons sur des points controversés comme le financement, l’échec des premières années dans certaines filières, les orientations universitaires des femmes de milieux populaires, la politique de la recherche dont l’irréalisme est illustré par l’octroi du prix Nobel de chimie 2020 à une Française, Emmanuelle Charpentier formée à l'université Pierre-et-Marie-Curie (aujourd'hui Sorbonne Université) qui travaille au Max Planck Institute à Berlin. L’université française mérite mieux qu’un tel camouflet politique.
L’Université pour quoi faire ? sous la direction de Stéphane Beaud et Mathias Millet,
PUF, 120 pages, 9,50 euros. 

En débat sur France Culture

[1] Education et croissance, Paris, La Documentation française, 2004. A. Authier et alii., « La situation financière des universités », IGF-IGAENR, 2013.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Comment la Russie a laissé filer l’épidémie
Omicron déferle sur la Russie alors que le pays vient déjà de traverser une terrible année 2021 et déplore plus de 900 000 morts excédentaires depuis le début de la pandémie. Une hécatombe acceptée par l’État mais aussi par la population, peu encline à la vaccination.
par Julian Colling
Journal
Sondages de l’Élysée : le tribunal présente la facture
Le tribunal correctionnel de Paris a condamné ce vendredi Claude Guéant à huit mois de prison ferme dans l’affaire des sondages de l’Élysée. Patrick Buisson, Emmanuelle Mignon et Pierre Giacometti écopent de peines de prison avec sursis.
par Michel Deléan
Journal
Deux « Zouaves » condamnés pour l’attaque à Paris d’un bar antifasciste
Un an et demi après la descente du groupe d’ultradroite Les Zouaves au Saint-Sauveur, QG des antifascistes parisiens, Marc de Cacqueray-Valmenier et Bastien Dos Santos ont été condamnés à des peines de prison ferme pour violences et dégradations en réunion.
par Camille Polloni
Journal
Le fondateur de l’association Le Refuge et l’ex-directeur général mis en examen
Après les révélations de Mediapart en décembre 2020 sur les graves dysfonctionnements au sein de cette association LGBT, plusieurs plaintes avaient été déposées contre ses deux anciens dirigeants. L’ex-président Nicolas Nogier est mis en examen pour viol et agression sexuelle. Frédéric Gal, lui, est poursuivi pour deux faits de harcèlement sexuel.  
par David Perrotin et Youen Tanguy

La sélection du Club

Billet de blog
Un grand silence
L'association Vivre dans les monts d'Arrée a examiné le dossier présenté par EDF. Nous demandons, comme nous l'avons fait en 2010 et comme nombre de citoyens le font, que soit tenu un débat public national sur le démantèlement des centrales nucléaires : Brennilis, centrale à démanteler au plus vite.
par Evelyne Sedlak
Billet de blog
Fission ou fusion, le nucléaire c’est le trou noir
Nos réacteurs nucléaires sont en train de sombrer dans une dégénérescente vieillesse ; nos EPR s’embourbent dans une piteuse médiocrité et les docteurs Folamour de la fusion, à supposer qu’ils réussissent, précipiteraient l’autodestruction de notre société de consommation par un effet rebond spectaculaire. Une aubaine pour les hommes les plus riches de la planète, un désastre pour les autres.
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Le nucléaire, l'apprenti sorcier et le contre-pouvoir
Les incidents nucléaires se multiplient et passent sous silence pendant que Macron annonce que le nucléaire en France c'est notre chance, notre modèle historique.
par Jabber
Billet de blog
Notre plan B pour un service public de l'énergie
[Rediffusion] Pour « la construction d’un véritable service public de l’énergie sous contrôle citoyen » et pour garantir efficacité et souveraineté sur l’énergie, celle-ci doit être sortie du marché. Appel co-signé par 80 personnalités politiques, économistes, sociologues, historiens de l’énergie dont Anne Debrégeas, Thomas Piketty, Jean-Luc Mélenchon, Aurélie Trouvé, Gilles Perret, Dominique Meda, Sandrine Rousseau…
par service public énergie