Géographies en mouvement
Manouk BORZAKIAN (Lausanne), Gilles FUMEY (Sorbonne Univ./CNRS). Renaud DUTERME (Arlon, Belgique), Nashidil ROUIAI (Université de Bordeaux).
Abonné·e de Mediapart

95 Billets

1 Éditions

Billet de blog 20 oct. 2021

Un western par une femme : l'Amérique en contrechamp

Kelly Reichardt s'aventure dans le monde macho des westerns américains. Elle en bouscule tous les codes et signe avec « First Cow » un drame survenu dans l'Oregon au début du XIXe siècle. Comme un écho lointain aux migrations d'aujourd'hui très souvent périlleuses et tragiques. (Par Gilles Fumey)

Géographies en mouvement
Manouk BORZAKIAN (Lausanne), Gilles FUMEY (Sorbonne Univ./CNRS). Renaud DUTERME (Arlon, Belgique), Nashidil ROUIAI (Université de Bordeaux).
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le Centre Pompidou traverse l’Amérique au cinéma avec Kelly Reichardt, une cinéaste qui présente son onzième film, First Cow, au public. Loin des paillettes et des vrombissements d’Hollywood, Kelly Reichardt a construit une œuvre en contrechamp qui porte toute la douleur de ceux qui ont cru en ce pays qui les a engloutis sans leur donner de quoi vivre leurs rêves. Comme les migrants d’aujourd’hui, pourchassés, exploités, humiliés, jetés dans les fosses communes de l’oubli.

« L’oiseau a son nid, l’araignée sa toile, et l’homme l’amitié » (William Blake)

La première scène de First Cow donne la couleur de ce western des forêts de l’Oregon en 1820 : la découverte par une promeneuse et son chien de deux squelettes abandonnés au bord de la rivière Willamette, affluente de la Columbia. Plongeant dans The Half-Life, ouvrage de Jon Raymond (2004) qu’elle adapte pour partie dans le film, Kelly Reichardt raconte la tragédie de ces deux hommes, venus ici avec des trappeurs attirés par le commerce du castor, Russes, Anglais, Espagnols d’Hawaï, Chinois qui se mélangèrent aux tribus indiennes vivant au bord de ces voies rapides de commerce depuis des millénaires.

Cookie (John Magaro) © First Cow (un film de Kelly Reichardt)

Otis « cookie » Figowitz et King Lu se lient d’amitié, «un espace mental où les humains se sentent chez eux», pour Kelly Reichardt. Le premier cuisine pour les trappeurs, le second se veut entrepreneur. Il propose une association à « Cookie », pâtissier inspiré, pour faire fortune à San Francisco. Sans le sou et, surtout, sans l’un des ingrédients de base des beignets et du "clafoutis" (en français dans le texte), le lait introuvable dans ces forêts à peine défrichées... Jusqu’au jour où un gouverneur se fait apporter la « première vache » de la contrée à laquelle, chaque nuit, ils subtilisent le lait. Une prospérité bien risquée…

D’aucuns auraient imaginé la naissance d’une gentille saga du cookie. La malchance et la brutalité des trappeurs renvoient à la scène initiale de la découverte des sépultures. Dans l’histoire de ce Nouveau Monde, rien ne manquait. Les fleuves et les rivières sont comme des mers Rouges infranchissables pour ces Pilgrims fathers de la liberté. Cet échec au milieu d’une communauté d’Indiens apparaissant comme les plus généreux est filmé, caméra au sol, en format carré 4/3, dans une forêt tout en dégradés de verts et de bruns qui accentue la tonalité mélancolique du récit. Réalisé par une femme, ce western sera donc sans spectacle ni mythe. Il faudra trouver la grandeur dans la tendresse, dans ces couleurs de l’automne, dans le tragique qui rappelle le destin chaotique des héros de Chaplin.

Une écologie des images

Dans Filmaker Magazine (octobre 2016), Judith Revault d’Allonnes à qui on doit la rencontre avec la réalisatrice à Beaubourg (14-24 octobre 2021) insiste sur le rôle des territoires qui « façonnent » les personnages. « La géographie, le climat, les aménagements », tout invaliderait le road movie « mâtiné de film noir qui s’embourbe ». « La connaissance intime des lieux [de l’Oregon] permet d’y inscrire pleinement les personnages. A travers cette exploration de proximité, à petite échelle, les films font néanmoins une expérience américaine plus vaste. [Chaque film] trouve sa forme dans une écriture ouverte, contrastée, dans une distance ni trop près ni trop loin : une certaine écologie des images ».

Un anti-western tout en grâce, planté dans le temps d'avant les Etats-Unis, sans héros, juste des pionniers pouilleux qui tentent le destin dans une forêt aussi touffue que leurs embrouilles. Où la grâce d'une vache et l'amitié de deux paumés composent une Amérique toute en contrechamp. 

On peut revoir Old Joly (2006), « Wendy et Lucy » (2008), « La dernière piste » (2010), « Certaines femmes » (2016)… Des films de lieux perdus dans le désert, les villes paumées de l’Oregon et du Montana. Et pour sa collection de films « Où en êtes-vous ? » le Centre Pompidou a passé une commande à Kelly Reichardt de courts métrages qu’on verra bientôt sur le site Internet si l’on manque les séances à Beaubourg.

Film Américain : First Cow de Kelly Reichardt, avec John Magaro, Orion Lee, Toby Jones… 2 h 02.

Une autre lecture du film  par Manouk Borzakian

On peut écouter Kelly Reichardt à l'occasion de la rétrospective au centre Pompidou

Entretien avec Kelly Reichardt | Centre Pompidou © Centre Pompidou
FIRST COW Bande Annonce (2021) Drame © Bandes Annonces Cinéma

Pour nous suivre sur Facebook : https://www.facebook.com/geographiesenmouvement/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
L’impunité et la lâcheté des puissants
Après la révélation des accusations contre l’ancien ministre, le parquet de Paris a annoncé l’ouverture d’une enquête préliminaire. Au-delà de son devenir judiciaire, cette affaire nous interpelle sur l’insuffisance de la lutte contre les violences sexuelles et sur l’impunité des sphères de pouvoir.
par Lénaïg Bredoux
Journal — International
Le nouveau variant Omicron, identifié en Afrique australe, déjà repéré en Europe
La communauté scientifique est en alerte depuis l’identification d’un nouveau variant au Botswana. Les premiers séquençages en Afrique du Sud font craindre une propagation à grande vitesse. L’Organisation mondiale de la santé vient de le classer parmi les variants préoccupants et l’a baptisé Omicron.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — International
UE : Paris et Rome s’accordent à moindres frais pour tenter de peser dans l’après-Merkel
Emmanuel Macron et Mario Draghi ont conclu un traité pour tourner la page des années de tensions entre la France et l’Italie. Une façon aussi, pour le président de la République, de se rapprocher d’un homme bien plus influent que lui sur la scène européenne.
par Ludovic Lamant et Ellen Salvi
Journal — France
Dans la Manche, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila

La sélection du Club

Billet de blog
À l'indignation, monsieur Darmanin, a succédé la rage
Au lendemain du drame qui a coûté la vie à 27 personnes dans la Manche, Michaël Neuman, directeur d'études au Centre de réflexion sur l'action et les savoir humanitaires de la fondation MSF, dénonce les responsabilités de l'État français et du ministre de l'Intérieur.
par Médecins sans frontières
Billet de blog
Migrants : du naufrage aux larmes de crocodile
Qu’elles sèchent vite, les larmes de crocodile ! De plus en plus vite, car il y en a de moins en moins, de larmes. Même de crocodile. Et surtout pour les réfugiés. Vous vous rappelez la photo du petit corps d’Aylan, 3 ans, rejeté sur une plage de Bodrum en 2015 ? Nous oublierons tout aussi vite le naufrage qui a tué 27 migrants dans La Manche, mercredi. Place au Black Friday !
par Cuenod
Billet de blog
L'Europe-forteresse creuse sa tombe dans le faux abri de ses fantasmes d'invasion
L'épisode dramatique à la frontière Pologne/Biélorussie confirme une fois de plus la fausse sécurité d'une Europe-forteresse qui se croit en sécurité en payant pour refouler et bloquer migrants et réfugiés, ignorant ses fondements, ses valeurs, son histoire. La contre-offensive massive à rebours des renoncements successifs matraqués en certitudes au coin du bon sens est une nécessité vitale.
par Georges-André
Billet de blog
Ça suffit ! Pour un accueil inconditionnel des exilé.es
Allons-nous continuer à compter les morts innocents et à force de lâcheté, d’hypocrisie et de totale inhumanité, à nous faire contaminer par un imaginaire rance de repli sur soi qui finira par tout.es nous entraîner dans l’abîme ? Non, il faut commencer par rétablir les faits avant que de tout changer en matière de politique migratoire et de droit des étrangers.
par Benjamin Joyeux