Géographies en mouvement
Manouk BORZAKIAN (Lausanne), Gilles FUMEY (Sorbonne Univ./CNRS). Renaud DUTERME (Arlon, Belgique), Nashidil ROUIAI (Université de Bordeaux).
Abonné·e de Mediapart

107 Billets

1 Éditions

Billet de blog 20 oct. 2021

Un western par une femme : l'Amérique en contrechamp

Kelly Reichardt s'aventure dans le monde macho des westerns américains. Elle en bouscule tous les codes et signe avec « First Cow » un drame survenu dans l'Oregon au début du XIXe siècle. Comme un écho lointain aux migrations d'aujourd'hui très souvent périlleuses et tragiques. (Par Gilles Fumey)

Géographies en mouvement
Manouk BORZAKIAN (Lausanne), Gilles FUMEY (Sorbonne Univ./CNRS). Renaud DUTERME (Arlon, Belgique), Nashidil ROUIAI (Université de Bordeaux).
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le Centre Pompidou traverse l’Amérique au cinéma avec Kelly Reichardt, une cinéaste qui présente son onzième film, First Cow, au public. Loin des paillettes et des vrombissements d’Hollywood, Kelly Reichardt a construit une œuvre en contrechamp qui porte toute la douleur de ceux qui ont cru en ce pays qui les a engloutis sans leur donner de quoi vivre leurs rêves. Comme les migrants d’aujourd’hui, pourchassés, exploités, humiliés, jetés dans les fosses communes de l’oubli.

« L’oiseau a son nid, l’araignée sa toile, et l’homme l’amitié » (William Blake)

La première scène de First Cow donne la couleur de ce western des forêts de l’Oregon en 1820 : la découverte par une promeneuse et son chien de deux squelettes abandonnés au bord de la rivière Willamette, affluente de la Columbia. Plongeant dans The Half-Life, ouvrage de Jon Raymond (2004) qu’elle adapte pour partie dans le film, Kelly Reichardt raconte la tragédie de ces deux hommes, venus ici avec des trappeurs attirés par le commerce du castor, Russes, Anglais, Espagnols d’Hawaï, Chinois qui se mélangèrent aux tribus indiennes vivant au bord de ces voies rapides de commerce depuis des millénaires.

Cookie (John Magaro) © First Cow (un film de Kelly Reichardt)

Otis « cookie » Figowitz et King Lu se lient d’amitié, «un espace mental où les humains se sentent chez eux», pour Kelly Reichardt. Le premier cuisine pour les trappeurs, le second se veut entrepreneur. Il propose une association à « Cookie », pâtissier inspiré, pour faire fortune à San Francisco. Sans le sou et, surtout, sans l’un des ingrédients de base des beignets et du "clafoutis" (en français dans le texte), le lait introuvable dans ces forêts à peine défrichées... Jusqu’au jour où un gouverneur se fait apporter la « première vache » de la contrée à laquelle, chaque nuit, ils subtilisent le lait. Une prospérité bien risquée…

D’aucuns auraient imaginé la naissance d’une gentille saga du cookie. La malchance et la brutalité des trappeurs renvoient à la scène initiale de la découverte des sépultures. Dans l’histoire de ce Nouveau Monde, rien ne manquait. Les fleuves et les rivières sont comme des mers Rouges infranchissables pour ces Pilgrims fathers de la liberté. Cet échec au milieu d’une communauté d’Indiens apparaissant comme les plus généreux est filmé, caméra au sol, en format carré 4/3, dans une forêt tout en dégradés de verts et de bruns qui accentue la tonalité mélancolique du récit. Réalisé par une femme, ce western sera donc sans spectacle ni mythe. Il faudra trouver la grandeur dans la tendresse, dans ces couleurs de l’automne, dans le tragique qui rappelle le destin chaotique des héros de Chaplin.

Une écologie des images

Dans Filmaker Magazine (octobre 2016), Judith Revault d’Allonnes à qui on doit la rencontre avec la réalisatrice à Beaubourg (14-24 octobre 2021) insiste sur le rôle des territoires qui « façonnent » les personnages. « La géographie, le climat, les aménagements », tout invaliderait le road movie « mâtiné de film noir qui s’embourbe ». « La connaissance intime des lieux [de l’Oregon] permet d’y inscrire pleinement les personnages. A travers cette exploration de proximité, à petite échelle, les films font néanmoins une expérience américaine plus vaste. [Chaque film] trouve sa forme dans une écriture ouverte, contrastée, dans une distance ni trop près ni trop loin : une certaine écologie des images ».

Un anti-western tout en grâce, planté dans le temps d'avant les Etats-Unis, sans héros, juste des pionniers pouilleux qui tentent le destin dans une forêt aussi touffue que leurs embrouilles. Où la grâce d'une vache et l'amitié de deux paumés composent une Amérique toute en contrechamp. 

On peut revoir Old Joly (2006), « Wendy et Lucy » (2008), « La dernière piste » (2010), « Certaines femmes » (2016)… Des films de lieux perdus dans le désert, les villes paumées de l’Oregon et du Montana. Et pour sa collection de films « Où en êtes-vous ? » le Centre Pompidou a passé une commande à Kelly Reichardt de courts métrages qu’on verra bientôt sur le site Internet si l’on manque les séances à Beaubourg.

Film Américain : First Cow de Kelly Reichardt, avec John Magaro, Orion Lee, Toby Jones… 2 h 02.

Une autre lecture du film  par Manouk Borzakian

On peut écouter Kelly Reichardt à l'occasion de la rétrospective au centre Pompidou

Entretien avec Kelly Reichardt | Centre Pompidou © Centre Pompidou
FIRST COW Bande Annonce (2021) Drame © Bandes Annonces Cinéma

Pour nous suivre sur Facebook : https://www.facebook.com/geographiesenmouvement/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal — Politique
À Drocourt, le bassin minier oscille entre abandon et vote Le Pen
Dans cette petite ville communiste du Pas-de-Calais, les échanges avec les habitants laissent apparaître l’ampleur de la déconnexion avec les thèmes et paroles qui rythment la campagne électorale médiatique.
par Jean-Louis Le Touzet

La sélection du Club

Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose
Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau
Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot