Quatre ans de Trump, la boîte de Pandore est ouverte

Après une élection-surprise et quatre ans de présidence Trump, la boîte de Pandore a été ouverte par ce personnage sinistre, prédateur et pathologique. En ce jour d'élections aux USA, juste un rappel du désastre qu'est cette présidence bien au-delà de ce pays. La boîte de Pandore n'est pas près d'être refermée. Le vent a soufflé. Nous avons la tempête.

Après une élection-surprise et quatre ans de présidence Trump, la boîte de Pandore a été ouverte par ce personnage sinistre, prédateur et pathologique. Elle le restera après lui. S'il était élu, y compris par un coup de force, le monde - pas seulement les Etats-Unis - s'enfoncerait plus encore dans la violence et la mort. Si Joe Biden l'était, il devrait peu à peu, retisser des liens pour tenter d'apaiser relations internationales, réduire la désunion de sa population pour en écarter – autant que faire se peut – la malédiction. Après tout , peut-être, son caractère plus que sa politique en fait-il l'homme de la situation sans écarter en cours de mandat l'accès à la présidence de Kamala Harris qui serait alors la première femme et la première femme « noire » à accéder à cette fonction.

Trump-président a ouvert la boîte de Pandore en déchaînant toutes les passions, matraquant accusations, mensonges et délires. Avec lui nous avons assisté à :

  • Un langage de charretier, un mépris cynique pour tout et tous. Il a ouvert un boulevard à un déchaînement de vulgarités et d'insultes bien au-delà de ce pays, violences verbales devenue banales, acceptées comme de l'époque.

  • Un complotisme de tous les instants pour tout événement. Il a pu asséner tout, tout et le contraire de tout y compris les pires idioties. Pour beaucoup maintenant, vérité et faits n'existent plus : l'affirmation, quelle qu'elle soit, vaut vérité du moment.

  • Par la caution donnée en tant que Président d'une super-puissance, il a encouragé tous les pourris, sanguinaires, extrémistes violents de la planète à suivre ce chemin : Bolsonaro et tant d'autres (complétez la liste si vous voulez).

  • La fin du multilatéralisme remplacée par un bilatéralisme dominant avec pour corollaire le refus et le mépris pour les grandes instances mondiales, l'ONU et ses organisations.

  • Il n'a eu de cesse de torpiller par tous les moyens les accords entre états, y compris commerciaux favorables aux USA et ses produits, de dénoncer l'accord COP21, de retirer son pays de l'accord sur le nucléaire iranien, de tourner le dos à la question palestinienne en prenant fait et cause pour ce premier ministre israélien extrémiste, gravement accusé de corruption (impossible de le juger pour ces faits). Il a tout fait pour torpiller l'Union européenne déjà mal en point.

  • Il s'est illustré brillamment dans la lutte contre la pandémie en laissant sa population, surtout les plus pauvres et les minorités, seule face au virus proférant mensonges, cynisme et mépris pour se réjouir du record de 230 000 morts (pour le moment) !

  • Il a réussi à séparer des centaines d'enfants de leurs parents à la frontière mexicaine, sans pouvoir, par la suite, les réunir. Ecoeurant ! Qui rappelle le tri à l'entrée d'autres camps plus anciens.

Cette liste n'est pas exhaustive, juste quelques points saillants de quatre années qui ont changé le monde. Se rappeler, quand même !

Bref, il a empoisonné ce monde qui l'était déjà dans ses sols et son atmosphère, l'a pourri plus et plus vite que n'importe qui. Quel bilan ! Quel désastre !

  • Enfin, contrairement à son ambition annoncée, il a décrédibilisé totalement sa parole présidentielle, affaibli durablement les Etats-Unis sur la scène mondiale, précipité son pays au bord de la guerre civile. La Chine a pu s'installer comme puissance conquérante hégémonique par une économie de marché en régime dictatorial. Tibet, Ouïghours et bien d'autres, à la trappe !

La boîte de Pandore n'est pas près d'être refermée. Le vent a soufflé. Nous avons la tempête.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.