Sportwashing Tour de France : campagne AFPS63 - Tractages marchés & médias 2/3

Le billet précédent précise et documente l'enjeu de l'entrée au Tour de France de l'équipe I.S.N, permet de saisir le sens de l'action du Collectif Palestine 63 et de l'AFPS63. Ce billet vous emmène sur les marchés de Clermont pour tractages et rencontres, le travail pour une information minimale relayée auprès de médias locaux. Le 3ème rend compte de ces actions aux passages du Tour.

Dans notre précédent billet, nous avons amplement montré et documenté la signification politique de l'entrée dans le Tour de France 2020 de l'équipe "Israël Startup Nation" : décaler l'image de ce pays fortement marquée par les images bien réelles des tirs sur la population palestinienne, tous âges et sexes confondus, marquée par les enquêtes et rapports qui concluent à la ségrégation raciale (apartheid), l'obstruction de l'enquête sur les crimes de guerre et crimes contre l'humanité ; bref, lisser l'image pour afficher un « pays tolérant » qui n'a jamais tenu aucun compte des résolutions de l'ONU ! Le Bazar se fout de la Charité. Cette campagne politique de communication ne doit pas être sous-estimée. Elle se poursuivra l'an prochain pour se porter le plus souvent possible en haut de l'affiche pour buzz médiatique et en tirer les bénéfices escomptés.

Comme l'AFPS63 (Association France-Palestine Solidarité Puy-de-Dôme) et le Collectif Palestine 63 (28 organisations) l'ont écrit dans leur tract : « Le Tour ne doit pas blanchir les crimes palestiniens » ni passer sous silence la ghettoïsation et la tentative de dépossession et d'asservissement du peuple palestinien. Le Tour est passé par deux fois à Clermont-Ferrand (1). L'AFPS nationale et son association départementale mènent une campagne pour rappeler cet état des lieux constant : «  Nous ne mettons évidemment pas en cause l’existence de l’État d’Israël, mais estimons qu’il est impossible de passer sous silence le sort que subit le peuple palestinien, depuis plus de 70 ans. Tant que ses droits seront bafoués, tant que continuera le processus de colonisation et de conquête de territoires par la force, tant que le droit international et les droits humains ne seront pas respectés, Israël ne sera pas un État comme les autres, ni "un pays normal, sûr, ouvert et tolérant". Leur ambition : "dénoncer la propagande et la présence de l’équipe Israel Start-up Nation (ISN), la complicité du Tour de France, la situation en Palestine, et appeler au boycott d’Israel."

Les militant.es de l'association et du Collectif Palestine ont élaboré un programme d'actions autour de trois axes :
         - Tractage dans des marchés de l'agglomération : sensibiliser la population,
         - Démarche auprès des médias locaux pour une information minimale sur la
            dénonciation de cette propagande,
         - Déambulation place de Jaude et slogans et affichages au passage du Tour de
            France (11 et 12-09)

Les vingt-huit organisations du Collectif Palestine ont appelé à ces actions et signé l'appel. Des militant.es de celles-ci se sont joint.es, ponctuellement ou non, à ceux et celles de l'AFPS : BDSF, Solidaires, CGT, ATTAC, RESF, LDHN. Nous les avons accompagnés au fil des actions pour en rendre compte.

TRACTAGES

Dimanche 30 août - marché des Salins

Photos Marché des Salins © Montage et photos : Georges-André

La place des Salins est une vaste place centrale dans la ville, ouverte sur des avenues et la ligne de tram. Le dimanche matin, le marché alimentaire et textile côtoie le marché aux puces très apprécié et fréquenté avec, pour l'heure, le masque obligatoire comme dans tous les marchés de la métropole.

Yves Chillard, président de l'AFPS63, l'organisateur qui a l'œil et l'attention couplée à une modestie efficace, une petite équipe de militant.es se retrouvent vers dix heures pour poser une grande banderole à une entrée, en porter une autre de taille plus modeste. Les autres militants distribuent les tracts et, sans forcer la voix, clament les slogans. Certains affichent un tee-shirt noir du réseau BDS France au slogan orange « Boycott Israël Apartheid » côté poitrine et « Justice en Palestine » côté dos. Plantés essentiellement à une entrée pendant un temps, les porteurs de l'affiche d'Alaa El Dali accompagnés par ceux/celles qui tractent, entament une marche lente dans des allées en prenant soin de s'arrêter pour laisser passer le public quand nécessaire. Effet garanti. L'accueil est vraiment bon, les tracts partent vite, ils sont saisis volontiers, parfois une discussion s'improvise, une remarque de soutien et des remerciements sont lancés à la cantonade. Le soleil est au-rendez-vous, ce premier tractage est un succès, une bonne opération de sensibilisation qui en appelle d'autres. L'équipe a fini plus tôt que prévu et se retrouve au bar en face pour un échange tranquille et une boisson bienvenue. Bilan : 1300 tracts distribués, bon accueil, une vidéo vue plus de 10.000 fois sur compte FB au 4-09-20.

Marché des Salins © Georges-André Photos

Vendredi 4 septembre – marché Place Poly - Montferrand

Vendredi sous le soleil, dans cet autre Clermont au cœur de la vieille ville de Montferrand entre place Poly et de la Rodade (1), un autre marché haut en couleurs où la population bigarrée et tranquille cherche la bonne affaire à un prix modique. On aime l'ailleurs ou on n'aime pas. Montferrand la populaire qui sent bon l'humanité, la simplicité mais aussi les revenus modestes et la dignité des petites gens, loin de l'arrogance de ceux et celles qui se croient grand.es parce que friqué.es.

 © Georges-André © Georges-André
La population est ici plus encore réceptive au drame du peuple Palestinien. Les militant.es sont souvent remercié.es chaleureusement, les tracts saisis et lus. Certain.es sont décidé.es à venir place de Jaude pour la déambulation de mercredi. On se surprend à jeter un œil sur les étals mais pas trop longtemps pour poursuivre le tractage avec une nouvelle équipe partiellement renouvelée.

 © Georges-André © Georges-André

Bilan : Marché Montferrand, très bon accueil, 700 tracts.

Dimanche 6 septembre – marché à Aubière

Le marché d'Aubière est un grand marché qui occupe de nombreuses rues et places. Voiture déconseillée pour parkings saturés ou alors arriver tôt. Il est d'ordinaire très fréquenté vers 10-11h. On se bouscule parfois ou contraint de laisser passer, tandis que devant certains bancs la file d'attente s'allonge. Aubière est une ville de l'agglomération clermontoise qui a basculé à droite pour cinq voix d'écart avec la liste sortante de gauche (un recours est en cours). La population qui vient sur ce marché est très diverse comme le sont les propositions des bancs producteurs qui côtoient les revendeurs. Truite d'élevage et chèvre frais bio ou pas. Ce dimanche, beaucoup moins de monde dans les rues : facile de circuler. L'équipe de militants installe ses banderoles, une fixée, l'autre tenue dans un endroit libre un peu à l'écart quand le placier vient contester : très mécontent, menace d'appeler les flics pour cause de non-autorisation de "se placer" : fallait demander l'autorisation de placement ! Il a des consignes ou il la joue défenseur de la loi ? Une militante trouve le ton et la remarque qui lui offre une porte de sortie : la prochaine fois, on demandera. Vers 11h, la banderole portée à plus de deux mètres de hauteur s'avance sur l'avenue avec ses tracteurs et tractrices, occasion de rencontres, d'échanges et de messages de solidarité.

Photos Aubières © Montage et Photos : Georges-André
A l'évidence, ici, la partie est plus rude. Certain.es refusent dédaigneusement le tract. D'autres, au contraire, s'arrêtent et de loin, face à l'affiche d'Alla Al Dali, lisent et parfois s'approchent. J'entends à mi-voix une femme dire à d'autres "on va pleurer tiens, sûrement pas !". Mes oreilles traînent et je ne suis pas sourd. Ce groupe de trois femmes va, plus loin, accrocher un militant et le fixer pendant un temps certain. L'une, à peu près calme mais bien remontée, veut apporter un contre-argument massif pour tout justifier et défendre la politique d'apartheid et d'annexion d'Israël. En substance : en 67, les états arabes ont déclenché la guerre, perdu des territoires (Cisjordanie en particulier). Ce n'est donc pas une annexion mais une prise de guerre comme les Allemands en 1870 pour l'Alsace-Lorraine. Bref, l'argument est la loi de la guerre ! La guerre pour conquérir de nouveaux territoires ! les Palestiniens ne comptent pour rien. Existent-ils ? Pas dans ce discours en tous cas. Un seul groupe de trois mais pugnace. Par contre des falafels et acras offerts spontanément ont quelque peu sustenté les estomacs vers midi et plus. Bilan : accueil divers. 900 tracts distribués, temps toujours au beau fixe avec un peu de vent opportun.
Vidéo Marché Aubière © Georges-André

 Relation-action auprès des médias locaux

Mercredi 2 septembre – FR3 Chamalières

Chamalières, ancienne ville de Giscard père-maire avant sa présidence. A présent c'est le fils, Louis, qui préside aux destinées de la cité. L'AFPS63 a envoyé un courrier le 20 août à la direction et aux journalistes de France3 située sur cette commune pour les informer de la situation, propagande et contestation, informer également du rassemblement d'une délégation devant FR3 le 2 septembre en souhaitant alors un dialogue avec un.e représentant.e de la chaîne.

Délégation FR3 Auvergne © Georges André

Vers midi, une délégation s'est installée sur le trottoir ménageant l'ouverture du portail pour la circulation des personnes et des véhicules. Des syndicalistes CGT sont arrivé.es peu après avec leur gilet fluo se joignant à d'autres de Solidaires présents tout au long de cette campagne. Le rédacteur en chef de la station FR3 Auvergne est sorti pour dialoguer avec le président de l'AFPS, Yves Chillard, sur les moyens mis à disposition du Tour (production et diffusion) et surtout sur le contenu et la diffusion des images. Où l'on appris bien des "détails" évoqués dans le premier volet de ce reportage : production A.S.O ou des chaînes, direct différé, moyens partagés entre Auvergne et Rhône-Alpes... bref une rencontre qui ne pouvait aller bien au-delà.

Montage et Photos : Georges-André (sauf la dernière AFPS63) © Montage et photos (sauf la dernière AFPS63) Georges-André

"La Montagne" - Médiacoop

Le quotidien régional "La Montagne" n'a pas soufflé un seul mot sur la critique AFPS63 et collectif Palestine 63. Ce journal dont le siège donne sur la Place de Jaude n'aurait pas vu la déambulation du mercredi 9 sous ces fenêtres ? Nice-matin, l’Est Républicain, Ouest France, Le Progrès de Lyon, autant d'autres titres de la P.Q.R, qui n'ont pas été aussi frileux pour informer leurs lecteurs (voir billet précédent). Pas tout un plat mais rendre compte : est-ce si difficile ?

Médiacoop, journal en ligne local, a publié un article le 2 septembre sous la plume d'Elodie Lebourg  "Quand Israël se paie une équipe sur le Tour de France", article précis et engagé comme ce "cactus de l'info" sait le faire. La journaliste signale : "Seule France Culture s’intéresse profondément au sujet : https://www.franceculture.fr/geopolitique/le-sport-de-haut-niveau-pour-changer-limage-disrael". Votre bloggeur-chroniqueur-photographe aussi...soit dit en passant.

Pour la suite et fin de la campagne, déambulation place de Jaude et aux passages du Tour de France, lire demain le dernier billet

 (1) Etapes Châtel-Guyon – Puy Mary du 11 et celle de Clermont-Ferrand – Lyon du 12.

(2) "Il a fallu deux édits royaux, en 1630, sous Louis XIII, puis en 1731, sous Louis XV, pour réunir durablement Montferrand à Clermont qui devint Clermont-Ferrand, ville à deux têtes, ville à deux centres..."

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.