GracchusBab
Cadre de l'éducation nationale, passionné de politique et d'économie, de didactique et de pédagogie, de peinture (peintre amateur à ses heures très perdues) et de polars
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 janv. 2022

Le grand Sinistre de l’éducation nationale

Voilà nous y sommes, ce lundi 10 janvier 2022, une semaine après la reprise de l’école dans les conditions d’une pandémie qui se rapproche inexorablement des conditions de l’épidémie du printemps 2020. Plus tard sans doute les historiens sanitaires interrogeront l’attitude totalement irresponsable du sinistre de l’éducation nationale.

GracchusBab
Cadre de l'éducation nationale, passionné de politique et d'économie, de didactique et de pédagogie, de peinture (peintre amateur à ses heures très perdues) et de polars
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les épidémiologistes, les virologues sérieux ont alerté depuis longtemps sur les conditions de développement de virus dans des salles non aérées, non ventilées ou les occupants ne portent pas convenablement et durablement le masque. Et donc l’école, le collège et le lycée sont des lieux de propagation intense. Tous ceux qui les fréquentent le savent pertinemment : pas de déflecteur de CO2, pas de purificateur d’air, une aération parfois impossible, mais surtout difficile par ces temps de grandes froidures…

Sa Majesté le Grand Sinistre de l'éducation nationale

Le chaos est donc venu : des classes se vidant au fur et à mesure, des enseignants tombant malades, et parmi eux peut-être des gens très fragiles malgré leur vaccin à jour, ou ramenant dans leur famille avec des gens fragiles ce virus délétère.

« Il faut garder les écoles ouvertes, il faut garder les écoles ouvertes, il faut garder les écoles ouvertes ! »

Le grand sinistre de l’éducation nationale répète comme un mantra ou comme une incantation cabalistique ces quelques mots qui, quand on y réfléchit bien perdent tout sens.

Car in fine, avec les élèves présents dans leur classe, comme ce ne sont pas toujours les mêmes (les uns partant les autres revenant), quand on ne sait pas si le cours suivant aura lieu, quel enseignant peut construire un apprentissage convenable ? Mais veut-on d’une école ouverte ? Ou pour reprendre les tristes propos d’une députée LREM : qui va garder les enfants si l’on ferme les écoles ?

Il s’agit donc de cela : non pas de l’avenir de nos élèves mais de maintenir coûte que coûte les parents au travail… nous avions compris !

« Il faut garder les écoles ouvertes, il faut garder les écoles ouvertes, il faut garder les écoles ouvertes ! »

Le grand sinistre de l’éducation nationale répète comme un mantra ou comme une incantation cabalistique ces quelques mots qui, quand on y réfléchit bien perdent tout sens.

Chaque jour meurent dans nos hôpitaux entre 250 et 300 personnes : c’est proprement hallucinant. Ces morts aujourd’hui ne sont que la résultante de ce qu’il se passait juste avant les congés de Noël, ou déjà les classes commençaient à se clairsemer. Demain, le chaos d’aujourd’hui va se traduire concrètement par des familles endeuillées, par des opérations pourtant urgentes qui n’auront pas lieu et qui handicaperont voire pire d’autres malades. Le choix d’une « école ouverte » sans aucune protection, sans organisation réelle avec un protocole sanitaire qui n’en est plus un mais qui n’est juste qu’un affichage de communication, nous l’avons compris n’est pas un choix sanitaire. Il n’est pas non plus un choix pour les élèves et pour leurs parents. Notre grand sinistre de l’éducation nationale n’a que faire d’une école républicaine. Sa présence en ouverture d’un meeting (ce n’est pas parce que la Sorbonne a été louée que c’est un colloque ! ) de tout ce que comptent des penseurs réactionnaires et fascisants contre le pseudo « wokisme » et contre la recherche « décoloniale », son soutien à demi-mots du dossier nauséabond du Figaro magazine contre les enseignants qui osent développer des thèses antiracistes, contre l’homophobie…, montrent que les valeurs de sinistre Sir sont loin des idéaux d’égalité et de fraternité qui fondent notre république.

Depuis son arrivée en 2017, il n’a eu de cesse que de détruire tout ce qui pouvait encore préserver la qualité d’un enseignement. Et contrairement à ce que l’on lit ici ou là, le chaos de ces derniers jours n’est pas dû à une incompétence mais un choix idéologique comme le rappelle Paul Devin dans son dernier billet.

« Il faut garder les écoles ouvertes, il faut garder les écoles ouvertes, il faut garder les écoles ouvertes ! »

Le grand sinistre de l’éducation nationale répète comme un mantra ou comme une incantation cabalistique ces quelques mots qui, quand on y réfléchit bien perdent tout sens.

Et qu’importe si la qualité de l’enseignement dans l’école publique se dégrade d’année en année. Quand on diminue le nombre de postes dans l’enseignement public étonnamment l’enseignement privé sous contrat ne subit pas les mêmes restrictions, au contraire.

Il serait donc temps de faire le bilan de ces 5 années de ce grand sinistre de l’éducation nationale. Bien sûr son livre programmatique L'École de demain : Propositions pour une Éducation nationale rénovée, de 2016, nous renseignait parfaitement de son idéologie réactionnaire et ultraconservatrice. Il a commencé son mandat par essayer de flatter d’une part les parents d’élèves de la classe moyenne et supérieure et d’autre part le corps enseignant en jouant sur la corde de tous les poncifs « anti-pédagogistes » : « Le retour aux savoirs fondamentaux ! ». Mais qui peut être contre ? Avec une coloration pseudo scientifique…

Dans le même temps, les premiers mois ont été consacrés au mépris des corps intermédiaires. Sa stratégie de communication par voie de presse, ou en direct avec les enseignants (par vidéos notamment) était une façon de dire, voyez si tout va mal c’est que finalement il y a trop d’étages dans cette maison, nous allons nous parler directement. Et j’ai entendu à l’époque dans les salles de profs (dont certains avaient voté Macron par peur de Fillon) des enseignants pas mécontents d’un ministre qui semblait vouloir revenir sur certaines réformes qui secouaient un peu leurs certitudes pédagogiques.

Je reviendrai dans mes prochains billets sur quelques-unes de ces réformes qui montrent que notre grand sinistre de l’éducation nationale n’est pas du tout incompétent mais qu’au contraire a une vision très claire de comment s’y prendre pour démanteler le service public d’éducation.

Mais aujourd’hui « l’école ouverte » sans autre protection qu’il nous laisse maltraite les enseignants, les élèves, leurs parents et contribue à une explosion épidémique dans les conséquences sanitaires ne lui seront pourtant jamais malheureusement attribués.

Donc tous en grève ce jeudi 13 janvier 2022 !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Diplomatie
Macron passe la diplomatie française à la sauce « libérale »
Sous prétexte d’accroître la « mobilité interne » au ministère des affaires étrangères, la réforme prévue par Emmanuel Macron permettra d’offrir des postes d’ambassadeur à des amis politiques ou des cadres du monde des affaires qui ont rendu des services. Tout en réglant son compte à un corps diplomatique que l’Élysée déteste.
par René Backmann
Journal — France
Fausse rétractation de Takieddine : sur la piste d’un « cabinet noir » au service de Sarkozy
L’enquête sur l’interview arrangée de Ziad Takieddine révèle les liens de plusieurs mis en cause avec le clan Sarkozy et leur volonté de « sauver » l’ancien président, mais aussi ses anciens collaborateurs, Brice Hortefeux et Thierry Gaubert, également mis en examen dans l’affaire libyenne.
par Karl Laske et Fabrice Arfi
Journal — Terrorisme
Les confidences du commissaire des services secrets en charge des attentats du 13-Novembre
Le commissaire divisionnaire SI 562 – le nom de code le désignant – a dirigé la section chargée des enquêtes judiciaires liées au terrorisme islamique à la DGSI, entre 2013 et 2020. Il offre à Mediapart une plongée inédite dans les arcanes du service de renseignement.
par Matthieu Suc
Journal — Justice
À Marseille, des juges font reculer l’incarcération à la barre
L’aménagement de peine, par exemple le bracelet électronique, prononcé dès le jugement, est une possibilité qui n’avait jamais décollé avant 2020. Mais à Marseille, la nouvelle réforme de la justice et la volonté d’une poignée de magistrats ont inversé la tendance. Reportage.
par Feriel Alouti

La sélection du Club

Billet de blog
La clique de « Kliniken » vue par Julie Duclos
Quinze ans après Jean-Louis Martinelli, Julie Duclos met en scène « Kliniken » du dramaturge suédois Lars Noren. Entre temps l’auteur est décédé (en 2021), entre temps les guerres en Europe ont continué en changeant de pays. Immuable, la salle commune de l’hôpital psychiatrique où se déroule la pièce semble jouer avec le temps. Troublant.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Un poète palestinien : Tawfik Zayyad
Cette poésie simple, émouvante, populaire et tragique a circulé d'abord sous les tentes des camps de réfugiés, dans les prisons avant d'être lue, apprise et chantée dans toute la Palestine et dans tout le monde arabe.
par mohamed belaali
Billet de blog
La chanson sociale, comme levier d’empowerment Bernard Lavilliers en concert
Dans la veine de la chanson sociale française, l’artiste Bernard Lavilliers transmet depuis plusieurs décennies la mémoire longue des dominés, leurs souffrances, leurs richesses, la diversité des appartenances et propose dans ses narrations festives et musicales. Balzac disait que «Le cabaret est le Parlement du peuple ». En quoi la chanson sociale est-elle un levier de conscience politique ?
par Béatrice Mabilon-Bonfils
Billet de blog
La comédie des catastrophes
Au Théâtre de la Bastille, le collectif l'Avantage du doute dresse un hilarant portrait de la société contemporaine pour mieux en révéler ses maux. De l’anthropocène au patriarcat, de la collapsologie aux comédiennes mères ou non, du besoin de tendresse des hommes, « Encore plus, partout, tout le temps » interroge les logiques de puissance et de rentabilité par le biais de l’intime.
par guillaume lasserre