Comment les Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI) sont devenus incontournables

Depuis plus de 50 ans, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI), également connue sous son nom iranien de Modjahedin-e-Khalq (MEK), est le principal groupe d'opposition démocratique iranien.

L'OMPI repose sur une vaste base populaire en Iran et à l'étranger L'OMPI repose sur une vaste base populaire en Iran et à l'étranger

L'OMPI fait partie d’une vaste coalition de l’opposition, le Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI). Maryam Radjavi, est aujourd'hui la présidente élue du CNRI.

Malgré la répression féroce qui vise ses membres depuis des décennies, l'OMPI poursuit sa lutte pour un Iran laïque, démocratique et non nucléaire. L’organisation a joué un rôle majeur en révélant au monde les programmes secrets et funestes du régime des mollahs. En août 2002, l'OMPI a révélé l’existence d'un site d'enrichissement d'uranium à Natanz. Le programme nucléaire clandestin du régime avait été gardé secret pendant 18 ans. Grâce à cette annonce du bureau du CNRI aux Etats Unis, le monde a pris conscience de l'inquiétante course à l’armement nucléaire dans laquelle s’étaient lancés les mollahs.

Révélations nucléaires

Grâce à son puissant réseau au sein de l’administration iranienne et à ses unités de résistance, l'OMPI a poursuivi ses révélations en signalant près de 80 sites secrets du régime mais aussi les sociétés de couverture qui financent le programme d'armement nucléaire des gardiens de la révolution. Les inspecteurs internationaux ont tous confirmé la véracité de ses informations. Cette découverte a amené la communauté internationale à prendre des sanctions économiques à l’encontre de la théocratie iranienne afin de se protéger contre la menace qu’elle constitue.

Le régime des mollahs a exécuté 120.000 membres et sympathisants de l'OMPI en Iran Le régime des mollahs a exécuté 120.000 membres et sympathisants de l'OMPI en Iran
L’OMPI a également mis en lumière les activités balistiques des gardiens de la révolution ainsi que leurs activités en vue d’étendre leur emprise sur les pays du Moyen Orient. L’instabilité, l’extrémisme et le terrorisme dans la région sont en grande partie dus à la présence des pasdaran en Irak, en Syrie, au Yémen, au Liban et en Afghanistan.

On comprend mieux pourquoi les Moudjahidine du peuple d'Iran sont la bête noire du régime iranien. En guise de représailles, les mollahs ont exécutés plus de 120.000 membres et sympathisants de l’OMPI depuis 1981, et ce après avoir interdit tous les groupes d'opposition dans le pays et mené une répression violente contre tous les dissidents à l'intérieur et à l'extérieur de l'Iran.

Cible du terrorisme

Parallèlement à la répression interne de l'opposition iranienne, le régime des mollahs a organisé des dizaines d'opérations terroristes contre les membres de l’OMPI à l'étranger. Les agents du régime ont assassiné de nombreux opposants, notamment à Genève Kazem Radjavi, le frère du dirigeant de la Résistance iranienne Massoud Radjavi. Ils ont également attaqué en Irak la cité d’Achraf, bastion de la résistance, à plusieurs reprises, en particulier après le conflit entre les États-Unis et l'Irak en 2003, tuant plus de 100 résistants et en blessant des milliers d'autres.

Ces dernières années, les réseaux de résistance de l’OMPI ont joué un rôle clé en contournant la censure officielle et en créant un flux d'informations en provenance et à destination de l'Iran. Depuis les soulèvements populaires de décembre 2017, qui ont ébranlé le pouvoir en Iran, les réseaux de l'opposition à l'intérieur du pays ont pu diffuser dans le monde des photos et des vidéos des manifestations. A chaque fois, c’est au péril de leur vie que les militants ont affiché des banderoles, des posters et distribué des tracts à travers le pays pour réclamer un changement de régime en Iran. Les plus hauts responsables du pouvoir, y compris son Guide suprême, Ali Khamenei, ont reconnu le rôle majeur des unités de résistance de l’OMPI dans l’organisation des manifestations.

Révolte

Manifestation en soutien à l'OMPI aux USA Manifestation en soutien à l'OMPI aux USA
En 2018, l’ampleur de la révolte populaire n’a cessé d'inquiéter la théocratie qui craint pour sa survie. Sa réponse a été une répression brutale qui a fait plus de 40 morts et des milliers d’arrestations, notamment parmi les sympathisants de l’OMPI, soupçonnés d'être à l’origine de ces manifestations. Mais la répression n’a pas été en mesure de contenir de flot de colère qui gronde tous les jours dans les rues d’Iran.

Ce n’est pas sans raison que les mollahs cherchent en permanence à détruire les unités de résistance, tant dans les prisons politiques que dans les réseaux infiltrés dans toutes les strates de la société. Le régime totalitaire iranien sait trop bien que le succès de l’OMPI est fondé d’une part sur sa capacité organisationnelle interne, sur sa vaste base populaire en Iran et dans la diaspora, et ses nombreux soutiens internationaux des organisations, des politiciens et des personnalités qui partagent les valeurs et les objectifs de l'opposition iranienne en matière de liberté et de démocratie. Enfin c’est bien sa force de conviction et le caractère structuré du mouvement, qui lui permettent de prétendre au renversement du régime. Bien rares sont en effet les mouvements iraniens du début de la Révolution à avoir survécu à la répression des mollahs.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.