Henri Goldman
politiste, ancien rédacteur en chef de la revue belge "Politique" (1997-2020), auteur de "Le rejet français de l’islam" (Paris, PUF, 2012)
Abonné·e de Mediapart

22 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 avr. 2022

Comment convaincre de voter Macron ?

Dans les minutes qui ont suivi la proclamation des résultats du premier tour, Anne Hidalgo (PS), Yannick Jadot (pôle écologiste) et Fabien Roussel (PCF) ont appelé à faire barrage à l’extrême droite lors du deuxième tour en mettant dans l’urne un bulletin de vote en faveur d’Emmanuel Macron. Leur électorat les suivra à coup sûr…

Henri Goldman
politiste, ancien rédacteur en chef de la revue belge "Politique" (1997-2020), auteur de "Le rejet français de l’islam" (Paris, PUF, 2012)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans les minutes qui ont suivi la proclamation des résultats du premier tour, Anne Hidalgo (PS), Yannick Jadot (pôle écologiste) et Fabien Roussel (PCF) ont appelé à faire barrage à l’extrême droite lors du deuxième tour en mettant dans l’urne un bulletin de vote en faveur d’Emmanuel Macron. Leur électorat les suivra à coup sûr : celui-ci s’est tellement évaporé qu’il ne doit plus compter que des militants·es proches de leur candidat et intégralement en phase avec lui. 

Pour Jean-Luc Mélenchon, ce fut tout différent. « Nous savons pour qui nous ne voterons jamais. Il ne faut pas donner une seule voix à madame Le Pen » a-t-il martelé. Mais, entre l’abstention et le vote Macron, il ne s’est pas prononcé, s'en remettant à la conscience de ses partisan·es. Sur quoi certains commentaires l’ont accusé de cultiver l’ambiguïté et le rendent déjà responsable d’une possible catastrophe. Et pourtant, il ne pouvait pas faire autrement.

Car, à la différence de ses anciens concurrents de gauche, Mélenchon sait parfaitement qu’il n’est pas propriétaire de ses voix. Certains sondages indiquent que son électorat se partagerait à égalité entre les trois options possibles : vote Macron, vote Le Pen, abstention. Ses 22% sont très au-delà de son électorat de conviction, qui ne doit pas dépasser 10%. Par son talent personnel et par sa stratégie politique qui s’est révélée gagnante, il a réussi à amalgamer le temps de l’élection des groupes sociaux fort différents. Mais ce regroupement est fragile et doit encore être consolidé. 

Mieux vaut un vote qui pue qu’un vote qui tue

À la grosse louche, on peut identifier trois segments dans cet électorat, avec des positions intermédiaires. D’abord un électorat politisé, historiquement de gauche et antifasciste, qui s’est notamment retrouvé ce samedi à Paris et dans de nombreuses villes de France pour dire « Non » à l’extrême droite, pour la justice et l’égalité ! à l’initiative d’une myriade d’organisations, sous le mot d’ordre « Mieux vaut un vote qui pue qu’un vote qui tue ». Ensuite, un électorat majoritairement « racisé » des quartiers populaires des grandes villes, comme celui de la Seine-Saint-Denis, un département qui lui a accordé 49% des suffrages. Aucun danger que la moindre voix de ces deux segments n'aille s’égarer dans un vote Le Pen. Beaucoup voteront sans doute Macron, mais pas tous

Mais les choses se compliquent avec le troisième segment, qui s’identifie peu ou prou à la grande jacquerie du quinquennat : le mouvement des Gilets jaunes. Ce mouvement fut ouvertement soutenu par la France insoumise qui n’a cessé de le tirer vers la gauche et qui reprenait sa ritournelle (« On est là, on est là / Même si Macron ne veut pas, nous on est là…») dans toutes ses réunions publiques. Mais il fut aussi une aubaine pour le Rassemblement national qui se retrouvait naturellement en phase avec son poujadisme antifiscal. Au hit-parade des personnes les plus détestées auprès des Gilets jaunes, Macron caracole largement en tête, tandis que Marine Le Pen y a plutôt bonne presse. Dans cette mouvance, celle-ci l’a déjà emporté très nettement lors du premier tour et devrait confirmer au deuxième.

  • •••••••••••••••••••

Lire aussi : Le pouvoir d’achat vu de droite (1er février 2022)

  • •••••••••••••••••••

Dans sa remontada de la dernière semaine, Mélenchon a su capter une fraction, sans doute minoritaire mais qui a failli être décisive, de la mouvance Gilets jaunes. Une de ses figures de proue, Priscillia Ludosky, d’origine martiniquaise, argumente longuement son soutien à Mélenchon au premier tour. Mais, au deuxième, pas question d’apporter le moindre soutien à Macron. Elle s’abstiendra, ce dont on devra se contenter.

Pour cette part importante de son électorat dans sa composante populaire et de la « France profonde » – celle des campagnes et des petites villes de province – qui lui échappe largement, c’est Macron l’ennemi numéro 1. Le Pen, ça ne peut pas être pire. Si on veut l’amener à voter Macron, malgré la détestation dont il est l’objet, cela ne pourra pas être « gratuitement », au seul nom d'un antifascisme qui ne lui parle pas. D’ailleurs, si Mélenchon avait donné une telle consigne, il n’aurait tout simplement pas été suivi. La possibilité d’un moyen terme vers l’abstention pour éviter le pire – soit le vote Le Pen d’une partie de ses électeurs –, c’était bien joué, l’objectif essentiel étant qu’« il ne faut pas donner une seule voix à madame Le Pen ».

J’imagine que le président sortant doit sentir le vent du boulet. Pour capter ces voix qui risquent de lui manquer, il faudrait à tout le moins qu’il donne quelque chose de consistant en échange. Par exemple, voici ce que lui suggèrent Édouard Delruelle et Rachid Benzine, dans une tribune publiée dans Libération (15 avril 2022) : « retirer sa proposition d’allonger la retraite à 65 ans et rétablir l’Impôt sur la fortune ». Et ils concluent : « Oui, c’est un changement de cap. Mais sans annonce de cette ampleur dans les prochains jours, les abstentionnistes éliront Marine Le Pen ». Et même certains électeurs de Mélenchon, qu’il ne sera pas arrivé à dissuader, faute d’un argument qui leur parle.

Oui, on en est là.


Ce billet est aussi publié sur le blog cosmopolite. Rendez-lui visite.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
Affaire Darty : cinq mises en examen pour blanchiment et association de malfaiteurs
En juillet 2021, Mediapart révélait un système d’encaissement illégal d’argent liquide au sein du groupe Fnac-Darty. Depuis, quatre directeurs de magasins Darty et un directeur régional ont été mis en examen. Selon de nouveaux documents et témoignages, de nombreux cadres dirigeants du groupe auraient eu connaissance de ces opérations réalisées dans toute la France, au-dessus des seuils légaux. 
par Nicolas Vescovacci
Journal — Maghreb
En Libye, l’impasse politique provoque la colère sociale
Un an et demi après le cessez-le-feu, le pays est bloqué, à nouveau divisé entre le camp du maréchal Haftar, à l’est, et le gouvernement reconnu par l’ONU, à l’ouest. À l’instabilité politique s’ajoute une crise sociale alarmante.
par Ariane Lavrilleux
Journal — Éducation
Au Burundi, un proviseur français accusé de harcèlement reste en poste
Accusé de harcèlement, de sexisme et de recours à la prostitution, le proviseur de l’école française de Bujumbura est toujours en poste, malgré de nombreuses alertes à l’ambassade de France et au ministère des affaires étrangères.
par Justine Brabant
Journal — Europe
L’Ukraine profite de la guerre pour accélérer les réformes ultralibérales
Quatre mois après le début de l’invasion, l’économie ukrainienne est en ruine. Ce qui n’empêche pas le gouvernement de procéder à une destruction méthodique du code du travail.
par Laurent Geslin

La sélection du Club

Billet d’édition
60 ans d’indépendance : nécessité d’un devoir d’inventaire avec la France
L’année 2022 marque les 60 ans de l’indépendance de l’Algérie. Soixante ans d’indépendance, un bail ! « Lorsqu'on voit ce que l'occupation allemande a fait comme ravage en quatre ans dans l'esprit français, on peut deviner ce que l'occupation française a pu faire en cent trente ans.» Jean Daniel  Le temps qui reste, éditions Plon, 1973.
par Semcheddine
Billet d’édition
La révolution, le martyr et l’avenir
Comme toute chose périssable, une Révolution peut-elle vieillir ? Au rendez-vous des célébrations décennales, elle est convoquée au gré des humeurs présentes. La Révolution se met à la table des incertitudes du moment, quand elle n’est pas mobilisée en morphine mémorielle afin d’endormir les espérances d’émancipation encore vivaces.
par Amine K.
Billet de blog
Abd el Kader au Mucem : une vision coloniale de l'Émir
La grande exposition de l'été du Mucem est consacrée à Abd el Kader, grand résistant algérien à l’invasion coloniale. On pourrait y voir le signe d'une avancée dans la reconnaissance du caractère illégitime de l'entreprise coloniale. Il n'en est rien. Derrière une beauté formelle se dissimule la même vision coloniale du « bon » rebelle Algérien, à l'opposé des « mauvais fellaghas » de 1954.
par Pierre Daum
Billet de blog
Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !
[Rediffusion] Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste qui se tiendra au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Au menu : apologie de la colonisation, révisionnisme historique et glorification des généraux qui, pour défendre l’Algérie française, ont pris les armes contre la République, le 21 avril 1961.
par O. Le Cour Grandmaison