Henri Goldman
politiste, ancien rédacteur en chef de la revue belge "Politique" (1997-2020), auteur de "Le rejet français de l’islam" (Paris, PUF, 2012)
Abonné·e de Mediapart

22 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 mai 2017

Méluche et moi

Dans mon billet précédent, je décrivais l'engouement du monde politique belge francophone pour Macron et Mélenchon, ces deux surprises de la présidentielle française. Ici, je vais m'exprimer sur un mode plus personnel, ce qui permettra de mieux saisir « le lieu d'où je parle ».

Henri Goldman
politiste, ancien rédacteur en chef de la revue belge "Politique" (1997-2020), auteur de "Le rejet français de l’islam" (Paris, PUF, 2012)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bruxelles, 24 mai 2017. En tête de tous les hit parade de ces derniers mois chez mes amis : Jean-Luc Mélenchon, dit Méluche, en abrégé JLM. Une personnalité puissante qui, selon l’expression consacrée, « ne laisse personne indifférent », surtout à gauche. J’ai découvert avec surprise autour de moi des engouements qui dépassaient de très loin une adhésion raisonnée et des détestations qui ne visaient pas seulement son projet politique. Le personnage a de l’étoffe. C’est un créateur et un leader naturel mais qui supporte peu la contradiction : on est avec lui ou contre lui. Sa posture « tous crocs dehors » déteint sur beaucoup de ses supporters – heureusement pas tous – qui font du zèle. Et, automatiquement, cette posture clive.

Pourtant, la plupart de ces amis sont belges, comme moi. Donc pas concernés à 100%. Certains m’ont pourtant vertement reproché de ne m’être finalement rallié à la candidature de JLM qu’avec un manque flagrant d’enthousiasme. Même si, comme eux, la vie politique française me passionne – elle semble tellement plus sexy que la vie politique belge –, je ne suis ici qu’un commentateur, pas un acteur. C’est en Belgique que je vis et que je peux avoir prise sur le cours des choses. Or nos deux sociétés, que l’usage de la langue française rapproche, sont complètement dissemblables pour presque tout le reste. (Voir mon introduction au numéro 98-99 de la revue belge Politique consacrée à la France vue de Belgique, coproduit par Mediapart.) La France n’est pas transposable chez nous. L’extraordinaire implication dans la campagne française de certain-e-s de mes compatriotes que la vie politique belge fait bailler d’ennui a un petit côté exotique suspect. 

Mais c’est aussi parce que je l’envisage depuis la Belgique que toute une partie du discours de JLM ne peut que me hérisser. Ici, personne ne prétend appartenir à une « grande nation » dont on attend qu’elle donne une direction à l’Europe, voire à l’humanité. Notre petite taille rend modeste. La Wallonie ignore le nationalisme tandis qu’à Bruxelles, ma ville, plus de la moitié des habitants sont de nationalité étrangère ou nés étrangers. On n’y fait pas semblant d’avoir un passé commun, fut-il glorieusement révolutionnaire. Nos bagages identitaires différents, nos références culturelles bigarrées constituent autant de matériaux pour construire un présent et un avenir partagés ouverts sur le multiple. C’est ainsi que, comme Bruxellois de la deuxième génération issu d’une immigration particulière (juive polonaise), je m’y suis toujours senti à l’aise sans n’avoir rien à renier. 

Alors, la sauce nationale-républicaine dans laquelle JLM s’est senti obligé de noyer un authentique programme de gauche articulant lutte résolue contre les inégalités sociales, écologie radicale et refus de l’Europe libérale, ça me coupe l’appétit. Si j’étais un Français d’origine algérienne, je n’aurais pas oublié que ces drapeaux français devenus des objets de vénération pour la France insoumise étaient ceux qui flottaient sur les commissariats où les combattants de l’indépendance étaient torturés. Et si j’étais un Français musulman, de foi, de culture ou de fierté, j’aurais beaucoup de mal à encaisser cette prétendue « laïcité à la française » qui pousse JLM en toute occasion à traiter en mineures les musulmanes qui ont choisi de se couvrir la tête pour des raisons qui ne le regardent pas.

Issu d’une minorité, c’est dans la continuité de ma propre histoire que j’accorde une attention particulière aux droits et à la dignité de toutes les minorités. Celles-ci ne peuvent jamais être sacrifiées sur l’autel d’un « populisme de gauche » assumé qui aura choisi, pour des raisons que je préfère ne pas sonder, de renforcer une unité nationale fantasmée autour de symboles ambigus.

En énonçant ceci, je n’oublie rien de l’espoir suscité par le talent et l’intelligence tactique de JLM, renforcée par la pusillanimité de ses concurrents à gauche. Mais pour emporter mon enthousiasme de voisin impliqué en plus de mon adhésion, ce n’était pas suffisant.
www.revuepolitique.be

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — Culture-Idées
L’historienne Malika Rahal : « La France n’a jamais fait son tournant anticolonialiste »
La scène politique française actuelle est née d’un monde colonial, avec lequel elle n’en a pas terminé, rappelle l’autrice d’un ouvrage important sur 1962, année de l’indépendance de l’Algérie. Un livre qui tombe à pic, à l’heure des réécritures fallacieuses de l’histoire.
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof
Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef
Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida