Hervé Labarthe
Commandant de Bord Airbus. Ex Commandant de Bord et Instructeur d'Air France
Abonné·e de Mediapart

280 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 mars 2016

Le « petit manche » vs Airbus : Erreur de pilotage ?

Il y a quelques années Gérard Arnoux, expert autoproclamé accidents aériens, en descente sur Montpellier aux commandes d'un A320 d'Air France, percute un planeur vers 8000 pieds. Il ne regardait pas devant lui mais en bas à gauche observant les évolutions d'un planeur. Evidemment il ne risquait pas de voir celui qui grossissait dans le pare brise. Quant aux manoeuvres qu'il effectua ...

Hervé Labarthe
Commandant de Bord Airbus. Ex Commandant de Bord et Instructeur d'Air France
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À peine nommé ( sur le tard d'ailleurs ) commandant de bord sur Airbus A320 chez Air France, Gérard Arnoux percute en descente un planeur qu'il n'a pas pu ou su éviter. Les 169 passagers ont-ils failli être victime d'un défaut de vigilance ou bien de manoeuvres réflexes inadaptées et en tout cas fort contestables ?

eveille

Le « petit manche » vs Airbus :

Erreur de pilotage ?

Pour comprendre ce billet et les suivants sur le sujet, il est nécessaire de revisiter mon billet « Christian Roger & Gérard Arnoux adorent les Airbus »

Je précise par ailleurs que je n'utilise pas le soulignement des mots en tant que tel pour les mettre en valeur. Ce qui veut dire que les mots qui apparaissent comme soulignés sont des liens hypertexte, et qu'il convient de cliquer dessus afin de ne rien louper en termes de documents utiles à la compréhension, de même les images et photos renvoient en général vers d'autres informations associées.

Le billet cité ci-dessus permet de prendre connaissance de l'affaire et du rapport du BEA, et des réflexions qu'elle m'inspire. 

Ces réflexions sont celles d'un pilote qui totalise 20 000 heures de vol, dont 12 500 heures sur Airbus, dont
11 000 heures sur Airbus A320, toutes effectuées en tant que commandant de bord et instructeur, chez Air France en particulier. Les 1500 de différence sont celles effectuées chez Air Inter sur A300.


S'agissant du BEA, je ne m'explique pas qu'il n'ait pas effectué les calculs que je publie ici et qui montrent aisément que lorsqu'il s'agit d'éviter un autre avion en vol et qu'une manoeuvre d'urgence doit être effectuée, la seule efficace est celle d'un cabré immédiat. 
Je ne comprends pas qu'il n'ait pas émis de recommendations en ce sens, alors que les manoeuvres d'évitement ordonnées aux pilotes par le système TCAS, quand il y a lieu, sont des montées ou descentes, c'est à dire des manoeuvres dans le plan vertical.

C'est pourquoi je me permets ici d'adresser à Gérard Arnoux un petit rappel de mécanique du vol qui lui permettra de comprendre mieux pourquoi au lieu de précipiter son avion sur le planeur par un réflexe inopportun il aurait pu tirer à fond sur son petit manche, surtout en gardant les ailes horizontales. 

Cliquez pour lire le document pdf

En mal de pub, à l'été 2013 et histoire d'instrumentaliser Christian Roger dans leur haine d'Airbus, il faudra que « le petit manche » raconte son acrobatie miraculeuse sur le blog d

Jumbolitos,

histoire d'en remettre une couche sur

« cette monstruosité » 

( sic ) qu'est l'Airbus A320

En conclusion de cet article deuxième d'une petite série consacrée à Gérard Arnoux et sa science du pilotage, je dirais simplement ceci :

  • Si Arnoux avait vraiment compris l'énorme plus des CDVE Airbus et des Lois de vol, il aurait évité largement le planeur en agissant suivant les procédures bien connues d'évitement d'obstacles type GPWS ..... TERRAIN .... TERRAIN .... PULL UP .... PULL UP 
  • ou même type windshear ....
  • Il aurait maintenu les ailes horizontales et il aurait cabré à fond !
  • Si Arnoux avait été doté d'un OPEN MIND, il aurait compris le confort induit par les protections, notamment celle en facteur de charge
    à 2,5 G max
  • Sans avoir à se soucier des limitations, et s'il avait eu des automatismes éduqués et non pas des réflexes primaires, il aurait donc cabré à fond et très largement évité le planeur
  • Car en effet s'il avait maintenu 2,5 G ne serait ce que deux petites secondes, seulement deux petite secondes, il passait 100' au dessus du glider.

Or, quand grâce à son copilote, il aperçut le planeur à environ 900 m, il disposait d'au moins 6 secondes pour agir...

Evidemment quand on rêvasse et que l'on observe les jolis planeurs en bas et sur sa gauche, on ne risque pas de voir celui qui est dans son pare brise. 

Amis des forums et passionnés d'aviation à vos calculettes et formules de trigo avec les hypothèses suivantes :

  1. Vitesse propre environ 150 m/s
  2. Accélération verticale 2,5 G
  3. Temps d'application de cette accélération verticale 2"
L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — France
L’encombrant « Monsieur sécurité » de Yannick Jadot écarté de la campagne écolo
Insultes, menaces, intimidations : depuis plusieurs années, militants et élus alertent les responsables d’EELV sur le comportement de Philippe Bouriachi. Ce conseiller régional, qui faisait office de garde du corps de Yannick Jadot, a été écarté de l’équipe de campagne parallèlement à notre enquête. Il dénonce une cabale.
par Mathieu Dejean et Sarah Brethes
Journal — France
Affaire Hulot : Jadot met « en retrait » un pilier de sa campagne
Proche de Nicolas Hulot, Matthieu Orphelin a été mis « en retrait » de la campagne de Yannick Jadot, en raison d’interrogations sur la connaissance qu’il aurait pu avoir des agissements de l’ancien ministre, accusé de violences sexuelles et sexistes. Une « décision courageuse » de la part du candidat écologiste à la présidentielle, salue Sandrine Rousseau.
par Mathieu Dejean
Journal — France
Dans le Béarn, des jeunes empêchés de s’installer en maraîchage bio
La communauté de communes de Pau a lancé un projet de « Ceinture verte » : l’installation d’une dizaine de paysannes et paysans par an autour de l’agglomération. Mais six jeunes sont actuellement suspendus au bon vouloir de la Safer, qui privilégie l’agrandissement des fermes existantes.
par Amélie Poinssot
Journal — France
Le procès des attentats du 13-Novembre
Le procès des attentats du 13-Novembre a débuté mercredi 8 septembre à Paris. Durant neuf mois, vingt accusés vont devoir répondre du rôle qu’ils ont joué dans cette tuerie de masse. Retrouvez ici tous nos articles, reportages, enquêtes et entretiens, et les chroniques de sept victimes des attentats.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Un jour dans ma vie militante : l’Etat réprime impunément des familles à la rue
[Rediffusion] Jeudi 28 octobre, soutenues par Utopia 56, plus de 200 personnes exilées à la rue réclamant l’accès à un hébergement pour passer l’hiver au chaud ont été froidement réprimées. L’Etat via son organe répressif policier est en roue libre. Bénévole au sein de l’association, j’ai été témoin direct de scènes très alarmantes. Il y a urgence. Voici le témoignage détaillé de cette journée.
par Emile Rabreau
Billet de blog
Faire militance ou faire communauté ?
Plus j'évolue dans le milieu du militantisme virtuel et de terrain, plus il en ressort une chose : l’impression d’impuissance, l’épuisement face à un éternel retour. Il survient une crise, on la dénonce à coups de critiques et d’indignation sur les réseaux, parfois on se mobilise, on tente tant bien que mal d’aider de manière concrète.
par Douce DIBONDO
Billet de blog
Penser la gauche : l'ubérisation des militant·e·s
Les mouvements politiques portent l’ambition de réenchanter la politique. Pour les premier·e·s concerné·e·s, les militant·e·s, l’affaire est moins évidente. S’ils/elles fournissent une main d’oeuvre indispensable au travail de terrain, la désorganisation organisée par les cadres politiques tendent à une véritable ubérisation de leurs pratiques.
par Nicolas Séné
Billet de blog
Militer pour survivre
Quand Metoo à commencé j’étais déjà féministe, parce qu’on m’a expliqué en grandissant que les gens étaient tous égaux, et que le sexisme c’était pas gentil. Ce qu’on ne m’avait pas expliqué c’est à quel point le sexisme est partout, en nous, autour de nous. Comment il forge la moindre de nos pensées. Comment toute la société est régie par des rapports de forces, des privilèges, des oppressions, des classes sociales.
par blaise.c