Histoire coloniale et postcoloniale
Site proposant un vaste corpus de référence de documents, études, réflexions et ressources sur l’histoire coloniale de la France (première et seconde colonisation), ainsi que sur ses traces dans la société française postcoloniale d’aujourd’hui.
Abonné·e de Mediapart

25 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 juil. 2022

Gisèle Halimi au Panthéon. Lettre ouverte à l’association Harkis et droits de l’Homme

[Rediffusion à l'occasion de l'anniversaire de la mort de Gisèle Halimi] La mise en cause aux Etats-Unis du droit à l’avortement a relancé la demande adressée au président de la République de la panthéonisation de Gisèle Halimi puisque c'est l'une des causes qu'elle a incarnée. L'historien Gilles Manceron adresse à Fatima Besnaci-Lancou, co-fondatrice de l’Association Harkis et droits de l’Homme, une lettre ouverte l’invitant à cesser d’y être défavorable.

Histoire coloniale et postcoloniale
Site proposant un vaste corpus de référence de documents, études, réflexions et ressources sur l’histoire coloniale de la France (première et seconde colonisation), ainsi que sur ses traces dans la société française postcoloniale d’aujourd’hui.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Après la décision de la Cour suprême des Etats Unis de revenir sur le droit à l’avortement, des voix se sont exprimées à nouveau pour réclamer au président de la République la panthéonisation de l’avocate et militante féministe Gisèle Halimi qui s'est illustrée dans la défense de cette cause. En réitérant cette demande, le patron du Parti socialiste, Olivier Faure, a écrit : « Monsieur le Président, il est temps de faire entrer Gisèle Halimi au Panthéon. Face au signal envoyé par la cour suprême américaine, la France doit s’adresser au monde et rappeler que lorsqu’il s’agit de la liberté et de la santé des femmes aucune régression n’est acceptable ».

Sollicité par Libération, l’Élysée a indiqué qu’il s’agit d'un « processus de temps long ». Un conseiller a précisé que le processus préparatoire à une éventuelle entrée de cette personnalité au Panthéon était toujours en cours. Il a rappelé que la proposition avait été d'abord formulée par l’historien Benjamin Stora dans son rapport sur la mémoire de la guerre d’Algérie et que cela doit « déboucher au terme du processus de réconciliation des mémoires » entre la France et l'Algérie. Un an après la disparition de l’avocate, Emmanuel Macron avait annoncé en août 2021 qu’un hommage serait rendu à la militante féministe « début 2022 aux Invalides ». Aucune décision n'ayant suivi, la famille a exprimé ses craintes de voir le chef de l’Etat renoncer à sa promesse. L’avocat Jean-Yves Halimi, l’aîné des trois garçons de Gisèle Halimi, confiait au Monde, en décembre 2021, son « inquiétude » : « Il est possible qu’ils aient décidé de ne rien faire, et de n’en rien dire. »

La presse a émis l'hypothèse que le fait que la co-fondatrice de l’Association Harkis et droits de l’Homme, Fatima Besnaci-Lancou, se soit déclarée défavorable à cette panthéonisation pouvait avoir influé sur un tel renoncement. L'historien Gilles Manceron, qui a collaboré avec elle à de nombreuses publications durant une quinzaine d’années, lui adresse une lettre ouverte l’invitant à cesser d’être hostile à cet hommage de la nation.

Benjamin Stora se rend en Algérie le 4 juillet, invité officiellement pour les commémorations de l'indépendance de l'Algérie le 5 juillet. C'est une indication importante de la modification de l'attitude des autorités algériennes à propos du rapport qu'il a remis au président de la République ainsi que du processus qu'il propose.


Gilles Manceron
Lettre ouverte à la co-fondatrice de l’Association
« Harkis et droits de l’Homme »

A Fatima Besnaci-Lancou,
co-fondatrice de l’Association
Harkis et droits de l’Homme.

le 1er juillet 2022.


Chère collègue,

Nous avons collaboré à plusieurs ouvrages depuis la publication en 2003 de ton livre Fille de harki (Éditions de l’Atelier), écrit après avoir été révoltée par les propos du président algérien Abdelaziz Bouteflika comparant les supplétifs enrôlés par l’armée française durant la guerre d’Algérie, les harkis, avec les collaborateurs des nazis en France durant la Seconde guerre mondiale. Ayant travaillé sur l’histoire de la colonisation [1], je mesurais combien ces deux phénomènes sont dissemblables et j’ai trouvé ton indignation légitime. Elle s’inscrivait dans le prolongement de ce qu’avait écrit Pierre Vidal-Naquet, secrétaire du Comité Maurice Audin, dans Le Monde du 11-12 novembre 1962.

Par la suite j’ai apprécié ton travail pour combatte les idées fausses sur ce sujet et aider à l’historicisation de ce phénomène du recrutement par l’armée française durant cette guerre, de nombreux ruraux autochtones comme auxiliaires civils strictement subordonnés à un commandement « français de souche ». Parmi ces autochtones, l’armée ne voulait l’incorporation en son sein comme « appelés de souche nord-africaine » (FSNA) qu’un nombre limité d’hommes de la classe d’âge concernée, contrairement aux jeunes hommes d’origine européenne, les « appelés de souche européenne » (FSE), qui étaient tous incorporés. Il ne fallait pas que les « indigènes » apprennent massivement le maniement des armes, beaucoup d’anciens combattants de l’armée d’Afrique qui a contribué à libérer la France en 1944 sont devenus ensuite des combattants de l’ALN, trois d’entre eux figurent même parmi les fondateurs du FLN. Mais elle a voulu recruter des supplétifs qu’elle surveillait de près, dans un cadre informel et précaire, personnels auxiliaires dont elle définissait les tâches, qu’elle pouvait armer, désarmer et abandonner à sa guise et qui restaient des civils même si l’armée voulait leur faire croire qu’ils étaient des militaires. C’est ce statut civil qui a rendu possible leur abandon puisqu’au départ de l’armée tous les militaires français ont été rapatriés.

Tes différents livres ont montré la complexité du phénomène du recrutement de ces hommes, dénommés notamment goumiers, moghaznis ou harkis, à l’opposé du discours simpliste et mensonger de l’extrême droite jusqu’au-boutiste de l’Algérie française, qui veut faire croire qu’il s’agissait d’Algériens favorables à la colonisation française, alors que, dans leur grande masse et sauf exceptions, il s’agissait de ruraux non francophones dont les raisons du recrutement, imposé ou volontaire, étaient extrêmement multiples et souvent dictées avant tout par leur volonté de la survie et de la protection de leur famille. Ton patient travail pour recueillir les récits de femmes de ces supplétifs, de ces hommes et de leurs enfants, dont la plupart sont passés ensuite par un internement scandaleux dans des camps ou des hameaux de forestage sur notre territoire, a documenté cette analyse qui va à contre-courant d’une doxa d’extrême droite qui s’est malheureusement largement diffusée en France depuis 1962 [2].

J’ai suivi avec intérêt la fondation en 2004, à laquelle tu as contribué, de l’association Harkis et droits de l’homme, et, pendant une quinzaine d’années, collaboré avec toi à plusieurs ouvrages, dont Les Harkis dans la colonisation et ses suites (Éditions de l’Atelier, 2008), à des expositions et de nombreuses rencontres. Les massacres d’anciens supplétifs et de membres de leur famille qui ont eu lieu à partir de 1962 sont un fait historique incontestable, qui interpelle les institutions françaises, comme les historiens français et les Algériens d’aujourd’hui. En même temps, la Ligue des droits de l’Homme a pris avec ton association l’initiative d’une rencontre importante en 2008, de plusieurs appels aux plus hautes autorités de la République pour qu’elles reconnaissent les discriminations et l’abandon dont les harkis ont été l’objet. Le site histoirecoloniale.net a consacré, depuis 2004, des centaines d’articles à ce drame, notamment concernant le traitement discriminatoire de ceux qui ont été transférés ou qui sont parvenus à rejoindre la France, et aussi les injures proférées par certains hommes politiques à leur égard. On peut les retrouver facilement en inscrivant le mot « harkis » dans la fenêtre « Rechercher » qui figure sur sa page d’accueil. Il a fait état des demandes adressées par la Ligue des droits de l’Homme aux autorités de la République, comme en 2014 au président François Hollande.

J’ai apprécié aussi ton travail au sujet du camp de Rivesaltes, où tu as vécu enfant à ton arrivée en France, un travail que tu as poursuivi jusqu’à ton livre, Harkis au camp de Rivesaltes – La relégation des familles – Septembre 1962-décembre 1964 (Éditions Loubatières, 2019), qui reprend notamment les témoignages de femmes et d’hommes relégués dans ce camp, qui racontent leur vie cernée de barbelés, les pénuries d’eau, le manque d’hygiène et de soins, les maladies, les femmes accouchant sous des tentes, les morts, notamment d’enfants en bas âge.

Ce site a fait écho de manière nuancée à la journée journée d’« hommage aux harkis » du 25 septembre 2018 à l’occasion de laquelle la légion d’honneur t’a été attribuée et il a salué la publication de ton livre Prisons et camps d’internement en Algérie. Les missions du Comité international de la Croix-Rouge dans la guerre d’indépendance 1955-1962, publié en mai 2018 aux Editions du Croquant et préfacé par le sociologue algérien Aïssa Kadri, qui partage totalement le contenu de la présente lettre ouverte que je t’adresse.

Gisèle Halimi, une personnalité exceptionnelle

Mais je dois te dire mon désaccord total et mon incompréhension par rapport à ta prise de position contre la panthéonisation de Gisèle Halimi. C’est une demande que porte un nombre très important de citoyennes et de citoyens de France et d’ailleurs, que l’historien Benjamin Stora a reprise opportunément parmi les préconisations du rapport que le président de la République lui a demandé et une demande que soutient fortement la Ligue des droits de l’Homme.

Comme toi, je ne partage pas la position qu’a exprimée Gisèle Halimi au sujet des harkis — probablement dictée par son indignation devant les viols et les tortures que certains harkis ont infligées à de jeunes algériennes qu’elle a défendues et avec lesquelles elle a éprouvé une empathie et une solidarité profondes — et j’ai regretté qu’elle ne veuille pas se joindre aux appels que la Ligue des droits de l’Homme a lancés au sujet de la demande de reconnaissance par la France du tort fait aux harkis et à leurs familles. Mais de nombreux engagements de la vie de Gisèle Halimi justifient qu’elle soit donnée en exemple au monde et inhumée au Panthéon. Comme j’ai eu l’occasion de te le dire, dans l’ensemble des paroles et des écrits des plus grandes personnalités inhumées au Panthéon, de Victor Hugo à Jean Moulin, d’Alexandre Dumas à Emile Zola, on pourra sûrement trouver des propos regrettables. Et quand tu me réponds qu’on a donc eu tort de les honorer ainsi et qu’il ne faut pas, à cause de paroles de Gisèle Halimi que je regrette comme toi, la panthéoniser, je trouve qu’une telle quête de perfection absolue — conviens-en — est inhumaine et sans issue.

C’est l’adhésion de Gisèle Halimi à la cause de l’indépendance algérienne qui suscite l’hostilité de l’extrême droite à sa panthéonisation. Si telle n’est pas la raison qui anime en l’occurrence ton opposition et celle de l’Association Harkis et droits de l’Homme à la demande que cet hommage de la nation soit rendu à cette avocate courageuse, il serait logique que ton association condamne les initiatives de l’extrême droite nostalgique de la colonisation française, dont récemment à Perpignan.

Il y a quinze ans, tu étais présente à Perpignan, le 24 novembre 2007, parmi les opposants au « Mur des disparus » et au « Centre de la mémoire » que la municipalité de droite de l’époque avait financé et offert aux nostalgiques de l’OAS du Cercle algérianiste. Tu t’étais exprimée contre ces projets, aux côtés de Michel Tubiana, président d’honneur de la Ligue des droits de l’Homme, et de Jean-François Gavoury, fils d’un commissaire de police assassiné par l’OAS et président de l’Anpromevo, l’association qui défend la mémoire des victimes de cette organisation terroriste. Cette politique de la droite locale a conduit logiquement à l’accession de l’extrême droite à la mairie de Perpignan. Le 26 juin 2022, le collectif d’association pour une histoire franco-algérienne non falsifiée qui s’était constitué il y a une quinzaine d’années contre la propagande mensongère du Cercle algérianiste et de l’extrême droite a manifesté de nouveau. Mais, cette fois, ni toi ni l’association Harkis et droits de l’Homme n’était présente.

Beaucoup, parmi les enfants de harkis en France, pensent que cette nouvelle position de ton association n’est pas fidèle à celle qui avait présidé à sa fondation. Qu’elle fait du tort à la cause qu’ils défendent, aux côtés de tout ceux qui combattent les discriminations de toutes sortes au sein de la société française. Et qu’une telle opposition n’est plus de mise alors que nous allons fêter, en France et en Algérie, les soixante ans de la fin de la colonisation française de ce pays, l'Algérie, qui a eu le mérite de revendiquer à la face du monde son droit à disposer de lui-même, et qui, en 2022, est bien décidé à le défendre encore contre tous ce qui porte atteinte aux droits et aux libertés.

Ils comptent dire que cette position que tu a prise contre la panthéonisation de Gisèle Halimi est préjudiciable à leur combat. Laissons-les s’exprimer.

De mon côté, je tenais à t'écrire que, comme le pensais Michel Tubiana, disparu en 2021, et comme le pense la Ligue des droits de l'Homme, il est temps que tu rectifies cette position regrettable.

Bien cordialement,

Gilles Manceron.


[1] Voir notamment, Gilles Manceron, Marianne et les colonies, La Découverte, 2003.

[2] Voir Gilles Manceron, « La construction du sort des harkis par les chefs de l’armée française hostiles à l’indépendance pour en faire un argument politique pour illustrer “l’abandon de l’Algérie” par la France ».


Les publications de Fatima Besnaci-Lancou

Fille de harki, préface de Jean Daniel et Jean Lacouture, postface de Michel Tubiana, Editions de l'Atelier, 2003.

• Nos mères, paroles blessées - Une autre histoire de harkis, préface de Claude Liauzu, Éditions Zellige, 2006.

Treize chibanis harki, préface de Gilles Manceron, postface d’Amar Assas, éd. Tiresias, 2006.

• Avec Gilles Manceron (dir.), Les harkis dans la colonisation et ses suites, préface de Jean Lacouture, Éditions de l’Atelier, 2008.


• Avec Abderahmen Moumen, Les harkis, Le Cavalier Bleu, collection « idées reçues », 2008.

• (dir.), Des vies - 62 enfants de harkis racontent, éd. de l’Atelier, préface de Boris Cyrulnik, 2010.

• Avec Benoit Falaize, Gilles Manceron (dir.), Les harkis, histoire, mémoire et transmission, préface de Philippe Joutard, Editions de l’Atelier, 2010.

• « Les harkis, une histoire déformée par des récits officiels », in Association des 4ACG (anciens appelés en Algérie et leurs amis contre la guerre), Guerre d’Algérie, guerre d’indépendance : Paroles d’humanité, Paris, L’Harmattan, 2012.

Des harkis envoyés à la mort. Le sort des prisonniers de l’Algérie indépendante (1962-1969), préface de Todd Shepard, Editions de l’Atelier, 2014.

• « Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) - Un témoin singulier dans la guerre d’Algérie et ses suites », in Aïssa Kadri, Moula Bouaziz et Tramor Quemener (dir.), La guerre d’Algérie revisitée - Nouvelles générations, nouveaux regards, éd. Karthala, 2015.

Prisons et camps d’internement en Algérie : les missions du Comité international de la Croix-Rouge dans la guerre d’indépendance, 1955-1962, préface de Aïssa Kadri, éd. du Croquant, 2018.

Harkis au camp de Rivesaltes – La relégation des familles – Septembre 1962-décembre 1964, préface de Olivier Dard, Éditions Loubatières, 2019.


Fatima Besnaci-Lancou, historienne, co-fondatrice de l’association Harkis et droits de l’Homme, était l’invitée de l’émission « C ce soir » le mardi 18 mai 2021 sur France 5.
Elle était interviewée sur la question de l’entrée éventuelle de Gisèle Halimi au Panthéon.


"C ce soir Meedias l'heure des grandes manœuvres" AASAF © association AASAF

Mediapart a invité le 13 novembre 2020 les historiens Fatima Besnaci-Lancou et Gilles Manceron à son émission « Écrire l’histoire France-Algérie », intitulée « Harkis, une mémoire à vif ».

Voir l’émission sur Mediapart

Cette émission peut aussi s’écouter en version audio.



Pour soutenir financièrement le travail mené par l'équipe d'histoirecoloniale.net de réflexion et de diffusion des connaissances sur le passé colonial et ses traces dans nos sociétés, cliquez sur ce lien.



Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule : « Beaucoup de travail et de questions »
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Liberté d'expression
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon
Journal — États-Unis
L’écrivain Salman Rushdie poignardé
Salman Rushdie se trouvait sous assistance respiratoire, après avoir été poignardé le 12 août, alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole sur une scène de l’État de New York. De premiers éléments sur le profil de l’agresseur témoignent d’une admiration pour le régime iranien.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Croissance énergétique : et si le nucléaire n'était pas la solution ?
On trouve ici et là des aficionados du nucléaire pour expliquer que pour continuer à consommer et à croitre sur le rythme actuel, il suffit de construire des centrales nucléaires. C'est d'ailleurs l'essence du plan pour l'énergie de notre renouveau président. Alors causons un peu croissance énergétique et centrales nucléaires.
par Haekel
Billet de blog
Le piège du nucléaire
Maintenant que la France est en proie à des incendies en lien avec le réchauffement climatique, que notre pays manque de plus en plus d’eau et que notre président et ses ministres, après avoir renationalisé EDF, nous préparent un grand plan à base d’énergie nucléaire, il serait temps de mettre les points sur les « i ».
par meunier
Billet de blog
Le nucléaire sans débat
Où est le débat public sérieux sur l'avenir du nucléaire ? Stop ou encore ? Telle est la question qui engage les générations futures. Une enquête remarquable et sans concession qui expose faits et enjeux. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Face aux recommandations du GIEC, comment réconcilier l’écologie avec le nucléaire
L'écologie politique a toujours manifesté une aversion contre le nucléaire. Pourtant, cette source d'énergie décarbonée n'est pas dénuée d'intérêt. D'où vient alors ce désamour pour le nucléaire ? Le nucléaire devrait se guérir de deux maux: sa filiation militaire qui met en exergue sa dangerosité, et l'absence d'une vision stratégique renouvelée et forgée avec l'adhésion de la société.
par francois brechignac