J LORTHIOIS
urbaniste, socio-économiste
Abonné·e de Mediapart

44 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 mai 2022

Bassin de Roissy-1 : 5 territoires emboîtés comme des poupées gigognes

Nous présentons ici l'organisation territoriale du Grand Bassin de Roissy, composé de 5 territoires emboîtés. Notre analyse repose sur la prise en compte des "territoires vécus", structurés par les activités quotidiennes des habitants, aux antipodes des "territoires prescrits" respectant des périmètres institutionnels.

J LORTHIOIS
urbaniste, socio-économiste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cet article constitue l'introduction à l'analyse du "Grand Bassin de Roissy" , au sens "territoire géographique" du terme, décliné en 5 sous-ensembles.

Les périmètres que nous allons étudier ici sont d’ordre spatial et déterminés à la fois par des critères démographiques (les populations locales et leurs caractéristiques), sociaux (la main-d’œuvre, ses compétences et qualifications, ses flux domicile-travail) et économiques (localisation et attractivité des entreprises, filières d’activités, politique de personnel…) Ils correspondent à ce qu'on appelle les "territoires vécus" par les populations , "des espaces locaux structurés par les activités quotidiennes des habitants qui y vivent." Voir sur mon site pour plus amples explications concernant ce concept (1).


Ces entités sont des territoires géographiques qui fonctionnent indépendamment des découpages institutionnels, c'est-à-dire qu'ils ne se confondent  pas :
- ni avec le « Grand Roissy » - tout court - à 22 communes, qui couvre un ancien périmètre d’analyse défini par l’EPA Plaine de France et le cabinet-conseil ECODEV dans son étude de 2012, tentant un compromis entre des données socio-économiques et le découpage institutionnel en vigueur à l'époque ; 
- ni avec le « Grand Roissy-Le Bourget » (GLRB) qui élargit fortement le périmètre ancien, porté désormais à 50 communes, en raison de la réforme institutionnelle de 2016 créant la Métropole du Grand Paris (MGP) découpée en 12 EPT (Établissements Publics Territoriaux) et obligeant les départements périphériques à effectuer des regroupements d'anciennes intercommunalités. C'est ainsi que GRLB couvre deux groupements différents de grande et de petite couronne, séparés désormais par une double frontière à la fois départementale et institutionnelle : la Communauté d’agglomération Roissy-Pays de France (CARPF, avec 42 communes du Val d’Oise et de Seine-et-Marne) et Paris Terres d’envol (8 communes de Seine-Saint-Denis, correspondant à l’Établissement Public Territorial intitulé T7 de la Métropole du Grand Paris). L'instance GLRB qui ne s’est jamais réunie et qui constitue uniquement un périmètre statistique, un patchwork sans unité composé par extensions successives, de plus en plus éloigné des «territoires vécus » portés par les populations. Un tel espace surdimensionné et coupé des réalités socio-économiques des habitants est pourtant considéré par la Région comme le « bassin socio-économique » de référence du Nord francilien.

N.B. On se reportera utilement pour les avatars de la constitution de cette entité ingouvernable, à l'histoire de son élaboration décrite dans un article de ce blog, intitulé "L'impossible envol d'un papillon sans tête". (2)

Dans la série d'articles qui vont suivre, les périmètres - définis par les critères des "territoires vécus"  - forment l’ensemble de ce que j'appelle le «Grand Bassin de Roissy », un vaste espace géographique composé de différents territoires qui s’emboîtent les uns dans les autres, à la manière de poupées gigognes. Du plus petit au plus grand, nous en distinguons cinq, listés ci-après (voir Figure 6).

A. L’emprise aéroportuaire (Figure 1)

Elle couvre uniquement l’espace géré par ADP (Paris Aéroports), avec quelques adjacences hors périmètre (activités économiques, hôtels liés à l’aéroport). Je renvoie à l’analyse très détaillée que j'ai effectuée dans un article précédent de ce blog, consacré aux emplois de la plateforme et à ce qu'on appelle les "emplois directs" (3).

Figure 1 © Photo Lorthiois

B. Le « pôle de Roissy » (Figure 2)

Il est souvent confondu avec le pôle aéroportuaire,  mais il s’agit d’un espace « élargi », englobant - outre le périmètre de l’aéroport - l’ensemble des 6 communes ayant une partie de leur territoire couvert par la plateforme et une autre partie hors plateforme.

Figure 2 © Photo Lorthiois

C. Le « Cœur de pôle de Roissy » (Figure 3)

Il s’étend cette fois à l’ensemble des communes situées à proximité de l'aéroport, qui possèdent des activités de nature métropolitaine, essentiellement liées aux filières aéroportuaires (Transport dont aérien, Logistique, Commerce dont commerce inter-entreprises - autrefois commerce de gros - et commerce international, Hôtellerie-restauration, Tourisme…) Soit 12 communes.

Figure 3 © Photo Lorthiois

D. « L’aire directe » du Bassin de Roissy (Figure 4)

Elle comprend l’ensemble des localités ayant Roissy comme destination première de lieu de travail de leurs actifs. Soit environ une trentaine de communes sur 2000 pour l'ensemble du Bassin : à peine 1 à 2% de l'ensemble, ce qui représente un cas de figure totalement "limite" par rapport au fonctionnement d'un bassin territorial.

Figure 4 © Photo Lorthiois


E. « L’aire diffuse » du Bassin de Roissy (Figure 5)

Elle regroupe toutes les autres communes qui envoient à titre secondaire, voire très marginal, un certain nombre de leurs actifs travailler à Roissy. Soit près de 2000 communes, localisées dans 10 départements : toute l'Ile-de-France et la moitié de l'ancienne Picardie, l'Oise et l'Aisne.

Figure 5 © Photo Lorthiois

*

*        *

Ces 5 entités territoriales forment un ensemble que j'ai appelé "Le Grand Bassin de Roissy" (Voir figure 6).

Figure 6 © Photo Lorthiois

N.B. Sauf indication contraire, tous les chiffres qui sont utilisés dans la série d'articles intitulés "Bassin de Roissy" sont issus du recensement Insee de 2016, afin de préserver une cohérence avec le dernier recensement INSEE des flux domicile-travail  établi à cette date.

NOTES

(1) J. LORTHIOIS, Voir présentation du concept "Territoires vécus" sur mon site

https://j-lorthiois.fr/concepts-generaux/les-territoires-vecus/

(2) J. LORTHIOIS, voir article de ce blog, "L'impossible envol d'un papillon sans tête"

https://blogs.mediapart.fr/j-lorthiois/blog/210921/betisier-grand-roissy-n-6-gouvernance-l-impossible-envol-d-un-papillon-sans-tete

(3) J. LORTHIOIS, voir article de ce blog, "Le mirage des emplois directs de Roissy : croissance en panne et trafic en hausse".

https://blogs.mediapart.fr/j-lorthiois/blog/181221/le-mirage-des-emplois-directs-de-roissy-croissance-en-panne-et-trafic-en-hausse

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Amérique du Nord
Dans le Wyoming, qui sauvera Liz Cheney, la républicaine anti-Trump ?
S’enfoncer dans les délires de Donald Trump ou reconduire son opposante numéro 1 au sein de son parti ? Une certaine idée de la démocratie américaine se joue mardi 16 août dans les primaires républicaines de l’« État des cow-boys ».
par Alexis Buisson
Journal — Migrations
Les réfugiés afghans refusent que leur pays tombe dans l’oubli
Après la chute de Kaboul, le 15 août 2021, quelque 2 600 Afghans ont été évacués vers la France via des vols de rapatriement. Mediapart donne la parole à celles et ceux qui tentent de se reconstruire, loin de leur pays et de leur proches, qu’ils savent meurtris.
par Nejma Brahim
Journal
Prostitution : le torchon brûle entre écologistes et associations
Depuis plusieurs jours, une querelle oppose des associations LGBTQI+ et Raphaëlle Rémy-Leleu, élue EELV de Paris. Les premières reprochent vertement à la seconde ses positions sur le travail du sexe. L’écologiste dénonce un « harcèlement » injuste.
par James Gregoire
Journal — Écologie
Ne pas perdre une goutte d’eau, le combat de Lyon et de sa région
Dans le département du Rhône, parmi les plus touchés par les canicules, retenir et économiser l’eau devient urgent. La bataille se joue mètre cube après mètre cube, de la déconnexion des réseaux d’assainissement à la rénovation des trottoirs, de l’arrosage des jardins aux prélèvements par les gros industriels.
par Mathieu Périsse (We Report)

La sélection du Club

Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La révélation (1/9)
Comment, par les hasards conjugués de l’Histoire et de l’amitié, je me retrouve devant un tombereau de documents laissés par Céline dans son appartement de la rue Girardon en juin 1944. Et ce qui s’ensuivit.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Une déflagration mondiale (3/9)
La veuve de Céline disparue, délivré de mon secret, l’heure était venue de rendre publique l’existence du trésor et d’en informer les héritiers… qui m’accusèrent de recel.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La piste Morandat (5/9)
Dans ses lettres, Céline accuse Yvon Morandat d’avoir « volé » ses manuscrits. Morandat ne les a pas volés, mais préservés. Contacté à son retour en France par ce grand résistant, le collaborateur et antisémite Céline ne donne pas suite. Cela écornerait sa position victimaire. Alors Morandat met tous les documents dans une malle, laquelle, des dizaines d’années plus tard, me sera confiée.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Oscar Rosembly (4/9)
Depuis longtemps les « céliniens » cherchaient les documents et manuscrits laissés rue Girardon par Céline en juin 1944. Beaucoup croyaient avoir trouvé la bonne personne en un certain Oscar Rosembly. Un coupable idéal.
par jean-pierre thibaudat