Outreau : Laurent Ruquier Number one au Flop ten, exit Fabrice Burgaud

Amuser la galerie, Monsieur Ruquier, vous savez le faire et vous le faites bien. Vous le faites d'ordinaire avec des informations qui s'y prêtent. On vous pardonnera sans doute d'avoir des faits une interprétation parfois farfelue, même si un large sourire ne peut tout permettre. Vouloir à tout prix marquer les esprits pousse à l'outrance, et de ce point de vue, le Flop ten est le lieu de tous les excès. Pour hilarantes qu'elles soient, vos paroles ont une portée et une influence, et leur contenu vous engage parce qu'il émane d'un présentateur notoire, d'autant plus responsable de son attitude qu'il jouit d'une large écoute. A vouloir trop en faire, la ligne rouge est franchie : faire rire avec à propos d'un délit qui incite à la haine, et en repasser une couche avec des informations fausses et calomnieuses, mais dont le large public à tout à votre écoute ne doutera pas.

Amuser la galerie, Monsieur Ruquier, vous savez le faire et vous le faites bien. Vous le faites d'ordinaire avec des informations qui s'y prêtent. On vous pardonnera sans doute d'avoir des faits une interprétation parfois farfelue, même si un large sourire ne peut tout permettre. Vouloir à tout prix marquer les esprits pousse à l'outrance, et de ce point de vue, le Flop ten est le lieu de tous les excès. Pour hilarantes qu'elles soient, vos paroles ont une portée et une influence, et leur contenu vous engage parce qu'il émane d'un présentateur notoire, d'autant plus responsable de son attitude qu'il jouit d'une large écoute. A vouloir trop en faire, la ligne rouge est franchie : faire rire avec à propos d'un délit qui incite à la haine, et en repasser une couche avec des informations fausses et calomnieuses, mais dont le large public à tout à votre écoute ne doutera pas.

Mon dernier billet parlait des porteurs de haine à propos du sort que l'opinion réserve au Magistrat Fabrice Burgaud, et des incitations à la haine dont il est l'objet. Celles-ci ne traduisent généralement que l'ignorance – à moins que cela ne soit la malveillance – de ceux qui s'y adonnent, histoire de bêler avec le troupeau.

Et il n'a pas fallu attendre longtemps pour trouver un nouvel exemple de cette attitude coupable, puisque dans votre émission du 25 mai, vous avez cru amusant de classer en septième position du Flop ten la plainte de Fabrice Burgaud contre Bertrand Tavernier.

« Il a dit une connerie » avez-vous dit à propos de Bertrand Tavernier c'est bien le moins que l'on puisse reconnaître. Mais vous répercutez ses paroles d'une manière qui ne laisse aucun doute sur votre sympathie à l'égard de cette assertion, et vous retournez la perspective en estimant que le Magistrat pourrait être accusé notamment « d'incitation au suicide » alors même que le décès accidentel de François Mourmand ne peut être mis sur son compte.

En traitant le sujet de cette manière, vous ajoutez à une désinformation qui dure depuis l'époque des procès, où les avocats de la défense avaient su gagner la faveur des médias et installer les idées reçues que l'on déplore encore aujourd'hui. Le film « Présumé coupable » - film de fiction fondé sur le point de vue d'un ancien accusé - n'a pas arrangé les choses. Il est pourtant facile d'y déceler les signes du parti-pris. Ce film est probablement à l'origine du dérapage de Bertrand Tavernier, et s'il est confondu avec une sorte de documentaire, il en provoquera d'autres.

La controverse sur l'affaire d'Outreau défraie la chronique depuis des années. Si le fait de regarder de plus près les fondements de ce qui s'est dit est à la portée du citoyen lambda, cette précaution s'impose pour un journaliste qui contribue à l'opinion de son auditoire. Force est de constater que bien peu le font consciencieusement.

A défaut de l'avoir fait, vous êtes déjà tombé dans le piège en 2006 lors d'une émission « on n' est pas couché » en laissant dire à l'abbé Wiel que les enfants Delay avait menti. Je vous renvoie donc à cet article « Outreau: où sont les vrais menteurs?

Il existe malgré tout des sources d'informations qui permettent de se faire une idée plus juste de cette affaire d'Outreau :

Le film de Serge Garde et Bernard de la Villardière « Outreau, l'autre vérité » fait actuellement œuvre utile, de même que les conférences de Jacques Thomet, mais avant cela, le blog de Caprouille ou celui de Marie-Christine Gryson-Dejehansart apportent de nombreux éléments tout comme le site « Outreau, la vérité abusée » ou « Démystifier Outreau »

S'agissant de la position de Fabrice Burgaud, et des torts que la fable populaire lui attribue, je note que le journaliste de Médiapart Fabrice Arfi a replacé dans le contexte la prétendue faute du juge en la ramenant à l'ensemble de la hiérarchie1... mais c' est encore plus effrayant pour le citoyen. Bien rares sont en fait les articles pertinents sur le sujet. J'en ai trouvé un seul qui présente en détail les arguments qui méritent d'être pris en compte et la position des avocats de Fabrice Burgaud :

Outreau, Fabrice Burgaud : une plainte nécessaire contre Bertrand Tavernier pour incitation au crime, arguments de ses avocats

Je vous souhaite bonne lecture

1  Outreau : le procureur et l’hypocrisie de la Chancellerie

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.