Votre mission si vous l'acceptez, signaler un effet indésirable

Carton plein pour la gestion de la crise sanitaire, révélatrice de l'incongruité d'une gestion inspirée par le libéralisme. Rien ne fonctionne. Lits d'hôpital, personnels soignants, vaccination, masques, vaccination, tests, vaccination, séquençage, vaccination, traçage, anticipation, vaccination... comme dit le proverbe " Thatcher a tout foutu par terre, Macron a pris sa succession".

Macron l'a répété, son règne calamiteux sera celui de l'efficacité. Il a reuni autour de lui, des jeunes gens à son image, issus de la société civile (?), ambitieux, disruptifs (je cause la mode), sans tabous, au baratin d'école de commerce mais sans beaucoup d'intelligence, de lucidité ni d'empathie. On était sauvés. Le monde des entrepreneurs, des spécialistes, des techniciens, allait (enfin) se colleter aux problèmes du pays et prendre les mesures efficaces qui s'imposent. Vertu des élections, soixante dix sept pour cents des citoyens de ce pays retrouvent un peu de leur âme d'enfant avec l'espoir de trouver au pied du sapin, un ruissellement de cadeaux. En mai 2017, il s'est en trouvé un sur cinq pour brûler un cierge à Sainte Margaret. 

Et le signalement des effets indésirables, ça vient quand ? Patience, j'y arrive. Une mienne parente dont l'âge avancé lui permet de candidater à une injection vaccinale se rend chez son médecin traitant pour la visite de contrôle. Ni précaution, ni contre-indication, elle se rend donc au centre indiqué en avançant vaillamment sur sa canne pour y tendre son bras blanc à une seringue menaçante. Elle en repart sans plus de difficulté, serrant dans sa main tremblante (on s'y croirait, non ?) le guide destiné à signaler les effets indésirables ou inconnus éventuels, destiné à signaler les effets indésirables ou inconnus éventuels et qu'on lui remet à cette occasion https://solidaritessante.gouv.fr/IMG/pdf/guide_patients_declaration_ei.pdf .

Votre mission si toutefois etc Quelques jours plus tard, des rougeurs accompagnées de démangeaisons font leur apparition. Un phénomène qu'elle n'avait jusque là jamais connu et qui n'est d'ailleurs survenu qu'après la vaccination. Bien que les plaques ne se trouvent pas sur la zone d'injection, il y a là de quoi s'inquiéter. Elle signala ce problème au médecin qui lui conseilla d'attendre trois jours. Tout redevint normal  mais les mêmes rougeurs réapparurent une semaine plus tard. Une allergie possiblement provoquée par l'utilisation d'un produit désinfectant ou d'un gel hydroalcoolique. La consommation abusive des chaînes d'infos fait monter une inquiétude que rien ne vient calmer. Une pharmacie lui communique un numéro de téléphone. Malgré des appels renouvelés, personne ne répond à son inquiétude. Pas même un répondeur enregistreur pour prendre note de l'effet inattendu, pour donner un conseil ou pour renvoyer vers un correspondant compétent. Il s'avérera que c'est le numéro pour prendre un rendez-vous de vaccination. Têtue comme peuvent l'être les vieillards de son âge, elle qui fut élevée au lait de l'intérêt collectif, poursuit sa quête d'autant qu'elle se rappelle deux phrases du guide. "Votre participation à l’identification de ces effets inattendus est précieuse et bénéficiera à tous", "déclarer tout effet indésirable ressenti afin que les autorités de santé soient informées et puissent prendre des mesures si nécessaire". Un autre passage la conforte dans sa tentative de signalement : "Il peut arriver que certains effets indésirables ... apparaissent plus tardivement après la vaccination (par exemple réactions allergiques).Si vous ressentez un ou des effet(s) indésirable(s) grave(s) et/ou inattendu(s): vous devez contacter immédiatement votre médecin traitant, un autre médecin ou le signaler à votre pharmacien." Elle est pile dans la situation présentée. Opiniâtre et déterminée, elle dont internet n'est pas la langue maternelle, s'inscrit à l'université du quatrième âge Cedric O pour suivre une formation "internet vieux débutants". La section de Lourdes propose en distanciel seulement, une option réservée aux doigts pleins d'arthrose qui lui convient. Sa qualification en poche, cette future fille de la 5G s'aventure avec une certaine appréhension dans l'éther du monde mystérieux des bits (oh ! ) et des robots.  Elle va enfin pouvoir faire oeuvre pie  en signalant l'allergie qui la frappe. Se protéger pour protéger autrui,. 

Une mission vraiment impossible  Encore faut-il réussir à ouvrir le lien qui s'affiche sur la page d'accueil :  http://signalement.social-sante.gouv.fr . Bad luck, malgré plusieurs tentatives, effectuées à des heures différentes, il reste inactif.  Bon gars, Google mentionne tout de même : "Ce site est inaccessible - signalement.social-sante.gouv.fr a mis trop de temps à répondre", accompagné d'un conseil, établir un "diagnostic réseau"  et "vérifier le proxy et le pare-feu".  Malheureusement, c'est le programme de deuxième année. Résignée, elle décide de se rendra au rendez-vous pour recevoir la deuxième dose, en espérant qu'un médecin soit présent pour vérifier si, pour elle, le vaccin peut présenter des risques. 

 Les génies de la macronerie Qu'aucun accueil téléphonique permanent soit mis en place, qu'aucun centre de signalement soit opérationnel 7/7 ( pour causer la French Tech), c'est incompréhensible. Sos Amitié fait mieux. Mais pour la start-up nation du mari de la femme aux pièces jaunes, l'empathie c'est combien de divisions ? Décidément, chez Macron, rien ne tourne rond. Une sourde angoisse la gagne à la pensée du sort qui pourrait frapper ce pauvre Sarkozy à propos duquel elle a lu un billet passionnant dans le blog de Jean-claude Lénervé.  ttps://blogs.mediapart.fr/jean-claude-lenerve/blog/190221/ces-malades-qui-nous-gouvernent . En effet, c'est parce qu'il est atteint d'une "pathologie sévère "que ce jogger-cycliste de moins de soixante quinze ans a pu bénéficier d'une injection sans devoir attendre sa tranche d'âge. Si lui aussi connaissait un effet indésirable, parviendrait-il à le signaler à temps ? Ou bien succomberait-il dans d'atroces souffrances, laissant une veuve, deux si l'on compte la France, et de quatre à soixante-dix millions d'orphelins ? Un drame national.

La perfection façon Macron se niche aussi dans ce lien qui permet de consulter les statistiques de l'épidémie, sur le site de la préfecture d'un département. Hélas, la seine et marnaise qu'elle est ne saura pas si elle pourrait espérer être hospitalisée, l'accès du site étant refusé https://www.seine-et-marne.gouv.fr/Actualites/Actualite-du-prefet/Les-infos-locales-et-nationales-sur-le-Coronavirus  alors qu'habitant le Finistère, je peux savoir si c'est le cas dans mon département. 

Ces gugusses experts, répètent qu'ils ont fait les comptes, lancé des évaluations, émis différentes hypothèses, qu'ils ont font de la prospective, qu'ils se sont entourés de toutes les garanties et qu'ils ont pris toutes les précautions avant de décider la casse des retraites, celle de l'assurance maladie ou la privatisation d'ADP, on ne peut qu'être très inquiet. Il s'agit peut-être davantage d'incompétence que de volonté de nuire. Décidément, rien n'est bon chez l'Macron. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.