Jean-Lucien HARDY
retraité depuis mars 2020
Abonné·e de Mediapart

415 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 avr. 2021

Jean-Lucien HARDY
retraité depuis mars 2020
Abonné·e de Mediapart

Macron + LeMaire = Nucléaire + Hydrogène NON renouvelable

Macron est pronucléaire. Le Maire est prohydrogène. Mais l'hydrogène produit à partir du nucléaire n'est forcément pas renouvelable. Ce serait un hydrogène très polluant et dangereux. Combiner le nucléaire et l'hydrogène, ce serait tenter de chasser la peste climatique pour mieux répandre le choléra nucléaire.

Jean-Lucien HARDY
retraité depuis mars 2020
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

(Publié le 18 avril, atténué et republié le 23 avril)

Ce 15 avril 2021, l'émission Vous avez la parole sur France2 opposait l'eurodéputé écologiste Yannick Jadot à Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des Finances, dans la perspective de la Présidentielle 2022.

Néanmoins Bruno Le Maire a eu la bonne idée, une première dans ce genre de débat, de marteler le mot "hydrogène", exprimant en cela une conviction bien vertueuse (même s'il a mis beaucoup de temps à se rendre compte du potentiel de l'hydrogène).

Étrangement le mot "hydrogène" n'a pas du tout été repris ni par Yannick Jadot, ni par les journalistes. Jadot, Salamé et Sotto semblent ne pas encore avoir compris l'enjeu fondamental de la révolution énergétique que représente l'hydrogène renouvelable, le thème de ce blog.

Il est tout de même stupéfiant de constater que le leader écologiste qu'est Yannick Jadot n'a pas du tout rebondi sur le sujet de l'hydrogène, n'ayant développé aucun argument concernant l'hydrogène, un peu comme s'il n'en avait jamais entendu parler, alors qu'il appelait de ses vœux des technologies vertueuses et créatrices d'emploi, ce que l'hydrogène représente plus que toutes les autres technologies renouvelables dont l'hydrogène booste l'efficacité (notamment en permettant de profiter de l'intermittence).

Sur le sujet nucléaire en revanche, Léa Salamé et Thomas Sotto ont forcé le débat, présentant d'emblée une vidéo de Macron qui martelait clairement en décembre 2020 qu'il est pronucléaire et fier de l'être.

Faut-il rappeler d'abord à quel point le Président de la France se montre irresponsable quand il prône ainsi le nucléaire, sans du tout tirer les leçons de la catastrophe de Fukushima qu'a vécu son homologue Naoto Kan, 1er Ministre du Japon au moment de cette catastrophe. Avant cette catastrophe, Naoto Kan était pro-nucléaire comme Macron. Mais après cette catastrophe, Naoto Kan est devenu le plus célèbre des activistes anti-nucléaire.

En février 2019 à Valence, Naoto Kan expliquait (voir vidéo) qu'aucun pays au monde n'a le droit de prendre le risque de devoir évacuer et déplacer le tiers ou la moitié de sa population, sachant que c'est ce qui a failli se produire au Japon en 2011. Naoto Kan a géré la plus grave catastrophe du nucléaire civil avec Tchernobyl. Il sait parfaitement de quoi il parle, mais Macron ne l'a jamais invité à partager son expérience. Un Fukushima made in France pend au nez de Macron.

Jadot a rappelé que le nucléaire coûte extrêmement cher à la France et aux français, que Flamanville seulement qui devait coûter 3,5 milliards d'euros, a déjà coûté pas loin de 20 milliards à la France selon la Cour des comptes. Si Mélenchon avait été là, il aurait sans doute parler aussi des 150 milliards d'euros (voir vidéo) budgétisés pour le grand rafistolage des vieilles centrales nucléaires dont il s'agit de prolonger la durée du vie. Et c'est sans parler du coût d'autres EPRs dont quelques attardés du nucléaire rêvent encore de décorer le paysage français, nonobstant le fiasco de Flamanville qui fait exploser tous les compteurs en dépassements de budget et de délai.

Il va de soi que si de tels montants astronomiques étaient investis dans le renouvelable, la France n'aurait plus besoin du nucléaire et deviendrait LE leader mondial en matière d'énergies renouvelables.

Alors ce que Jadot aurait pu rétorquer en cours de débat, c'est que l'addition des fiertés de Macron et de Le Maire ouvrirait forcément la voie mortifère de la production d'hydrogène par électrolyse à partir d'énergie nucléaire, non renouvelable et très dangereusement polluant. En effet, si les renouvelables souffrent d'un déficit intermittent, le nucléaire souffre d'un excès de constance. La production d'électricité nucléaire doit être supérieure au maximum de la demande et ne peut pas être modulée en fonction de l’intermittence de la demande. Le couple Macron + Le Maire pourrait corrompre les espoirs vertueux d'une économie de l'hydrogène pour perpétuer la folie nucléaire française tant décriée aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur de l'hexagone.

Sous l’impulsion d'un Président pronucléaire, la France pourrait tenter de chasser la peste climatique en utilisant le choléra nucléaire, allant ainsi à contre-courant de ses partenaires européens. Quand en juillet 2020, l'Union Européenne lancé l'économie de l'hydrogène, c'est clairement l'hydrogène renouvelable qu'elle appelait de ses vœux. Il n'était absolument pas question d'un redéploiement du nucléaire.

En France, ceux qui craignent les pronucléaires martèlent déjà depuis des années l'expression "hydrogène décarboné", pour éviter de parler d'hydrogène renouvelable, sachant que l'hydrogène renouvelable exclut le nucléaire.

Moralité:
Le nucléaire n'est pas une réponse acceptable au réchauffement climatique, la meilleure réponse étant l'hydrogène renouvelable.
A bon entendeur salut.

Emmanuel Macron, ministre de l'Économie, visite la centrale nucléaire de Civaux, en France, le 17 mars 2016. © Reuters

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Morts aux urgences, pédiatrie sous l’eau, grève des libéraux : la santé au stade critique
Covid, grippe, bronchiolite : l’hôpital public vacillant affronte trois épidémies. En pédiatrie, dix mille soignants interpellent le président de la République. Côté adultes, les urgentistes ont décidé de compter leurs morts sur les brancards. Et au même moment, les médecins libéraux lancent une grève et promettent 80 % de cabinets fermés.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Un vaste mouvement social s’installe chez Arc en Ciel, sous-traitant du nettoyage
À Paris, Puteaux et Lyon, des salariés d’Arc en Ciel, une grosse entreprise de nettoyage présente dans de nombreux sites publics, sont en grève. En creux, c’est le recours à la sous-traitance dans les gares, les universités ou les hôpitaux qui est mis en cause.
par Yunnes Abzouz

La sélection du Club

Billet de blog
Le cochon n'est pas un animal
Pour nos parlementaires, un cochon séquestré sur caillebotis dans un hangar n'est pas un animal digne d'être protégé. C'est pourquoi ils proposent une loi contre la maltraitance animale qui oublie la grande majorité des animaux (sur)vivant sur notre territoire dans des conditions indignes. Ces élus, issus des plus beaux élevages politiciens, auraient-ils peur de tomber dans l'« agribashing » ?
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Canicule : transformer nos modes d’élevage pour un plus grand respect des animaux
L’association Welfarm a mené cet été la campagne « Chaud Dedans ! » pour alerter sur les risques que font peser les vagues de chaleur sur la santé et le bien-être des animaux d’élevage. Après des enquêtes sur le terrain, des échanges avec les professionnels de l’élevage, des discussions avec le gouvernement, des députés et des eurodéputés, Welfarm tire le bilan de cet été caniculaire.
par Welfarm
Billet de blog
Abattage des animaux à la ferme. Nous demandons un réel soutien de l’Etat
Solidarité avec Quand l’Abattoir Vient A la Ferme : Depuis 2019, la loi autorise les éleveurs, à titre expérimental, à abattre leurs animaux à la ferme. Ils n’ont toutefois bénéficié d’aucuns moyens dédiés et doivent tout à la fois assurer les études technique, financière, économique, sanitaire. Respecter les animaux de ferme est une exigence collective. Nous demandons un réel soutien de l’État.
par Gaignard Lise
Billet de blog
Noémie Calais, éleveuse : ne pas trahir l’animal
Noémie Calais et Clément Osé publient « Plutôt nourrir » qui aborde sans tabou et avec clarté tous les aspects de l’élevage paysan, y compris la bientraitance et la mort de l’animal. Entretien exclusif avec Noémie.
par YVES FAUCOUP