Jean-Marc ADOLPHE
Journaliste, ex-directeur revue Mouvement
Abonné·e de Mediapart

156 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 févr. 2022

Jean-Marc ADOLPHE
Journaliste, ex-directeur revue Mouvement
Abonné·e de Mediapart

J'accuse ! (Colombie, l'assassinat de trop)

Pendant que le président colombien est en Europe et qu’il rencontre demain son « grand ami » Emmanuel Macron, son gouvernement, coupable d’avoir laissé sa police persécuter l’an passé 768 journalistes, vient de laisser son armée permettre l’assassinat d’un important leader indigène.

Jean-Marc ADOLPHE
Journaliste, ex-directeur revue Mouvement
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Déjà 21 leaders sociaux et indigènes ont été assassinés en Colombie depuis le début de l’année. C’est déjà bien parti pour battre le record de 2021 (Lire ICI). Le dernier en date, hier, est un très important leader indigène du peuple Wounaan dans le département du Chocó, au nord-ouest de la Colombie.

Luis Chamapuro a été enlevé vendredi dernier par un groupe paramilitaire (apparemment une guérilla dissidente des Farc), qui exigeait une rançon de 500.000 pesos (environ… 100 €). L’armée colombienne, pourtant déployée dans la région, n’a rien fait, et ne fait de toute façon rien pour protéger la communauté indigène d'Istimina et Medio San Juan, à laquelle appartenait Luis Chamapuro, qui tente de résister aux exploitations illicites et à la déforestation.
Cette inaction de l’État colombien, dénoncée par plusieurs ONG, ressemble fort à un blanc-seing laissé à ces groupes paramilitaires pour se débarrasser des peuples autochtones (viols, meurtres…) et les contraindre à des déplacements forcés.

On me dit que le mot de génocide ou d’ethnocide n’est pas approprié. Alors quoi ? Cette coupable inaction de l’État colombien est en tout cas la marque d’une politique délibérément criminelle, entretenue par la France via une très active coopération politique et militaire avec le régime colombien narco-corrompu.
Après tant d’éliminations, le meurtre de Luis Chamapuro est l’assassinat de trop. Mais quel.le député.e osera, à l’Assemblée nationale, questionner Le Drian, ministre étranger à certaines « affaires étrangères » (Lire ICI, sur mon blog Mediapart), sur les raisons qui poussent le gouvernement français à maintenir une coopération militaire avec un tel régime criminel.

Le 9 février 2022, entretien entre le président Iván Duque (surnommé en Colombie "Porky", le cochon) et Son Altesse Royale le Grand-Duc Henri, au Luxembourg.

Pendant ce temps, le président colombien Iván Duque poursuit actuellement en Europe sa tournée des grands ducs. « Son Excellence » Ivan Duque, comme dit le site de la monarchie luxembourgeoise, s’entretenait hier avec au Luxembourg avec Son Altesse Royale le Grand-Duc Henri, par ailleurs Président du Galápagos Darwin Trust (mais les îles Galápagos, c’est en Équateur, pas loin cependant de la Colombie)
Il est à partir d’aujourd’hui et jusqu’au 13 février en France, et rencontrera demain à Brest, en marge du One Ocean Summit, son « grand ami » Emmanuel Macron. Peut-être lèveront-ils ensemble un toast (avec un peu de poudre blanche diplomatiquement amenée de Bogota ?) à la santé des 768 journalistes battus, blessés, voire poignardés l’année passée par la police colombienne, selon la Fondation pour la liberté de la presse (Lire ICI).

One Ocean Summit… Ici, personne ne dit rien. Entre la France et la Colombie, il y a tout un océan. Un océan d’indifférence. Là ça commence à bien faire. Aujourd’hui, j’accuse. J’accuse Emmanuel Macron et son ministre des Affaires étrangères de complicité de crimes contre une part d’humanité.

(Ce billet de blog a été initialement publié sur le site des humanités)

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Un comité de l’ONU défend Assa Traoré face à des syndicats policiers
La sœur d’Adama Traoré a été la cible de messages virulents de la part de syndicats de policiers après avoir été auditionnée par le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale des Nations unies. Ce dernier demande au gouvernement d’ouvrir des procédures, si nécessaire pénales, contre les auteurs.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Ce que révèle l’enquête, classée sans suite, visant le chanteur de No One Is Innocent
Mediapart a consulté la procédure judiciaire visant Marc Gulbenkian, figure du rock français, accusé d’agression sexuelle par l’une de ses proches. Alors que la plainte a été classée le 2 novembre, l’avocate de la victime, qui s’appuie sur un enregistrement versé au dossier, dénonce une « hérésie » et annonce un recours.
par Donatien Huet
Journal
Des logements « vite et pas cher » : l’immense défi marseillais
Le premier Conseil national de la refondation (CNR) délocalisé et dédié au logement s’est tenu à Marseille. La deuxième ville de France, où les prix s’envolent avec une gentrification accélérée de certains quartiers, compte aussi une trentaine de bidonvilles. Le chantier du logement digne reste immense.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Paris 2024 : cérémonie d’ouverture entre amis
Le comité d’organisation des Jeux vient d’attribuer le marché de la cérémonie d’ouverture sur les bords de Seine. Le vainqueur : un groupement dont une agence est liée au « directeur des cérémonies » de Paris 2024, qui avait justement imaginé le concept.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Péripéties ferroviaires en territoire enclavé
Destination France Déchéance, ou Manifeste sur un service public en érosion. Il s'agit dans ce court billet de faire un parallèle entre le discours de la Région Occitanie, celui de vouloir désenclaver des territoires ruraux, comme le Gers, et la réalité que vivent, voire subissent, les usagers du réseau ferroviaire au quotidien.
par camilleromeo28
Billet de blog
« Économiser ils disent ? Je le faisais déjà ! »
Cette mère, dont j'accompagne un des enfants en tant qu'éduc’, laisse ostensiblement tomber ses bras. Elle n’en peut plus : le col roulé, les astuces du gouvernement pour économiser l'énergie, c'est une gifle pour elle. « Des trucs auxquels ils ne penseraient pas, de la débrouille pour économiser des centimes, je suis une pro de la pauvreté ! Face à des pros de l'entourloupe...»
par Mouais, le journal dubitatif
Billet de blog
Y-a-t 'il encore un cran à la ceinture ?
Elle vide le contenu de son sac sur toute la longueur du tapis roulant de la caisse, réfléchit, trie ses achats, en fait quatre parties bien séparées, un petit tas de denrées alimentaires, un livre, un vêtement. Elle montre un billet de 20 euros à la caissière et lui parle. « Tiens » me dis-je, elle a bien compris la leçon du Maître : « Finie l'abondance ».
par dave.tonio
Billet de blog
« Je vous écris pour témoigner de ma peine de prison qui n'en finit pas »
Rentré en prison à 18 ans pour de la « délinquance de quartier », Bryan a 27 ans lorsqu’il écrit à l’Observatoire International des Prisons (OIP). Entre les deux, c’est un implacable engrenage qui s’est mis en place qu’il nous décrit dans sa lettre.
par Observatoire international des prisons - section française