Quelle honte !

Macro-connerie.

Pardonnez le léger retard à l’allumage : je viens vous parler d’une macronnerie qui remonte à septembre 2017. À ma décharge : on peut pas tout savoir, en particulier on peut pas savoir tout ce que profère Untel ou Unetelle.
Pourquoi maintenant ? Parce que je viens juste d’en prendre connaissance. Je suis tombé par hasard et par bonheur sur un billet d’une autre blogueuse de Médiapart :
https://blogs.mediapart.fr/nicole-peruisset-fache/blog/241118/oui-le-president-dit-ca-florilege-de-macronneries
C’est goûteux, admirablement charpenté, ça a vraiment du slip. Outre les propos, j’ai découvert le néologisme « macronnerie », qui existait déjà

belle-lurette
depuis belle lurette (pensez donc !). Cherchant outre, je tombais sur :

https://blogs.mediapart.fr/bruno-painvin/blog/170917/les-macronneries-s-accucumulent-dangereusement

Et là, en première ligne, le scandale pur et simple ! L’illettrisme ! L’imposture !

"Le roi a décidé que tous ceux qui vivaient dans son royaume devaient parler français. "

Encore un peu plus loin, je tombe sur un article du Figaro (pardon, Renaud).

http://www.lefigaro.fr/langue-francaise/actu-des-mots/2017/09/18/37002-20170918ARTFIG00111-ordonnance-de-villers-cotterets-quand-macron-refait-l-histoire.php

macronard

Les faits sont confirmés, l'ubuesque propos avéré. Avec une photo terrible : notre macronnard en train de faire la classe. Angoisse : il est en train d’enseigner cette macronnerie à des enfants ? Hélas. C’est pas une magouille, pas un montage, pas une photo d’autre part et d’autre temps collée sur le sujet. C’est la Novlangue, c’est des vessies pour des lanternes. C’est la catastrophe pédagogique ! Quand je pense que ce type se permet de traiter les gens d’illettrés! Ne pas savoir que la Guyane n’est pas une île : j’avais toléré. Mais là !

De quoi s’agit-il ?
En 1539, François premier signe l’ordonnance de Villers-Cotterêts : dorénavant, tous les actes officiels seront rédigés en français, et non plus en latin. C’est en quelque sorte la naissance officielle de la langue française ; une révolution semblable a déjà eu lieu dans le domaine littéraire : au douzième siècle, un clerc de Troyes qui se présente comme chrétien, décide de transcrire les légendes barbares en roman, en « romain », c’est-à-dire, très paradoxalement, en français. Ce que les gens (Gaulois, réfractaires ou pas) se racontent à la veillée, les histoires d’Arthur, de Merlin, de Perceval, Lancelot, etc., en usant de ce que sont devenues leurs langues gauloises, notre petit chrétien de Troyes va l'écrire en ce « romain », ce langage qu’est devenu le latin créolisé par les Gaulois, le français bébé. Par la suite,  écrivains, savants,  poètes vont progressivement abandonner le latin au profit du français.

Résumons : Macron et son Malraux, Stéphane Bern, aussi incultes l’un que l’autre, pensent qu’il fut une époque où le roi obligea les gens à parler français ! Vous imaginez la scène ? Un décret imposant la langue dans laquelle on va parler ? Notre président n'est pas seulement inculte. Il est sot.

Ils parlaient quoi, les gens, à cette époque ? En fait, ils parlaient en de nombreux dialectes dérivant de la situation linguistique complexe des Gaules. Langue d’Oc et langue d’Oïl est un peu réducteur : breton, picard, normand, catalan, basque, etc. Notons d’ailleurs qu’il n’y avait pas de répression des « parladures » régionales. C’est la République et son Éducation qui ont assassiné les langues régionales en imposant la langue de Paris. Macron fait une double confusion : langue écrite / langues parlées, et éradication de la diversité linguistique par la République française /  administration royale de la Renaissance. Après l'ordonnance de Villers-Cotterêts, on a continué à parler en langue d’Oc, langue d’Oïl, breton, picard, normand, catalan, basque, etc. Pendant encore plusieurs siècles.

Que l’on ignore tout cela, soit ! Tant pis pour la Guyane ! Tant pis pour les Gaulois ! Mais qu’on aille ainsi colporter son ignorance aux enfants ! Est-ce qu’il ne pourrait pas apprendre à la boucler ?

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.