Courriel à mon député (Aurélien Taché, dixième circonscription du Val d'Oise)

Ma question est donc celle-ci : si la loi permet ce crime contre la dignité, n’est-il pas temps de la revoir ?

22 septembre, 17 h 46

Bonjour Monsieur le député

 

J’habite Osny dans le Val d’Oise et ai donc eu l’occasion de participer à votre élection. Je suis autoentrepreneur libéral dans le quartier populaire Paul Brard à Conflans Sainte Honorine. Mon activité principale est le soutien scolaire en petits groupes.

Je m’adresse à vous pour la raison suivante :

La mairie de Conflans Sainte Honorine, en collaboration avec l’office HLM, a décidé de démolir le quartier, après avoir relogé ses habitants ailleurs. Les bâtiments ne sont pas vétustes. Celui qui est en ligne de mire, la fameuse « Arche », sous laquelle passe la rue, est en excellent état. Le quartier est un peu « sensible », comme on dit, avec son lot d’incivilités, de rodéos, de trafic et usage de stupéfiants. Mais à mon avis, rien qui ne justifie l’exil forcé auquel on veut contraindre des personnes modestes, peu aptes à faire valoir leurs droits. Une très forte majorité de gens sont contrariés par l’idée de quitter leur cadre de vie. Quant à moi, propriétaire de mes murs, je redoute d’être exproprié. 

L’insécurité est évoquée, mais ce n’est pas non plus la raison.

Celle-ci est financière : ce quartier est « stratégique », d’après les propres mots du maire. Trop proche de la gare SNCF pour être réservé à des logements sociaux.

 

Ma question est donc celle-ci : si la loi permet ce crime contre la dignité, n’est-il pas temps de la revoir ?

 

Vous pouvez consulter le blog que j’ai créé sur médiapart,  "Comment empêcher la démolition d’un quartier ? » : 

https://blogs.mediapart.fr/jean-max-sabatier/blog

 

Le 15ième billet, posté aujourd’hui, est d’ailleurs le texte de ce mail. Certains billets ne sont pas 100% dans le sujet du blog, mais connexes. Si vous n’avez pas le temps de tous les lire, vous pouvez vous fier à leurs titres pour les choisir. Mais je vous encourage quand-même à tout lire, j’ose espérer que vous ne vous ennuierez pas.

 

J’ajoute que toute ma démarche trouve en outre sa place dans une perspective pédagogique : former à la citoyenneté. Les enfants dont je m'occupe (école, collège, lycée) vont y acquérir une formation en éducation civique d’un type jamais vu dans l’éducation nationale.

 

Monsieur le député, je vous adresse mes plus sincères salutations citoyennes.

 

Jean-Max Sabatier

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.