Gendarmes et chasseurs main dans la main dans l'Oise

Une mission de collaboration avec la gendarmerie est officiellement confiée aux chasseurs de l'Oise. Quand on sait qu'il y a quatre ans, l'actuel président de la Fédération Nationale des Chasseurs appelait à l'illégalité, il y a de quoi rester perplexe.

La convention gendarmerie - chasseurs

oise-chasse-et-gendarmerie

Le 20 décembre 2017, dans la Maison de la chasse et de la nature d’Agnetz (Oise), la gendarmerie expliquait leur fonction aux chasseurs du dispositif dit « Chasseurs vigilants », unique en France.
L'association CVN a relayé l'information sur son site.

Ce dispositif, ébauché en 2016, avait fait l'objet d'une convention de partenariat signée le 21 mars 2017 par Didier Martin, préfet de l'Oise, François Brémand, colonel commandant le groupement de gendarmerie de l'Oise, et Guy Harle d'Ophove, président de la fédération départementale des chasseurs de l'Oise.
Le système met en œuvre un échange d'informations entre gendarmes et chasseurs censé lutter contre l'insécurité et la délinquance.
Il paraît qu'à l'annonce de cette mesure, Le Gorafi avait envisagé de saisir la justice pour concurrence déloyale.

Y adhérent 110 chasseurs, qui ont pour référents 50 gendarmes. Le directeur de la FDC de l'Oise précise que la plate-forme mise en place est financée par la fédération, et le lieutenant-colonel Mahey souligne que « Souvent, ces gendarmes sont aussi chasseurs et ils connaissent bien ce milieu ».

Les chasseurs s'étaient évidemment gargarisés de cette fonction : « Nul doute que la convention "chasseurs vigilants" ne doit pas plaire à tout le monde, en effet cette dernière réaffirme et conforte plus que jamais la présence des chasseurs dans les territoires ruraux. »

Le président de la FDC de l'Oise, Guy Harlé d’Ophove, assurait que les chasseurs « font preuve d’un sang-froid sans faille », tout en précisant « même si les éco-terroristes existent ». Quand on sait que dans la bouche d'un chasseur, tout citoyen opposé à la chasse de loisir est un éco-terroriste, on se pose quand même des questions...
Il martelait encore  « On est souvent pris à parti, mais on a toujours gardé notre sang-froid », tout en ajoutant « Et si ces gens ne sont pas contents, qu’ils restent dans les villes. » Vous voilà prévenus, bande de bobos !

En tout cas, on comprend mieux la caution apportée par les gendarmes lorsque Alain Drach a abattu un cerf réfugié dans une propriété privée en octobre dernier.

 

Mais au fait, qui est Guy Harlé d’Ophove, le président de la Fédération Départementale des Chasseurs de l'Oise ?

  Guy Harlé d’Ophove est un fervent défenseur de la chasse à courre.

Guy Harlé d'Ophove et Monique de Rothschild Guy Harlé d'Ophove et Monique de Rothschild

En 2010, il avait remis la Médaille d’Or de la Fédération des chasseurs de l’Oise à Monique de Rothschild, la mère l'Alain Drach, pour son équipage de vènerie.

Il était intervenu pour voler au secours d'Alain Drach lors de l'affaire du cerf de Lacroix-Saint-Ouen le 21 octobre dernier, où un cerf réfugié dans une propriété privée avait été abattu sous couverture de la gendarmerie.
Ainsi, dans son éditorial du Chasseur de l'Oise de novembre, il avait notamment, prenant prétexte de certains débordements verbaux d'opposants à la chasse à courre, déversé sa haine contre les « Khmers verts », les « extrémistes à la limite du terrorisme » et autres « chiens de la bien pensance et du bien-être animal », mais également contre la Société de Vènerie, accusée d'avoir « cédé à la dictature de l’émotion de façon sidérante » en « lâchant aux chiens un des leurs » et en « prenant des sanctions disproportionnées à l’encontre de l’un des siens (un mois sans chasse pour l’équipage, suspension du maître d’équipage pour toute la saison) ».
Et il avait brandi haut et fort le dogme quasi religieux du Premier de Chordés, martelant « notre liberté de penser et de vivre selon nos traditions en considérant que l’homme est et doit toujours être le sommet de la pyramide des espèces. »

Il faisait partie de ceux qui avaient voulu récupérer la mort d'un chasseur chargé par un cerf, trois semaines plus tard, toujours dans l'Oise, pour justifier l'abattage du cerf dans une propriété privée :
« On a ici la douloureuse illustration du danger que peut représenter un animal sauvage, insiste le patron des chasseurs de l’Oise. Que se serait-il passé, à Lacroix-Saint-Ouen, si le cerf avait chargé dans le quartier ? Cela doit nous servir de leçon. »
Moyennant quoi il ne faisait que se planter une dague dans le pied, en confirmant que les veneurs mettent en danger les riverains par leur loisir mortifère.

  Guy Harlé d’Ophove est président de la Commission Environnement du Conseil régional des Hauts-de-France !

ophove-lr

Cette nomination s'inscrit dans le basculement à droite de cinq régions métropolitaines lors des élections régionales de décembre 2015.
Xavier Bertrand (Les Républicains) a ainsi pris la tête du Nord-Pas-de-Calais-Picardie (officiellement baptisé Hauts-de-France en septembre 2016). Harlé d'Ophove, qui était sur la liste de Bertrand, est donc devenu conseiller régional. La majorité des conseillers régionaux des Hauts-de-France sont soit LR, soit FN.
Depuis, comme le titrait La Voix du Nord en février 2017, « Les chasseurs tiennent en joue la politique environnement à la Région ».

Même topo qu'en Auvergne-Rhône-Alpes, avec l'accession au pouvoir du LR Laurent Wauquiez, qui dézingue également les subventions des assos écologistes et fait voter 3 millions de subventions pour les chasseurs en septembre 2016 et 3 autres millions pour les pêcheurs en février 2017.

Le 1er vice-président de cette Commission Environnement est Jean-Michel Taccoen (LR), copain de Harlé d’Ophove, vice-président de la Fédération Départementale des Chasseurs du Pas-de-Calais.
Il faut rappeler que le président de la FDC Pas-de-Calais est... Willy Schraen, président de la Fédération Nationale des Chasseurs, qui voici quatre ans appelait à l'illégalité.

 On trouve aussi parmi les membres de la Commission :
- Yves Butel (LR), l'indéboulonnable président de la Fédération départementale des chasseurs de la Somme, député européen de 1999 à 2004 sous l'étiquette CPNT (Chasse pêche nature et tradition),
- Jean-Marc Dujardin (LR), ancien président de Fédération départementale des chasseurs du Nord jusqu'en juillet 2016,
- Paul-Henry Hansen-Cata (FN), ancien président de la Fédération départementale des chasseurs de l’Aisne.

On n'y trouve pas cependant Frédéric Nihous (LR). Le pauvre Nihous avait pourtant rapproché CPNT (à la tête duquel Eddie Puyjalon l'a remplacé en 2016) de l'UMP pour finir par l'intégrer en tant que parti associé, et avait quitté les Pyrénées-Atlantiques pour revenir sur ses terres natales du Nord en vue des élections régionales en 2015. Mais Fredo avait commis la maladresse de ne pas plaire à Thierry Coste, l'homme de l'ombre de la mafia cynégétique française.

  Guy Harlé d’Ophove veut la baisse drastique des subventions régionales aux associations de défense l'environnement

ophove

Il avait annoncé en avril 2016, lors de l'AG annuelle de la Fédération des chasseurs de l’Oise, sa décision de sucrer les subventions des associations qui ne courbent pas l'échine devant les chasseurs : « Je puis vous assurer que tout cela va changer, et que plus jamais nous ne subventionnerons des associations qui veulent la disparition de la chasse et des chasseurs ».
Et en même temps, assumant jusqu'au bout la confusion des rôles, il octroyait une subvention de 20 000 € à la FDC de l'Oise (les FDC, qui bénéficient des cotisations obligatoires des chasseurs, sont pourtant loin d'être dans le besoin).

Début 2017, la région Hauts-de-France prévoyait pour l'année une baisse de 35 % pour les associations environnementales telles que le Groupement de défense de l’environnement de l’arrondissement de Montreuil-sur-Mer (GDEAM), le Groupe ornithologique et naturaliste du Nord-Pas-de-Calais, ou la Ligue de protection des oiseaux.

  Guy Harlé d'Ophove a été conseiller régional FN et vice-président du CR de Picardie de 1986 à 1988, du temps où le vote pour le FN, qui était sous la houlette de Jean-Marie Le Pen, ne relevait pas d'une simple posture protestataire, mais d'une idéologie revendiquée.

ophove-lepen

 

Enfin, de quoi vit Guy Harlé d'Ophove, en dehors de  sa rémunération de conseiller régional ?

Rassurez-vous, il n'est pas dans le besoin.
Il possède à Longueil-Sainte-Marie le domaine de 100 hectares des étangs de l'Abbaye acheté par sa famille, centre de pêche « sportive » (enregistré sous le nom d'European Carp Angling Center) dont son fiston Sébastien est actuellement gérant.
Il est dirigeant d'une agence de pub sise à Compiègne, Marketing Publicité 2000, qui a entre autres pour client la FNC.
Entre copains faut s'entraider !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.