La rédaction de Mediapart est-elle en proie à un sentiment d'usure ?

La rédaction de Mediapart illustre son dernier article sur les Gilets Jaunes, en date du 11 mai 2019, par un faux compte twitter.

L'article de la rédaction de Mediapart

Dans son dernier article en date du 11 mai intitulé Sentiment d’usure des «gilets jaunes» pour leur acte XXVIla rédaction de Mediapart, dans son survol des régions, s'arrête entre autres à Fouilleux-en-Bresse, photo à l'appui :

gjtv-mediapart
Problème : Fouilleux-en-Bresse n'existe pas, que ce soit dans les Vosges ou ailleurs.

Et le compte twitter de Gilets jaunes TV auquel la rédaction de Mediapart se réfère est un… fake. Un troll, si vous préférez.

Habituellement, je ne perds pas mon temps à épingler les trolls de Twitter.
Mais là, excusez du peu, si c'est la rédaction de Mediapart qui s'y réfère !...

Pourquoi ce compte twitter est-il un troll ?

Mes arguments sont simplissimes :
1 - les toponymes auxquels ce compte se réfère n'existent tout simplement pas : ni Fouilleux-en-Bresse, et ni Saint-Parmin, Petoin-les-Olivettes, la ZA Carnebuge ou Carisiau ...
2 - et toutes les photos que ce compte transmet comme attestant de la présence des GJ à Fouilleux-en-Bresse ont été prises (évidemment) ailleurs, et à une autre date.

Quant à l'appellation « Gilets Jaunes TV », elle met simplement à profit les nombreux comptes Facebook revendiquant déjà cette appellation 
(comme https://www.facebook.com/GiletsJaunesTV, https://www.facebook.com/giletjaunetv1, https://www.facebook.com/Gilets-Jaunes-TV-1906959512752775https://www.facebook.com/groups/304782616823431https://www.facebook.com/groups/2176034122674358
https://www.facebook.com/groups/385965451947950...)

Je ne documenterai que la photo reproduite par la rédaction de Mediapart.
Elle est présentée par le compte twitter « Gilets Jaunes TV » comme illustrant la présence des GJ le 11 mai, pour l'acte 26, sur un rond-point entre St Parmin et Foullieux.
Outre que St Parmin et Foullieux sont donc des toponymes imaginaires, cette photo a été prise au rond point du Pont Jeanne Rose à Montchanin (Saône-et-Loire) et publiée le 8 décembre 2018 par Creusot-Infos, édité par Bourgogne-infos.com. Et Montchanin n'est même pas dans la Bresse bourguignonne wink.

Les photos illustrant la présence de Gilets Jaunes à « Fouilleux en Bresse » ou « Petoin les Olivettes » ont été pour beaucoup prises à Montchanin, mais d'autres renvoient aux quatre coins de la France : photo tweetée le 2 avril, prise le 26 novembre 2018 à Montmorot (Jura) ; photo tweetée le 2 avril, capture d'écran d'une vidéo twitter prise le 17 novembre à Chinon (Indre-et-Loire) ; photo tweetée le 6 avril, prise le 17 novembre à Abbeville (Somme) ; photo tweetée le 6 avril, prise le 17 novembre à Flers (Orne) ; photo tweetée le 6 avril, prise le 17 novembre aux Herbiers (Vendée) ; photo tweetée le 1er mai, prise le 17 novembre à Millau (Aveyron)… 

Mediapart

En ce qui concerne la rédaction de Mediapart, soyons indulgent, tout le monde a le droit à l'erreur (dès lors qu'on le reconnaît).
Surtout lorsqu'on se met en mode « réaction immédiate », et qu'on se contente de relayer le ministère de l'Intérieur ou l'AFP, comme les médias mainstream sealed.

Je suis pour ma part pro Gilets Jaunes, quelles que soient les difficultés inhérentes au mouvement, et je rendais d'ailleurs hommage à plusieurs journalistes de Mediapart dans mon article du 18 janvier Gilets Jaunes et violences policières.

Le compte Twitter en cause

En ce qui concerne le compte Twitter, on peut décliner plusieurs hypothèses sur l'auteur :

1) Un anti-GJ qui veut montrer que n'importe qui peut créer un faux compte et dire n'importe quoi ?
En faveur de cette hypothèse, la photo de profil est un montage à partir d'une capture d'écran du Gilet Jaune Jean-François Barnaba lors de son interview sur France Inter le 4 décembre, juste avant que L'Obs, immédiatement repris par les autres médias, révèle que ce GJ qui commençait à devenir médiatique touchait un salaire mensuel de fonctionnaire territorial de 2 600 euros net, versés par le centre de gestion de la fonction publique de l'Indre, alors qu'il n'exerçait plus de missions pour le département depuis près de dix ans.

gjtv-michou
gjtv-michou-photo
gjtv-barnaba3

 

 

 

 

 

 
2) Un gars que ça amuse tout simplement d'avoir endossé une fausse identité dans le cadre d'un mouvement qui buzze, en se faisant passer pour un GJ bas de gamme ?
En faveur de cette hypothèse : les tweets commencent le lendemain du 1er avril.

3) Un pro-GJ qui veut contribuer à amplifier le mouvement en rendant compte de mobilisations bidons ?

mediaparttwitterjugnot
 En faveur de cette hypothèse, on pourrait voir une allusion très indirecte dans la photo utilisée pour le montage du profil, à savoir Gérard Jugnot (dans Les Bronzés 3, 2006).
Un des rôles qui a porté Jugnot à la postérité, c'est Le Père Noël est une ordure.
Et dieu sait que ce titre a été évoqué maintes fois ces six derniers mois à propos de M Macron par ses opposants.
lpneuor

Mais ça serait pousser loin l'interprétation : Jugnot évoque avant tout le « Français moyen ».
Et le caractère platement parodique des tweets, qui présentent les GJ comme des gros beaufs accumulant les répétitions et les fôtes d'orthographe balourdes, exclut cette hypothèse.

 

 

4)
Un sociologue qui fait un doctorat sur l'adaptation de l'observation participante (modalité d'observation théorisée dans le champ ethnographique puis sociologique) aux réseaux sociaux ?

5) Une unité de la SCRT ou de la DGSI qui lance une taupe twitter parmi d'autres pour espérer être mis au courant d'actions secrètes, discrètes ou inopinées des GJ ?

6) Un troll twitter russe parmi d'autres censé mettre de l'huile sur le feu qui couve dans les démocraties occidentales ?

Bon, on aura compris que les hypothèses à retenir sont en l'occurrence simplement les deux premières (d'ailleurs pas exclusives).

Bref,

J'ai évidemment fait les captures d'écrans ad hoc du compte twitter Gilets Jaunes TV pour illustrer mon propos si ce compte venant à s'évanouir wink.

Allez, j'aime bien la rédaction de Mediapart.
Même si Mediapart a sur la question animale un côté vieux jeu n'ayant guère évolué depuis le Manifeste du Parti communiste de Marx et Engels (1848). Elle continue en effet « manifestement » à voir d'un mauvais œil la préoccupation envers les animaux, comme provenant de la classe dominante, comme visant à adoucir la classe populaire dominée, et comme visant à détourner l'attention du sort des humains dominés.
Pourtant, si la rédaction de Mediapart prenait au premier degré le reportage des Inconnus dans le Bouchonnois, pour le coup elle aurait une excuse...

Bon, pour le moment, attendons juste une petite rectification de l'article en cause.
Et encore une fois : je me situe du côté des GJ, et je vise tout simplement à couper court aux polémiques collatérales sur les fakes qui pourraient surgir.

SUITE

Au moins, la rédaction de Mediapart est réactive : elle a supprimé le passage mis en cause et sa photo dans l'heure qui a suivi la publication de ce billet :

rectifmediapart-1

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.