L'ISF, la flat tax, et l'AFEP

Si la suppression de l'ISF et la flat tax sur les revenus du capital ont été adoptées si rapidement dès l'intronisation d'Emmanuel Premier, c'est en raison de la pression de l'« oligarchie financière ».

Monique Pinçon-Charlot

Monique Pinçon-Charlot, dans le dernier livre qu'elle a écrit avec son mari Michel Pinçon (Le président des ultra-riches, janvier 2019), soutient que la suppression de l’ISF, ainsi que le prélèvement forfaitaire unique (la flat tax) sur les revenus du capital auquel elle est associée, qui ne devaient intervenir qu'en 2019, ont été introduits dès octobre 2017 dans le projet de loi de finances pour 2018 par le président Macron sous la pression des ultra-riches.

On peut ainsi l'entendre dans la séquence suivante de son entretien avec Aude Lancelin sur Le Média le 21 janvier 2019 (entretien que je recommande d'ailleurs d'écouter intégralement).

Le président des ultra riches © Jean-Paul Richier

Ah la la, Le Média et Monique Pinçon-Charlot, c'est rien que des conspirationnistes !
Le président Macron avait un agenda politico-économique rationnel, point barre, pff !!

La cellule Investigation de Radio France

Seulement voilà : Jacques Monin, de la cellule Investigation de Radio France, a confirmé cette information le 21 février 2019.

Dans son article ISF : comment une réunion secrète a précipité la réforme sous la pression d’économistes et de grands patrons, il révèle de son côté :
« Mais, selon nos informations, c’est une rencontre, secrète cette fois-ci, qui est déterminante. À la même époque, plusieurs membres de la puissante Association française des entreprises privées, l’Afep, regroupant de nombreux patrons du CAC 40, considèrent que si le président de la République n’agit pas immédiatement, il ne le fera jamais. Ils se rendent en délégation à l’Élysée pour demander un changement de calendrier. Cet épisode nous a été confirmé par plusieurs sources. À la suite de cette rencontre, Bercy annonce que la réforme entrera en vigueur dès 2018. »

Comme quoi, par parenthèse, les médias du service public sont capables du meilleur comme du pire.

L'AFEP

Quoi, vous ne savez pas ce qu'est l'AFEP ?
Dès le 25 avril 2017 (durant l'entre deux tours des présidentielles), j'avais révélé « La première mesure d'Emmanuel Macron », scoop basé sur un (faux) entretien du candidat avec l'AFEP...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.