Synergie-Officiers, la honte de la République

Quelques éclairages sur le syndicat d'officiers de police Synergie-Officiers, pour qui le Défenseur des droits est un tyran sénile et diffamatoire, et le Parlement européen une inutile assemblée de clowns assistés.

Le manifeste « Universitaires, nous nous déclarons «complices» des gilets jaunes face aux dérives autoritaires du pouvoir », signé par 500 universitaires et mis en ligne par Mediapart le 22 mars, fait entre autres une référence surprenante au syndicat « Synergie-Officiers ».

J'ai cherché du coup à en savoir plus.

Pour commencer, qui est Synergie-Officiers ?

synlogo
C'est un syndicat d'officiers de police.
Les officiers de police, qui comprennent 4 grades (lieutenant, capitaine, commandant et commandant divisionnaire), constituent le maillon de commandement entre :
. le décisionnel, à savoir les commissaires, "hauts fonctionnaires" (commissaire, commissaire divisionnaire, commissaire général),
. et l’opérationnel, à savoir les gardiens de la paix et les gradés (brigadier, brigadier-chef, major).

Leur nombre est de l'ordre de 8 000 à 8 500 fin 2018.

Aux dernières élections professionnelles de la fonction publique (décembre 2018), Synergie-Officiers faisait partie de la coalition CFE-CGC (Alliance PN- SNAPATSI- Synergie Officiers- SICP- SAPACMI), qui a obtenu :
. 6 sièges sur 15 au Comité technique ministériel (comme FSMI- FO), avec 30% des 153 000 votants,
. et 4 sièges sur 10 au Comité technique de réseau de la police nationale (comme UNITÉ SGP POLICE-FO), avec 36% des 114 000 votants.

C'est apparemment un syndicat qui sait se distraire : parmi ses "partenaires" on trouve la Société Ricard et le Paradis Latin. Synergie organise d'ailleurs au Paradis Latin une petite sauterie chaque année, en bonne compagnie.
Même si depuis les dernières élections, les listes de candidats aux élections professionnelles doivent respecter la règle de parité, être flic reste encore un métier de mecs.
Synergie est en tout cas en phase avec son ministre Christophe Castaner (qui soit dit en passant a le droit de faire ce qu'il veut de sa vie privée).

Les communiqués de Synergie-Officiers

La lecture des communiqués publiés par ce syndicat ces dernières semaines est édifiante. Petite sélection.

12 février 2019 : Soutien sans faille !  

            « Des avocats cherchent à faire interdire les GLI F4, cause selon eux de trop nombreuses blessures.... Mais comment les policiers doivent-ils réagir face à des hordes de brutes cherchant à détruire, à mutiler et à tuer des policiers ?
            « HORS DE QUESTION DE SUSPENDRE L'USAGE DE MOYENS DE DÉFENSE APPROPRIÉS !!!
            « Une pseudo rebelle de la France Insoumise, désormais à la solde d'un magnat du Capitalisme répandant, contre rémunération, sa diarrhée verbale sur les plateaux tente de laisser penser que les gaz lacrymogènes pourraient contenir de l'acide cyanhydrique, composant principal du Zyklon B.... mais jusqu'où sont-ils prêts à aller pour répandre leur haine et installer le chaos ? »

Il s'agit de Raquel Garrido, qui avait simplement rapporté le 10 février sur son compte twitter que les symptômes dont elle avait souffert suite à une exposition au gaz lacrymogène ressemblaient selon son médecin à une intoxication à l’acide cyanhydrique, et qui demandait des précisions sur la composition de ce gaz au ministère de l'Intérieur.

Il faut dire que Raquel Garrido ne peut qu'indisposer Synergie-Officiers : non contente d'avoir été porte-parole de la France insoumise et d'être la conjointe d'Alexis Corbière, elle est d'origine chilienne, comme la vilaine Michelle Bachelet, Haute-commissaire aux Droits de l'homme de l'ONU, qui le 6 mars dernier à Genève préconisait vivement une enquête approfondie sur tous les cas rapportés d'usage excessif de la force en France.

            « Les clowns tristes de son parti demandent à désarmer les policiers alors qu'ils soutiennent le dictateur Maduro qui, lui, fait "tirer dans le tas"...»

Synergie-Officiers, très marqué à droite bien que se réclamant être une association "indépendante à l'égard de tout parti  politique", ne rate jamais une occasion de tirer à boulets rouges contre la France Insoumise. Cherchez l'erreur.

            « Plus attristant, de nombreux médias (radio, presse écrite, télévision) laissent entendre que la Police Nationale fait un usage démesuré des LBD alors que le Gendarmerie Nationale n'aurait à son actif que 10% des tirs de LBD. Il faut vraiment être profane pour s'en étonner
            « […]
            « Certains caciques de la Gendarmerie jouent un rôle trouble en la matière en portant des commentaires tendancieux sur la place publique aux termes desquels seuls les gendarmes seraient rompus au MO
[maintien de l'ordre] déontologique, peut-être pour faire oublier Sivens... nous les appelons donc à plus de retenue et de modestie que ce soit la porte-parole de la Gendarmerie, l'inénarrable chef de St Astier ou encore aujourd'hui un général en retraite dont les qualités d'éthique et de morale ont été prouvées dans l'incendie d'une paillote corse... »

• La « porte-parole de la gendarmerie » est Maddy Scheurer, nommée à ce poste depuis août 2018. Qu'a pu dire cette femme, dont les propos sont toujours très mesurés, pour vexer Synergie ? Peut-être son intervention sur RMC le 5 février 2019, où elle expliquait (3:43) que les gendarmes n'étaient alors l'objet que d'une seule plainte à propos des tirs de LBD parce qu'ils s'en servaient avec maîtrise :
. Maddy Scheurer : Pour l'instant, on a recueilli une plainte pour un manifestant qui aurait eu un tir dans les jambes […]
. Jean-Jacques Bourdin : Vous êtes porte-parole de la gendarmerie : concernant les gendarmes, vous n'avez qu'une plainte contre vous ?
. Maddy Scheurer : Tout à fait. Mais parce qu'il y a un vrai processus de décision […] le gendarme qui utilise le LBD n'est pas seul, généralement il est accompagné d'un superviseur.

• L'« inénarrable chef de St Astier » est Stéphane Bras, commandant du CNEFG (Centre national d'entraînement des forces de gendarmerie) de Saint-Astier, en Dordogne, depuis septembre 2016. Il avait osé rappeler, dans le cadre de l'emission Envoyé Spécial du 13 décembre 2018, que tirer avec un LBD sur un manifestant immobile les bras levés est une faute.
Et, puisque Synergie croit bon de se référer à Sivens, Bras rappelait dans la même émission que la grenade offensive avait été supprimée des escadrons après l'épisode de Sivens (la mort de Rémi Fraisse).

• Le « général en retraite » est Bertrand Cavallier, qui fut lui-même commandant du CNEFG de 2002 à 2007. Il se montre très critique sur la formation et l'encadrement des DAR (détachements d’action rapide), composés notamment de baqueux (policiers de la BAC, Brigade anti-criminalité) ainsi que de policiers de la BRI (Brigade de recherche et d'intervention). Ainsi, selon l'Humanité du 14 Février 2019, à propos des 9 200 tirs de LBD depuis le début du mouvement : « Ce chiffre de 9 000 tirs est énorme, incompréhensible, pointe Bertrand Cavallier, général de gendarmerie à la retraite. La probabilité que l’ensemble de ces tirs aient été effectués dans les règles de sécurité est extrêmement faible. Précision de taille, ce ne sont pas les CRS qui font le plus usage des LBD, mais les détachements d’action rapide (DAR). Ces unités ne sont absolument pas formées au maintien de l’ordre. Elles jouent pourtant un rôle de plus en plus important sur le terrain. »
Quant à la référence à l'incendie d'une paillote corse, c'est une époque que tout le monde a oublié, où les affaires terroristes concernaient les nationalistes corses et pas encore les djihadistes. Cavallier avait participé à la condamnation en justice du préfet Bonnet et du colonel de gendarmerie Mazères pour leur implication dans l'incendie d'une paillotte corse en avril 1999.

Synergie-Officiers est, on l'aura compris, dans une  posture de rivalité pathétique avec la gendarmerie.
Évidemment, les corps de gendarmerie ne sont rien que des fayots qui jouent les bons élèves : depuis le début du mouvement, l'IGGN (Inspection générale de la gendarmerie nationale) a été très peu saisie pour des enquêtes par rapport à l'IGPN (Inspection générale de la police nationale).
Ceci entre autres (mais pas seulement) parce que les gendarmes ont procédé à un millier de tirs de LBD entre le début des manifestations et le 5 février, contre près de 13 500 côté police, selon les chiffres de l'IGPN et de l'IGGN cités par un rapport de la commission des lois du Sénat.
Et entre début février et début mars, le ratio serait même passé à 35 tirs de la part de la gendarmerie pour 3 800 tirs de la part de la police ! 

14 février 2019 : Des clowns du parlement européen condamnent l'usage du LBD 

            « On connaissait l'inutilité du parlement européen et les avantages grassouillets qu'il procure à ses membres (indemnités délirantes, émargements furtifs, emplois fictifs ...) et l'absence de courage qui les caractérise en général sur les menaces qui pèsent sur la sécurité des peuples européens (terrorisme, crise migratoire, PNR...)
            « [...]
            « NOS BONS DÉPUTÉS EUROPÉENS ONT DANS UNE BOUFFÉE PHILANTHROPIQUE DÉLIRANTE CONDAMNÉ SÉVÈREMENT L'USAGE DU LBD !
            « […]
            « LES POLICIERS FRANÇAIS EN ONT ASSEZ DE RISQUER LEUR PEAU TOUS LES SAMEDIS POUR DES ASSISTÉS QUI FUIENT LEURS RESPONSABILITÉS SUR LES DOSSIERS ESSENTIELS ET STIGMATISENT LES AGENTS DES FORCES DE SÉCURITÉ INTÉRIEURE QUI GAGNENT 3 À 4 FOIS MOINS QU'EUX. »

Outre la mesure de ces propos, qu'on appréciera, Synergie est à côté de la plaque : la résolution finale du Parlement européen ne condamne *pas* l'usage des LBD. Les salauds de gauchistes (GUE/NGL, Verts/ALE, et même S&D) avaient voulu demander l'interdiction des LBD et des grenades de désencerclement, mais le Parlement européen, en majorité à droite (PPE, ADLE, CRE), n'a pas retenu cette proposition.

 

18 mars 2019 : ASSEZ !

            « Les Champs-Élysées ont été saccagés car livrés à des hordes de sauvages excités par les appels à la radicalisation et la violence par la clique des Drouet, Nicolle et consorts et la petite cohorte de leurs adorateurs mélenchonistes qui vendredi encore dénonçaient des "violences policières" imaginaires. »

Bien entendu, ce sont les adorateurs mélenchonistes qui radicalisent les hordes de sauvage, alors que les membres de la FI ont toujours appelé à manifester pacifiquement.

Bien entendu, les violences policières sont imaginaires, les témoignages, les photos et les vidéos de David Dufresne ou du collectif Désarmons sont des purs fakes, et le neuro-chirurgien Laurent Thines qui a alerté sur l'usage des LBD et des grenades défensives, ou les ophtalmologues hospitaliers qui ont écrit à Macron, sont des sauvages excités.

            « les policiers ont été contraints de subir le pire :
            « ► Des LBD dont le nombre a été sciemment réduit à portion congrue et transformés en pistolets à bouchons avec des munitions inopérantes au-delà de 7 mètres. »

C'est vrai que c'est beaucoup moins marrant

            « ► Des violences contre les forces de l'ordre sans réponse tellement nos collègues harassés par les procès médiatiques et les incessantes convocations à l'IGPN n'osent même plus se défendre vigoureusement. »

L'IGPN emmerde les pauvres petits policiers qui ne font rien que tirer au LBD dans la tête des manifestants ? Pff, mais qu'attend Synergie pour déposer un recours devant la Cour européenne des droits de l'homme ?!

             « ► Des policiers en voiture poursuivis par des essaims de cloportes (zadistes, antifas, no border...) certains de leur impunité dans un État impotent et incapable de donner des ordres fermes pour préserver l'ordre républicain. »

Heureusement que les cloportes ne courent pas très vite, mais je rassure Synergie : les sociétés d'extermination abondent.

            « ► La tyrannie de son altesse sénilisme Défenseur Des Droits qui par sa campagne de dénigrement et de diffamation a tétanisé des autorités qui ont dépouillé les policiers de toutes consignes et de tout moyen d'intervention adéquat pour assurer la sécurité des hommes et des biens. »

J'imagine que Synergie a voulu écrire "sénilissime", mais c'est compliqué, un mot avec plein de "i" et plein de "s".
On appréciera en tout cas le respect de ce syndicat policier pour le Défenseur des droits, autorité publique indépendante instituée par l'art.71-1 de la Constitution.
Bien sûr, Synergie-Officiers « affirme son attachement aux institutions et aux valeurs de la République et notamment aux principes de la déclaration universelle des droits de l’homme et du citoyen ». Cherchez l'erreur.

            « SYNERGIE-OFFICIERS DÉNONCE LA PASSIVITÉ, L'ANGÉLISME, PARFOIS MÊME LA CONNIVENCE IDÉOLOGIQUE DE MAGISTRATS QUI RÉPUGNENT A SANCTIONNER ET A NEUTRALISER DES GRAINES D'ASSASSINS SOUS COUVERT DE LEUR FRAÎCHEUR MILITANTE CONTRE LE CAPITALISME... »

Pourtant, les tribunaux donnent souvent satisfaction aux parquets, qui requièrent, sur ordre de Mme Belloubet, des peines de prison, des mandats de dépôt, des amendes lourdes, des interdictions de manifester, ou des interdictions des droits civiques...
On a compris que Synergie exige de la prison ferme pour toute personne interpellée à proximité d'une manifestation, mais les établissements pénitentiaires sont déjà un peu pleins en France.

            « LES POLICIERS SONT EN COLÈRE ET REFUSENT DE SERVIR DE CHAIR À CANON VICTIMES D'UN ESPRIT MUNICHOIS QUI ENHARDIT LES ENNEMIS DE LA RÉPUBLIQUE. »

 « Munichois », rien que ça ! Pour ceux qui n'avaient pas remarqué que les G.J. et les vilains gauchistes sont en voie d'instaurer le IVème Reich en Europe...
Pour l'instant, la « chair à canon » est plutôt du côté des manifestants, mais c'est juste un détail.

20 mars 2019 : JUSQU'À QUAND ?

            « La vase anarchiste, contestataire, anti Etat et anti police est montée à son niveau le plus élevé depuis des décennies. Pour faire face à ces hordes dégénérées et sans limites, le dernier rempart républicain qu'est la Police Nationale n'a pu se déployer comme il aurait dû.
            « […]
            « Jusqu'à quand les officiers vont-ils devoir aller à l'IGPN pour répondre de faits qui ne seront sans doute au final pas répréhensibles mais pour lesquels l'Administration veut se donner bonne conscience ?
            « […]
            « Faut-il bloquer les commissariats ? Engorger les files d'attente aux aubettes dans les aéroports ? Cesser toute action de police (enquêtes, filatures, moyens techniques ...) au-delà des heures légales de prise de service ? S'il le faut nous savons faire ! LA COUPE EST PLEINE ! »

C'est pas possible, on continue à emmerder les pauvres petits officiers en les convoquant à l'IGPN sous prétexte de bavures imaginaires ?! Mais que fait le gouvernement !?
Heureusement, Synergie rappelle opportunément qu'ils ont des moyens de rétorsion si on les fait trop chier !!!

synmanif
BREF,

Mediapart, qui fait couvrir la misérable sédition de la gueusaille jaune par des parasites inutiles comme Karl Laske, et donne la parole à ce clown délirant de David Dufresne, n'est décidément qu'une horde de racailles subversives. wink

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.