DSK, invité surprise au dîner du Siècle

Les membres du Siècle l'ont échappé belle. Ce 25 mai 2011, les 350 représentants de l'oligarchie hexagonale qui dînent ensemble, le quatrième mercredi de chaque mois (depuis 1945), ont échappé de justesse à la visite inopinée de Dominique Strauss-Khan, membre éminent du Siècle (avec Anne Sinclair).

Un « géneur » du Siècle embarqué par la police. Un « géneur » du Siècle embarqué par la police.

Les membres du Siècle l'ont échappé belle. Ce 25 mai 2011, les 350 représentants de l'oligarchie hexagonale qui dînent ensemble, le quatrième mercredi de chaque mois (depuis 1945), ont échappé de justesse à la visite inopinée de Dominique Strauss-Khan, membre éminent du Siècle (avec Anne Sinclair).

Une surprise concoctée par le Collectif des Démocrates Déchaînés (le CDD). Ainsi, encadré par des policiers du FBI (plus vrais que dans les séries américaines), menotté, une pancarte autour du cou où était inscrit : « FMI : affameur des peuples », l'ex-directeur du FMI devait accueillir les dîneurs du Siècle pour y dénoncer ses complices. Les militants du CDD avaient également prévu une distribution d'oranges .

Dispositif policier devant au pied du siège de l'automobile club de france où se réunit les membres du Siècle. Dispositif policier devant au pied du siège de l'automobile club de france où se réunit les membres du Siècle.

 

Seigneurs du CAC 40, princes des partis de droite et de gauche, boss des principaux médias n'ont pas le goût à la plaisanterie... Ils dirigent la France. En catimini. Les hommes du préfet de police de Paris, membre (très utile) du Siècle, se sont précipités pour embarquer les perturbateurs. Ainsi, DSK, les flics du FBI et les distributeurs d'oranges se sont-ils tous retrouvés dans des paniers à salades.

Sans faire le détail, la police a aussi embarqué un couple de retraités venu de province faire du tourisme à Paris. Cardiaque, l'homme s'est senti mal. Après avoir appelé les pompiers, les policiers ont libéré les infortunés. Mohamed et Mohamed, Tchadiens, étudiants à Orléans, étaient venus découvrir la capitale. Embarqués par erreur, ce que reconnu la police, ils ont eu cependant droit à une balade en panier à salade et à un contrôle d'identité au commissariat. Où, soit dit en passant, certains officiers de police judiciaire tentent d'outrepasser la loi avec des questions intrusives destinées à nourrir des fichiers politiques. Avec des pressions du genre : « Si vous persistez à prétendre "n'avoir rien à déclarer" vous allez être mise en garde à vue ! »

Tous les soirs depuis le 20 mai, les indignés français se rassemblent à la Bastille. Tous les soirs depuis le 20 mai, les indignés français se rassemblent à la Bastille.

 

Pour Xavier Renou, militant du CDD, « Il y a eu les rassemblements répétés devant le Siècle, à partir de l'automne 2010, il y a nous aujourd'hui, nous demain sûrement, et vraisemblablement d'autres initiatives viendront d'autres collectifs. Avec un but commun : dénoncer l'oligarchie et appeler à une révolte citoyenne pour une démocratie réelle, comme cela a lieu en Espagne en ce moment ».

Dans son communiqué, le CDDexplique le sens de la « visite » deDSKau Siècle : « DSK n'est pas seulement Grand Officier de l'Ordre de la République de Ben Ali, il est aussi un des membres les plus éminents du Siècle . Au nombre de ses complices (...), on compte : François Hollande, Martine Aubry, Laurent Fabius, Lionel Jospin... ou encore la présidente du Siècle, Nicole Notat, ancienne dirigeante de la CFDT... Sans oublier, bien sûr, les grands patrons du CAC 40. » Lesquels doivent beaucoup à l'ancien ministre des finances de la Gauche plurielle qui fit mieux en matière de privatisations que tous les gouvernements de droite réunis !

Affiches des indignés à Paris, place de la Bastille Affiches des indignés à Paris, place de la Bastille

 

Le CDL dénonce « la campagne de propagande dont DSK a bénéficié, en tandem médiatique avec la chef du FN, Marine Le Pen, avant la campagne présidentielle. » À présent, on doit subir « le rappel en boucle de la présomption d'innocence, plus forte pour l'ancien président du FMI que pour Julien Coupat ». Tour de passe passe des médias qui tentent de protéger l'image d'un des maîtres du monde tout en niant, au passage, l'existence d'une femme victime présumée d'un viol. Et surtout , cette soupe vise à « faire passer aux oubliettes la politique brutale de DSK à la tête du FMI, qui, à coup de gel carabiné des salaires, de hausses de la TVA, de coupes drastiques dans les budgets sociaux et autres privatisations généralisées, a fait payé la crise financière à ses victimes plutôt qu'à ses responsables...»

 

« Partout dans le monde, les peuples résistent. Tout près de nous : en Grèce, en Irlande, au Portugal, et même en France, à Bayonne, Lyon, Toulouse et Paris, on campe sur les grandes places pour dire non aux plans d'austérité du FMI et de l'Union Européenne, et non aussi aux dictats du G8. » Ce mercredi, Quinze mille Grecs inspirés par les indignés d'Espagne se sont rassemblés devant le siège du Parlement, à Athènes, pour protester contre les mesures d'austérité aux cris de « voleurs! ».

Et le CDL de conclure : « Tandis qu'au soir tombant sur l'ex-place de la Révolution, sous les lambris d'or et les lustres de cristal, les membres du Siècle devisent, le Collectif des Démocrates Déchaînés propose que partout soit repris le slogan de la jeunesse espagnole : "Nous voulons une vraie démocratie, maintenant !" »

 

 

Pour lire les reportages précédents sur les dîners du Siècle :

Mercredi 26 janvier 2011, « Le préfet protège sa clique »

http://blogs.mediapart.fr/blog/jean-pierre-anselme/270111/diner-du-siecle-le-prefet-protege-sa-clique

Mercredi 24 novembre 2010, « Les bafreurs du Siècle sont sur la sellette »

http://blogs.mediapart.fr/blog/jean-pierre-anselme/251110/les-bafreurs-du-siecle-sont-sur-la-sellette

Et aussi, un reportage de cette soirée du mercredi 25 mai au Siècle, par Hervé Kempf, journaliste et auteur du livre « l'oligarchie ça suffit, vive la démocratie ! » :

http://reporterre.net/spip.php?article1953

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.