Le soutien d’Anatoli Vassiliev à Kirill Serebrennikov

Avant son procès le 19 octobre, les soutiens à Kirill Serebrennikov se multiplient. En France, une pétition circule, des actions se préparent, une première aura lieu ce dimanche à Chaillot. Ci-dessous, le metteur en scène russe Anatoli Vassiliev s’exprime.

Le metteur en scène Kirill Serebrennikov, directeur artistique du Théâtre Gogol à Moscou a été arrêté le 22 août (lire ici). Une « arrestation sans précédent depuis l’ère stalinienne », nous dit Anatoli Vassiliev. Serebrennikov est assigné à résidence et privé de son passeport jusqu’à la date de son procès, le 19 octobre.

En Russie et à l’étranger, les inquiétudes et les soutiens se multiplient. En France, les directeurs du Théâtre de Chaillot et du Festival d’Avignon (qui ont accueilli des spectacles de Serebrennikov ces dernières années) ainsi que le CDN Normandie-Rouen (dont le directeur est allé travailler au Théâtre Gogol à l’invitation de Serebrennikov) ont ouvert une pétition (lien plus bas) et organisent une photo de soutien ce dimanche au Théâtre de Chaillot.

Dans un texte qui nous est parvenu, Anatoli Vassiliev, qui connaît bien Kirill Serebrennikov et qui, avant lui, a été victime du diktat des autorités russes, témoigne et prend sa défense.

« L’affaire Kirill Serebrennikov est, pour moi, une histoire très personnelle. Nous sommes tous les deux des hommes du sud, de Rostov-sur-le Don, nous sommes compatriotes, pour moi c’est important. A l’école, Kirill a étudié en première classe avec ma fille Polina. Ma mère, une enseignante de mathématiques, a parfois donné un peu de soutien scolaire à Kirill, quand il était malade et se traînait derrière les autres. Et sa mère, à son tour, a travaillé la langue et la littérature russes avec Polina quand ma fille a eu des difficultés. Plus tard, Kirill m’a demandé de l’accepter comme élève dans mon théâtre, mais je ne lui ai pas conseillé de le faire – le théâtre que je fais est trop bizarre, trop "outré".

Le troisième millénaire a commencé pour moi avec deux meurtres et un protocole officiel. L’acteur de mon théâtre Vladimir Lavrov et le directeur de GITIS [la grande école de théâtre moscovite], Sergei Isaev, ont été tués en 2000. Deux ans plus tard, en avril, un protocole officiel a été délivré par le maire de Moscou concernant le transfert de mon théâtre sur Sretenka et de mon Ecole d’Art dramatique, à une autre administration. En 2006, j’ai été expulsé du théâtre comme quelqu’un qui résiste obstinément à sa réorganisation. J’ai ensuite refusé de continuer mes activités artistiques publiques à Moscou et en Russie. Et jusqu’aujourd’hui, quand je vais là-bas, c’est en tant que personne privée.

La confiance des jeunes qui croient toujours qu’ils sont intouchables dans leurs activités artistiques m’a toujours gêné – en tant que "fils d’un communiste russe", je savais mieux qu’eux ! Ce qui nous semblait avoir été détruit irrévocablement se préparait en fait à se venger. Le temps a commencé son mouvement régulier et implacable dans la direction opposée…

J’attendais toujours que se réalise la prophétie du désastre de Tchekhov, cette vente aux enchères de La Cerisaie. Elle s’est réalisée le 22 août. Donc, c’est arrivé ! De Lopakhine à Serebrennikov. Toujours cette horreur du destin qui se répète.

Qu’est-ce qui nous reste ? Notre déception – et notre nihilisme radical ! Notre indifférence – et notre passion pour la liberté.

Et ce cri, encore et encore : nous ne sommes pas nés êtres humains en Russie pour en arriver à ça, pour qu’on puisse nous faire ça ! »

Anatoli Vassiliev (traduit du russe par Natalia Isaeva)


Lien pour la pétition :

https://www.change.org/p/soutien-%C3%A0-kirill-serebrennikov-l-artiste-qui-d%C3%A9range-moscou?recruiter=195821346&utm_source=share_petition&utm_medium=facebook&utm_campaign=share_petition.instant_experiences.fake_control&utm_term=share_petition

Ce dimanche 10 septembre à 11 h à Chaillot, réalisation d’une photo de soutien collective par le photographe Olivier Ciappa. Tous les gens du spectacle soutenant Kirill Serebrennikov sont invités à venir y participer.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.