jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

1004 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 févr. 2017

jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

Christelle Saez : première pièce, première mise en scène

Tatiana Spivakova a plusieurs fois mis en scène l’actrice Christelle Saez. Cette fois, les rôles s’inversent : pour sa première pièce, « Cœur Sacré », Christelle Saez met en scène l’actrice Tatiana Spivakova. Mettant leur amitié au service d’une histoire d’amour.

jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Christelle Saez et Tatiana Spivakova se sont connues au cours Simon, depuis elles ne se sont plus quittées. Ensemble, elles ont fondé la compagnie Memento mori.

Du Sacré-Cœur au cœur sacré

Pour commencer, Tatiana a mis en scène Christelle dans Lisbeths, une pièce de Fabrice Melquiot où l’actrice était seule en scène. Puis Christelle a été l’assistante de Tatiana quand cette dernière a mis en scène Dans les bas-fonds de Maxime Gorki au Conservatoire national supérieur d’art dramatique de Paris où elle était élève. Le public se tenait sur la scène du beau théâtre du Conservatoire et, à ses pieds et dans la salle, une vingtaine de comédiens incarnaient ces personnages venus des sous-sols de la Russie, pays où est née et a grandi Tatiana Spivakova. Elles se sont retrouvées dans Les Justes de Camus. Un spectacle mis en scène par Tatiana et où Christelle Saez était une extraordinaire Dora. Une version très forte (lire ici) de la pièce de Camus qui a été reprise pour de trop petites séries ; ce beau travail n’a pas connu la longue tournée qu’il méritait.

On a pu voir récemment Tatiana Spivakova jouer dans Hôtel Feydeau au théâtre de l’Odéon et voici qu’elle est seule en scène dans Cœur sacré mis en scène par Christelle Saez, une pièce dont cette dernière est l’auteure. Sa première pièce, sa première mise en scène.

Tatiana Spivakova dans "Coeur Sacré © Julien Saez

Aucune indication scénique, aucun nom de personnage, des voix qui se succèdent et s’interpellent dans leur succession. Libre au spectateur de les identifier, plusieurs pistes s’offrent à lui.

« Réagis. Ouvre les yeux », premiers mots. Une voix (mère ? sœur ? amie?) supplie une jeune femme de ne pas partir, de ne pas aller en Égypte avec celui qu’elle aime et pour qui elle est prête à tout et d’abord à porter le voile. Tous les arguments sont lancés comme des bouées, des dés : « C’est une manière de te révolter / de te sentir du bon côté / de celui des oppressés des montrés du doigts / ça te passera ». A cela répond un obstiné silence. Rien n’y fait, ni la vie matérielle (« Tu vas vivre de quoi ? Avec quoi ? Quel argent ? »), ni la peur de l’inconnu (« Là-bas, c’est pire que tout »), ni l’enfant qui naîtra probablement (« l’enfant il le gardera pour lui »). Alors elle lui parle de l’histoire de France, des révolutions depuis 1789 jusqu'à 1968, du Sacré-Cœur qui « a écrasé le souvenir de la Commune de Paris ».

Celle qui entend cela, toute à son « cœur sacré », n’entend rien, elle est déjà ailleurs. Alors les propos de la voix qui lui parle deviennent plus chaotiques, plus confus, essayant pour finir une ode à la famille.

Sombres cheveux

Tout se renverse. La très jeune femme est partie, elle va partir, elle est déjà là-bas.

Une autre voix raconte, à la troisième personne, la poussière de l’Égypte, la nourriture qui noue le ventre de l’aimée, l’amour qu’elle ne peut afficher dans la rue. La voix se souvient de la première rencontre : « ils se sont comme reconnus ». Là-bas, la France que la jeune femme regardait avec indifférence avant son départ lui revient en boomerang. La voix se détache d’elle et se met à parler des « barbares », des « Assassins du nous », peut-être est-ce la première voix qui fait retour, on ne sait. L’homme qu’elle a rencontré n’est pas un barbare. Alors la jeune amoureuse prend enfin la parole pour dire son amour : « Je n’ai d’autre résistance / que d’aimer ta peau / ta sombre peau / tes noirs cheveux / tes interminables cheveux, / ton inexorable Nil ».

Assise, debout, se dressant parfois derrière un micro, Tatiana Spivakova passe d’une voix à l’autre, exaspère les inflexions passionnées, la peur sous-jacente, l’impérieux désir de l’autre. C’est une pièce où, comme souvent pour une première pièce, l’auteur a trop de choses à dire, à déverser pour ne pas se perdre un peu. Au salut, Christelle Saez rejoint Tatiana Spivakova. Ces deux-là, elles, ne se quitteront pas.

 Théâtre La Loge, 77 rue de Charonne, du 14 au 17 et du 21 au 24 février à 21h.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique économique
Comment la Macronie a tourné le dos à la rationalité économique
Alors qu’en 2017, Emmanuel Macron se présentait comme le champion de « l’évaluation des réformes », il fait fi des évaluations scientifiques négatives sur sa politique économique. Désormais, sa seule boussole est sa politique en faveur du capital.
par Romaric Godin et Mathias Thépot
Journal
Projet de loi immigration : « Nous sommes sur des propositions racistes »
Le projet de loi immigration, porté par Gérald Darmanin, est discuté mardi 6 décembre à l’Assemblée nationale. L’occasion notamment de revenir sur les chiffres de « la délinquance des étrangers » avancés par le chef de l’État et le ministre de l’intérieur. 
par À l’air libre
Journal — Habitat
Faute de logement, des mères restent à l’hôpital avec leurs enfants
À l’hôpital Delafontaine, à Saint-Denis, sept femmes sont accueillies sans raison médicale. En cause : la  saturation de l’hébergement d’urgence. Maïrame, mère d’un bébé de cinq mois, témoigne. 
par Faïza Zerouala
Journal — Travail
Grève chez Sanofi : « Ponctionner les actionnaires pour augmenter les salaires »
Démarré le 14 novembre, le conflit social chez le géant français du médicament touche désormais une quinzaine de sites. Reportage à Montpellier, où les « petits salaires » de l’entreprise sont mobilisés pour une hausse des rémunérations.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
Rap et théorie postcoloniale : sur « Identité remarquable » de Younès Boucif
« Un Arabe qui fait du rap y’a pas grand-chose d’original », rappait Younès dans « J’me rappelle ». Mais quid d’un Arabe qui rappe, joue (au cinéma, au théâtre), écrit des romans, manage et se fait parfois, à ses heures perdues, documentariste ? À l'occasion de la sortie de son album, retour sur la trajectoire d'un artiste aux talents multiples.
par Matti Leprêtre
Billet d’édition
2. B.B. King et la légende de Lucille
Il suffit d’avoir admiré son jeu tout en finesse et en agressivité contenue, d’avoir vécu l’émotion provenant du vibrato magique de sa guitare, d’avoir profité de sa bonhomie joviale et communicative sur scène, de son humilité, et de sa gentillesse, pour comprendre qu’il n’a pas usurpé le titre de King of the Blues.
par Zantrop
Billet de blog
Playlist - Post-punk et variants
Blue Monday infini et températures froides bien en dessous de celles d'Ibiza en hiver. C'est le moment idéal pour glorifier le dieu post-punk et ses progénitures art rock ou dark wave, fournisseurs d'acouphènes depuis 1979. Avec Suicide, Bauhaus, Protomartyr, Bantam lyons, This heat, Devo, Sonic Youth...
par Le potar
Billet de blog
L'amour trouvera un chemin
Dans la sainte trinité du jazz, et sa confrérie du souffle, on comptait le Père (John Coltrane), le Fils (Pharoah Sanders) et le Saint-Esprit (Albert Ayler). Il est peu dire que le décès de Pharoah Sanders, le 24 septembre dernier, est une grande perte. L'impact de son jeu, du son qu'il a développé, de ses compositions et de sa quête vers la vérité, est immense.
par Arnaud Simetiere