jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

895 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 oct. 2016

« Qui veut voyager loin choisit sa monture »: un spectacle pas sage comme une image

La compagnie Aalliicceelleessccaannnnee&ssoonniiaaddeerryyppoollsskkii ne prend pas les jeunes ados pour des tas. Avec « Qui veut voyager loin choisit sa monture », elle leur propose un jeu participatif (on vote) pour mieux voir et lire les images, les photographies. Rien de tel pour se rincer l’œil.

jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Scène de "Qui veut voyager loin ménage sa monture" © Quentin Chevrier

Il est loin le temps où l’on disait d’un enfant qui ne s’agitait jamais sur sa chaise de classe, n’envoyait pas des boulettes, ne rigolait pas dans le dos du prof et faisait ses devoirs à la maison sans qu’on lui en donne l’ordre, qu’il était sage comme une image. Ce temps est révolu car les images ne sont plus sages du tout. Les artistes ont tracé la voie, mais désormais les vannes sont ouvertes à tous.

Une image peut en cacher une autre

A l’heure de la télévision, des réseaux sociaux et de tout le bataclan (si l’on peut encore dire cela), les images mentent comme elles respirent, elles truquent, nous abusent, nous font prendre des vessies pour des lanternes. C’est comme les mots mais en pire, d’ailleurs les légendesqui accompagnent les images, en particulier les photos, sont trompeuses, tout autant. Dans image il y a mage, game et magie.

On se souvient de Staline faisant retoucher les photos au fur et à mesure qu’il assassinait ceux qui étaient présents sur le cliché à ses côtés. Vladimir Poutine, enfant du KGB, en a imposé une version moderne en cadenassant le champ médiatique jusqu’à ce que toutes les chaînes de télé soient à sa dévotion en manipulant quotidiennement l’information. 

Internet et les portables, devenus des flux d’images, n’ont pas changé la donne de ces manipulations mais les ont mises à la portée du premier venu. Daech, théoriciens du complot, publicitaires, etc. : même combat. Le paysage a changé. Il est devenu global, confus, on est tous les manipulateurs en puissance, les images ne sont plus du tout sages (l’ont-elles jamais été ?), on peut leur faire dire n’importe quoi.

A qui se fier ? A qui confier le futur de nos enfants ? A des duettistes, les bien nommées aalliicceelleessccaannnnee&ssoonniiaaddeerryyppoollsskkii, rebaptisées ci-après Alice&Sonia par commodité journalistique.

Artistes associées au Centquatre, elles viennent d’y créer Qui veut voyager loin choisit sa monture, un spectacle pour jeunes ados (classes de collège 4e et 3e idéalement) et pour tous. Le jeu est le même mais les uns et les autres ne rient pas aux mêmes choses.

Ça va dans quelle case ?

On n’a pas oublié leur précédente prestation, Le titre du spectacle est : aléatoire (lire ici), d’une implacable logique et d’une loufoquerie imparable. Elle avait la haute vertu d’être inclassable (ni spectacle, ni conférence, ni causerie, ni etc.) mais l’immense défaut marchand de n’être pas « casable » dans une case habituelle : spectacle jeune public, interdit au moins de 12 ans, théâtre, danse, poésie, lecture, théâtre dansé, humour, jeune metteur en scène émergeant, vieux metteur en scène sur le retour, valeur sûre increvable, artiste en résidence, triomphe avignonnais ou parisien, one man show, etc. Autant de catégories chères aux programmateurs qui, donc, hésitent à programmer la chose magnifiquement incasable qu’est Le titre du spectacle est : aléatoire et finissent par ne pas le faire. Honte à eux. Car Alice&Sonia qui se démarquent dès le nom de leur compagnie qui redouble d’intensité à chacune des lettres de leur nom, ne manquent ni de jugeote, ni d’allant, ni de talent bien qu’elles ne sortent d’aucune école de théâtre ayant plutôt flirté du côté des Beaux-arts.

Sur leur site, elles entretiennent un feuilleton, ubuesque bien que réel, avec le centre Pompidou. Devant un public, elles aiment s’adresser à tous en posant des questions avec un air de ne pas y toucher, dedécrypter le monde par le petit bout de leur lorgnette, d’être des conteuses socratiques de notre vie quotidienne. En s’adressant cette fois-ci prioritairement à des jeunes ados, elles ne font que pousser leur démarche jusqu’à sa source : l’appréhension du monde. Ce n’est pas pour rien que leur spectacle a pour titre Qui veut voyager loin choisit sa monture. A notre tour, ménageons le lecteur en ne lui dévoilant pas ce qu’il va voir pour préserver l’effet de surprise. Contentons-nous d’un premier indice : la monture dont il est question n’est pas forcément celle qu’on croit.

L’œil du pirate

Il y aura des images à partir desquelles plusieurs interprétations seront possibles, et chaque spectateur, muni d’un carton rouge et d’un carton bleu, sera invité à voter. Le comptage des votes sera instantanément vérifiable, je vous laisse découvrir comment. Chemin faisant, Alice&Sonia nous entraînent, de la façon la plus plaisante et instructive qui soit, à entrer dans les images, à mieux les voir, sans œillères et avec toutes sortes de lunettes aux capacités magiques. A l’issue du périple, l’aveuglement de tout un chacun et celui extrême de l’aveugle feront qu’on y verra le monde mieux qu’un borgne, avec le regard critique du pirate.

Plus tard, dans la salle de classe ou le soir à la maison, l’actualité, sous-jacente à cette séance, s’invitera sous les yeux de l'ado, binoclard ou pas. Pour la compagnie aalliicceelleessccaannnnee&ssoonniiaaddeerrzzyyppoollsskkii, Qui veut voyager loin choisit sa monture constitue la première étape d’un triptyque qui la conduira, après les lunettes, à aborder les rives des crayons & stylos & gommes, ces indispensables « accessoires de la pensée ».

Centquatre, horaires divers (journées et soirées) jusqu’au 23 octobre.

Puis à partir du 10 novembre, au même endroit, les mêmes dans Le Prix du PIF.  

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
#MeToo : Valérie Pécresse veut faire bouger la droite
Mardi, Valérie Pécresse a affiché son soutien aux victimes de violences sexuelles face au journaliste vedette Jean-Jacques Bourdin, visé par une enquête. Un moment marquant qui souligne un engagement de longue date. Mais, pour la suite, son équipe se garde bien de se fixer des règles.
par Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
L’ancien supérieur des Chartreux de Lyon, Georges Babolat, accusé d’agressions sexuelles
Selon les informations de Mediacités, trois femmes ont dénoncé auprès du diocèse de Lyon des attouchements commis selon elles lors de colonies de vacances en Haute-Savoie par le père Babolat, décédé en 2006, figure emblématique du milieu catholique lyonnais.
par Mathieu Périsse (Mediacités Lyon)
Journal — Asie
Clémentine Autain sur les Ouïghours : « S’abstenir n’est pas de la complaisance envers le régime chinois »
Après le choix très critiqué des députés insoumis de s’abstenir sur une résolution reconnaissant le génocide des Ouïghours, la députée Clémentine Autain, qui défendait la ligne des Insoumis à l’Assemblée nationale, s’explique.
par François Bougon et Pauline Graulle
Journal
Sondages de l’Élysée : le tribunal présente la facture
Le tribunal correctionnel de Paris a condamné ce vendredi Claude Guéant à huit mois de prison ferme dans l’affaire des sondages de l’Élysée. Patrick Buisson, Emmanuelle Mignon et Pierre Giacometti écopent de peines de prison avec sursis.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Électricité d'État, non merci !
La tension sur le marché de l’électricité et les dernières mesures prises par l’Etat ravivent un débat sur les choix qui ont orienté le système énergétique français depuis deux décennies. Mais la situation actuelle et l'avenir climatique qui s'annonce exigent plus que la promotion nostalgique de l'opérateur national EDF. Par Philippe Eon, philosophe.
par oskar
Billet de blog
Un grand silence
L'association Vivre dans les monts d'Arrée a examiné le dossier présenté par EDF. Nous demandons, comme nous l'avons fait en 2010 et comme nombre de citoyens le font, que soit tenu un débat public national sur le démantèlement des centrales nucléaires : Brennilis, centrale à démanteler au plus vite.
par Evelyne Sedlak
Billet de blog
Fission ou fusion, le nucléaire c’est le trou noir
Nos réacteurs nucléaires sont en train de sombrer dans une dégénérescente vieillesse ; nos EPR s’embourbent dans une piteuse médiocrité et les docteurs Folamour de la fusion, à supposer qu’ils réussissent, précipiteraient l’autodestruction de notre société de consommation par un effet rebond spectaculaire. Une aubaine pour les hommes les plus riches de la planète, un désastre pour les autres.
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Le nucléaire, l'apprenti sorcier et le contre-pouvoir
Les incidents nucléaires se multiplient et passent sous silence pendant que Macron annonce que le nucléaire en France c'est notre chance, notre modèle historique.
par Jabber