jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

944 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 janv. 2022

Elsa Granat fait entrer Lear en EHPAD

Avec une lettre de recommandation signée Shakespeare, Elsa Granat part librement du « Roi Lear » pour écrire et mettre en scène « King Lear Syndrome », une pièce sur le grand âge qui pète le feu.

jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Scène de "King Lear Syndrome" © Simon Gosselin

Lorsqu’elle a créé et joué (avec d’autres) sa précédente pièce Le massacre du printemps (lire ici), Elsa Granat était enceinte. Elle évoquait ses parents qu’elle venait de perdre l’un et l’autre d’un cancer. Eux sont partis sans connaître l’enfant qui allait naître et Elsa Granat ne verrait pas, elle, vieillir ses parents. Il y avait là comme un manque et une perte que viennent aujourd’hui compenser et renverser en simulacre, une fiction, celle de sa nouvelle pièce King Lear syndrome ou les mal élevés. On y retrouve Antony Cochin, Clara Guipont, Edith Proust et Hélène Rencurel qui étaient déjà dans la distribution du précédent spectacle. C’est la première fois que la metteuse en scène, autrice et actrice Elsa Granat travaille à partir d’un texte classique, Le roi Lear de Shakespeare, mais c’est pour mieux le détourner. « C’est un jardin dans lequel je vais biner » dit-elle.

Ce qui l’intéresse d’abord c’est la vieillesse. Celle de Lear ( impressionnant Laurent Huon) mais aussi celle de Gloucester devenu madame Gloucester ( Bernadette le Saché, phénoménale). Des personnages meurtris par la vie et au bord de la lassitude. Un acteur et une actrice qui ont une longue carrière derrière eux. Tous plus près de la fin que du commencement. Et ce qu’ils laissent derrière eux : leurs enfants, les rôles qu’ils ont joué. Laurent Huon arpente les scènes depuis bientôt un demi-siècle. Bernadette Le Saché qui a joué sur toutes les grandes scènes de Paris et d’ailleurs. C’est elle qui ouvre le bal en se souvenant du début de la Mouette de Tchekhov, ce ce théâtre précaire au bord du lac. Autant elle est fluette, autant il est massif. Le fou de Shakespeare disparaît mais la folie est partout. Dans ce père qui ne reconnaît pas la plus jeune de ses filles (Cordélia) puis fait un AVC au mariage de cette dernière avec le roi de France (Lucas Bonifait, l’un des fondateurs de la Loge, aujourd’hui directeur du Théâtre 13), dans Gloucester qui confond ses deux fils et nous rejoue la scène fameuse de la falaise. Après l'AVC et diverses incartades, de leur père, Goneril et Regane, ses filles aînées,, décident e mettre Lear en maison de retraite, un EHPAD où un neurologue diagnostique chez le vieil homme un KLS ( King Lear Syndrome).

Dés lors le spectacle bascule dans cet univers renforcé par la présence en scène d’une poignée de comédiens amateurs très âges dont on peut penser que certains vivent effectivement dans une maison de retraite. Leur présence créant ainsi un trouble, un tremblement qui fortifie le spectacle sans que ce dernier ne tombe jamais dans le voyeurisme ou la caricature. Au contraire, il y acquiert un surcroît de vitalité. Tous se retrouvent devant la télé à l’heure des jeux et plus tard, lors d’une d’une soirée festive en costumes d’époque avec des ballons, on les voit retomber avec joie en enfance.

Survient l’inéluctable  : Lear, à bout de forces, se meurt entouré des siens et du personnel médical de l’établissement.Mais il revient saluer avec ses camarades et les vieux comédiens amateurs, tous parés de costumes d’autrefois. Le théâtre est, lui, increvable et Elsa Granat sait le maintenir en équilibre au dessus des gouffres.

King Lear Syndrome ou les mal élevés, Théâtre Gérard Philipe de Saint-Denis, jusqu’au 4 février. Puis les 23 et 24 mars à Limoges au Théâtre de l’Union, les 29 et 20 mars aux Ilets CDN de Montluçon et le 8 avril au Théâtre des sources de Fontenay-aux-roses

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
En Seine-Maritime, Alma Dufour veut concilier « fin du monde et fin du mois »
C’est l’un des slogans des « gilets jaunes » comme du mouvement climat. La militante écologiste, qui assume cette double filiation, se lance sous les couleurs de l’union de la gauche sur ce territoire perfusé à l’industrie lourde, qui ne lui est pas acquis.
par Mathilde Goanec
Journal — Sports
Ligue des champions : la France gagne le trophée de l’incompétence
La finale de la compétition européenne de football, samedi à Saint-Denis, a été émaillée de nombreux incidents. Des centaines de supporters de Liverpool ont été nassés, bloqués à l’entrée du stade, puis gazés par les forces de l’ordre. Une faillite des pouvoirs publics français qui ponctue de longues années d’un maintien de l’ordre répressif et inadapté, souvent violent.
par Ilyes Ramdani
Journal — Europe
En Italie, Aboubakar Soumahoro porte la voix des ouvriers agricoles et autres « invisibles »
L’activiste d’origine ivoirienne, débarqué en Italie à l’âge de 19 ans, défend les ouvriers agricoles migrants et dénonce le racisme prégnant dans la classe politique transalpine. De là à basculer dans la politique traditionnelle, en vue des prochaines élections ? Rencontre à Rome. 
par Ludovic Lamant
Journal — Moyen-Orient
Le pouvoir iranien en voie de talibanisation
La hausse exponentielle des prix pousse à la révolte les villes du sud et de l’ouest de l’Iran. Une contestation que les forces sécuritaires ne parviennent pas à arrêter, tandis que le régime s’emploie à mettre en place une politique de ségrégation à l’égard des femmes.
par Jean-Pierre Perrin

La sélection du Club

Billet de blog
Les mères peuvent-elles parler ?
C'est la nuit. Les phares des voitures défilent sur le périphérique balayant de leurs rayons lumineux le lit et les murs de ma chambre d'hôpital. Je m'y accroche comme à un rocher. Autour de moi, tout tangue. Mon bébé hurle dans mes bras.
par Nina Innana
Billet de blog
Mères célibataires, les grandes oubliées
Mes parents ont divorcé quand j'avais 8 ans. Une histoire assez classique : une crise de la quarantaine assez poussée de la part du père. Son objectif à partir de ce moment fut simple : être le moins investi possible dans la vie de ses enfants. Ma mère s'est donc retrouvée seule avec deux enfants à charge, sans aucune famille à proximité.
par ORSINOS
Billet d’édition
Ma grand-mère, fille mère
Les récits familiaux reprennent dans l'édition «Nos ancêtres les gauloises». Celui-ci nous est proposé par un contributeur qui tient à rester anonyme. Son histoire, entre mémoire et fiction, explore un secret de famille où la vie des bonnes «engrossées» par leur patron rencontre celle des soldats de la Guerre de 14...
par ELISE THIEBAUT
Billet de blog
« La puissance des mères », extrait du livre de Fatima Ouassak
A l'occasion de la fête des mères, et de son braquage par le Front de mères pour faire de cette journée à l'origine réactionnaire une célébration de nos luttes et de nos victoires, extrait du livre « La Puissance des mères, pour un nouveau sujet révolutionnaire » de Fatima Ouassak. Il s'agit de la conclusion, manifeste écologiste, féministe et antiraciste, lue par Audrey Vernon.
par Jean-Marc B