Jean-Pierre Veran
formateur, expert associé France Education International (CIEP), membre professionnel laboratoire BONHEURS, CY Cergy Paris Université
Abonné·e de Mediapart

633 Billets

1 Éditions

Billet de blog 1 déc. 2021

Sondage Viavoice-Libération sur l’école et l’éducation : libérons le débat citoyen !

Le débat public sur l’Ecole pourrait-il sortir du cadre étriqué où on l’enferme ? C’est la question que l’on peut se poser à la lecture du dernier sondage Viavoice-Libération sur le sujet.

Jean-Pierre Veran
formateur, expert associé France Education International (CIEP), membre professionnel laboratoire BONHEURS, CY Cergy Paris Université
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La publication du sondage Viavoice pour Libération, réalisé en novembre 2021, L’école et l’éducation : quelle place et quels enjeux aux yeux des Français ?[1] est révélatrice de la manière dont le débat éducatif est posé en France. Il l’est selon un cadre très étroit, posé par le discours officiel sur l’école. L’école a deux missions : instruire (mais instruction ici  réduite aux « fondamentaux » soit explicitement "lire, écrire, compter" selon les sondeurs) et transmettre les valeurs de la République. Rien d’étonnant à ce que 81% des sondés choisissent d’approuver cette vision, partagée par les majorités successives de droite (loi Fillon 2005) ou de gauche (loi Peillon 2013) et inscrite dans le marbre du Code de l’éducation.

Il l’est aussi en fonction de la nostalgie bien connue des Français pour l’école d’avant : d’avant le numérique, d’avant le collège unique, d’avant 68… Rien d’étonnant non plus à ce que 78% des sondés affirment que la situation de l’école et de l’éducation s’est dégradée depuis cinq ans ontre 13% qui affirment qu’elle s’est améliorée, ou que 84% éprouvent des sentiments négatifs  en pensant à sa situation actuelle contre 22% qui éprouvent des sentiments positifs.

Ce sondage révèle du moins le désaccord majoritaire des sondés avec la mythologie de l’école de l’égalité des chances : seuls 35% d’entre eux lui font confiance pour réduire les inégalités contre 54% qui expriment leur défiance.

Il révèle aussi le désir d’un débat éducatif plus approfondi à l’occasion de la campagne présidentielle : les sondés sont 66% à affirmer que l’école occupe une place pas assez importante dans le débat politique. Et les sondés ont peu de foi en la capacité des candidats actuellement déclarés ou candidats à la candidature à apporter des réponses efficaces aux questions posées à l'Ecole : 46% ne voient aucun candidat capable de le faire, seuls les deux finalistes de l’élection de 2017 arrivent à 11 et 10%...

Ce sondage est donc révélateur de la pauvreté du débat éducatif en France, mais aussi du prisme dans lequel on l’enferme. Au contraire du harcèlement à l’école  ( contre lequel 73% des sondés demandent d’accorder plus de moyens), la question de ce qu’on apprend à l’école semble ne pas regarder les Français : ce sont les "fondamentaux" et les valeurs de la République, il n’y a pas d’alternative.  On pourrait imaginer que le débat éducatif soit ouvert à une réflexion sur ce que l’école doit apprendre à tous les enfants, à tous les jeunes, scolarisés de 3 à 18 ans : les savoirs utiles au 21e siècle peuvent ils se résoudre à lire, écrie, compter ? Qui peut penser cela ? Personne, assurément. Mais c’est pourtant ainsi qu’on impose aux sondés, et aux citoyens, une absence de réflexion sur ce que l’école enseigne. Il y aurait  là de quoi provoquer inquiétude, déception, tristesse, si, heureusement,  un collectif comme le CICUR (Collectif d’interpellation du curriculum) ne s’efforçait de poser vraiment la question de ce qu’on apprend à l’Ecole[2]. On a évoqué dans un précédent billet la rencontre, organisée le 20 novembre la BnF, qui a mis "les savoirs au centre du débat"[3].

La campagne présidentielle gagnerait à sortir du cadre étroit, réducteur où est enfermé le débat public sur l’école et l’éducation. Ce sondage, par son approche caricaturale de ce que l’école doit enseigner, pourrait-il aider, on le souhaite, à une prise de conscience, celle de l'urgence à aborder enfin la question fondamentale qui jusqu’ici échappe à la nécessaire dispute démocratique ?

_______________________________________________________

[1] https://www.institut-viavoice.com/wp-content/uploads/Rapport-barometre-politique-Viavoice-Liberation.-Education.pdf

[2] https://curriculum.hypotheses.org/

[3] https://blogs.mediapart.fr/jean-pierre-veran/blog/231121/debat-educatif-la-revolution-curriculaire

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Gérald Darmanin, le ministre qui dissout plus vite que son ombre
Après une manifestation antifasciste à Nantes, le ministre de l’intérieur a annoncé son intention de dissoudre le collectif « Nantes révoltée », animateur d’un média alternatif local. Outil administratif conçu contre les groupes factieux, la dissolution est avant tout utilisée comme une arme de communication et de neutralisation politique. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette
Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française