Jean-Pierre Veran
formateur, expert associé France Education International (CIEP), membre professionnel laboratoire BONHEURS, CY Cergy Paris Université
Abonné·e de Mediapart

684 Billets

1 Éditions

Billet de blog 9 juin 2017

Jean-Pierre Veran
formateur, expert associé France Education International (CIEP), membre professionnel laboratoire BONHEURS, CY Cergy Paris Université
Abonné·e de Mediapart

Blanquer : l’éducation en marche… forcée ?

En 2016, les personnels de direction dénonçaient par la voix de leurs syndicats des à-coups et des injonctions ministériels désorganisant leur travail. Les débuts du nouveau ministre de ce nouveau quinquennat semblent, de ce point de vue, ne pas changer fondamentalement cette donne.

Jean-Pierre Veran
formateur, expert associé France Education International (CIEP), membre professionnel laboratoire BONHEURS, CY Cergy Paris Université
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C’est sans doute un des paradoxes de ce temps d'entre-deux élections, où l’on pourrait penser que les ministres s’attachent à commettre un sans faute, en mettant en conformité parfaite leurs actes avec leurs engagements. Le ministre de l’éducation nationale a affirmé ne pas vouloir donner dans l’injonction, être pragmatique, prudent et à l’écoute.

Fin connaisseur de l’institution éducative, il sait qu’à la mi-juin l’essentiel de la préparation de rentrée est effectué, que dans le second degré les équipes de direction des établissements ont dessiné l’organisation des enseignements pour 2017-18, en concertation avec leurs équipes pédagogiques et éducatives et que, dans le premier, l’organisation, concertée avec les communes, des temps scolaires ne s’improvise pas.

Et voici qu’hier ce même ministre soumet au conseil supérieur de l’éducation un décret qui prévoit une modification importante de l’organisation des collèges, avec le rétablissement des classes bi-langues et des enseignements de langues anciennes et l’amoindrissement de la place accordée à l’accompagnement personnalisé et aux enseignements pratiques interdisciplinaires. Et un autre qui prévoit le retour possible à la semaine de quatre jours de classe dans le premier degré. Ni l’un ni l’autre de ces décrets n’ont reçu l’assentiment du conseil supérieur de l’éducation, mais le ministre passera outre ces avis défavorables. Le changement, ce n’est pas pour maintenant !

Au même moment, pourtant, les commissions de l’éducation et des finances du Sénat publient un rapport sur les rythmes scolaires préconisant le maintien de la semaine de quatre jours et demi de classe et la réduction des congés d’été[1]. Le titre de la note de synthèse est on ne peut plus éloquent : Rythmes scolaires : faire et défaire, en finir avec l’instabilité. Et l’on serait tenté de formuler le même vœu à propos du collège ou du redoublement. Ne devrait-on pas, quand on a, comme le ministre, le souci d’une approche scientifique, prendre le temps de l’évaluation des organisations et des dispositifs avant de les défaire ? Qui peut sérieusement affirmer qu’il a été possible déjà d’évaluer l’effet de la réforme du collège mise en oeuvre à la rentrée 2016, ou du décret de 2014 sur le redoublement mis en œuvre à la rentrée 2015[2] ?

Le syndicat ID-FO des  des personnels de direction publie le jeudi 8 juin un communiqué[3] dans lequel il alerte sur « les effets prévisibles d’une précipitation qu’on voudrait nous imposer ». On s’en souvient, l’année 2016 a été marquée par l’alerte sociale lancée par l’autre syndicat des personnels de direction (SNPDEN-UNSA)[4] pour exprimer «l’exaspération croissante des personnels de direction » provoquée par « le fonctionnement réel de l’institution, marqué aujourd’hui par (…) des à-coups qui désorganisent le travail dans les établissements et un jet continu d’injonctions, le plus souvent illisibles, parfois contradictoires ». Il semblerait que le changement de président, de gouvernement et de ministre n’ait pas profondément modifié la donne.

Ces premiers signaux de l’action ministérielle pourraient laisser présager une école soumise au régime de la marche forcée si peu compatible avec la stabilité nécessaire au temps éducatif d’une part, l’autonomie des équipes d’établissement d’autre part.

__________________________________________________________________

[1] https://www.senat.fr/fileadmin/Fichiers/amdcom/cult/rythmes_scolaires_note_de_synthese.pdf

[2] Voir le billet du 17/01/2016 :

https://blogs.mediapart.fr/jean-pierre-veran/blog/170116/redoublement-le-changement-bas-bruit 

[3] http://idfo.fr/wp-content/uploads/2017/06/iDflash1617N79Lamarchedutemps.pdf

[4] http://new.snpden.net/sites/default/files/files/Comm7 - Alerte sociale.pdf

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal — Europe
Ukraine : le soupçon de la collaboration plane sur les villages libérés
Dans la région de Kherson, certains villages ont vécu pendant des mois à huis clos, sous occupation russe. Des voisins ont été tués ou sont portés disparus. La difficulté à mener des enquêtes rapides dans un pays mis sens dessus dessous par la guerre permet à la rumeur de prospérer.
par Mathilde Goanec
Journal
Morts aux urgences, pédiatrie sous l’eau, grève des libéraux : la santé au stade critique
Covid, grippe, bronchiolite : l’hôpital public vacillant affronte trois épidémies. En pédiatrie, dix mille soignants interpellent le président de la République. Côté adultes, les urgentistes ont décidé de compter leurs morts sur les brancards. Et au même moment, les médecins libéraux lancent une grève et promettent 80 % de cabinets fermés.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
L’animal est-il un humain comme les autres ?
Je voudrais ici mettre en lumière un paradoxe inaperçu, et pour commencer le plus simple est de partir de cette célèbre citation de Deleuze tirée de son abécédaire : « J’aime pas tellement les chasseurs, mais il y a quelque chose que j’aime bien chez les chasseurs : ils ont un rapport animal avec l’animal. Le pire étant d’avoir un rapport humain avec l’animal ».
par Jean Galaad Poupon
Billet de blog
Le cochon n'est pas un animal
Pour nos parlementaires, un cochon séquestré sur caillebotis dans un hangar n'est pas un animal digne d'être protégé. C'est pourquoi ils proposent une loi contre la maltraitance animale qui oublie la grande majorité des animaux (sur)vivant sur notre territoire dans des conditions indignes. Ces élus, issus des plus beaux élevages politiciens, auraient-ils peur de tomber dans l'« agribashing » ?
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Noémie Calais, éleveuse : ne pas trahir l’animal
Noémie Calais et Clément Osé publient « Plutôt nourrir » qui aborde sans tabou et avec clarté tous les aspects de l’élevage paysan, y compris la bientraitance et la mort de l’animal. Entretien exclusif avec Noémie.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Canicule : transformer nos modes d’élevage pour un plus grand respect des animaux
L’association Welfarm a mené cet été la campagne « Chaud Dedans ! » pour alerter sur les risques que font peser les vagues de chaleur sur la santé et le bien-être des animaux d’élevage. Après des enquêtes sur le terrain, des échanges avec les professionnels de l’élevage, des discussions avec le gouvernement, des députés et des eurodéputés, Welfarm tire le bilan de cet été caniculaire.
par Welfarm