Jean-Pierre Veran
formateur, expert associé France Education International (CIEP), membre professionnel laboratoire BONHEURS, CY Cergy Paris Université
Abonné·e de Mediapart

688 Billets

1 Éditions

Billet de blog 9 nov. 2022

Jean-Pierre Veran
formateur, expert associé France Education International (CIEP), membre professionnel laboratoire BONHEURS, CY Cergy Paris Université
Abonné·e de Mediapart

L’école gérée comme une entreprise : un modèle parisien révélateur

Des fermetures de lycées professionnels qui ne représentent que 1,6% de l’effectif lycéen total, mais représentent un gain de sobriété énergétique, ne faudrait-il pas admirer la grande sagesse comptable du conseil régional et de la région académique Ile de France ?

Jean-Pierre Veran
formateur, expert associé France Education International (CIEP), membre professionnel laboratoire BONHEURS, CY Cergy Paris Université
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La réunion hier du conseil inter-académique de l’éducation nationale[1] a donné l’occasion au conseil régional et à la région académique Ile de France de présenter dans un document commun la carte des formations de l’académie de Paris.

Ce document est particulièrement révélateur de la manière dont est abordée la question de la carte des formations dans une académie.

La première partie, qui présente des « éléments de contexte », notamment des « données démographiques », marquées par  « une baisse historique des effectifs de l’académie de Paris » et « des tensions  marquées dans certains départements de la grande couronne », affiche « une ambition soutenue pour les lycées parisiens » symbolisée notamment par « la restauration de la bibliothèque du lycée Charlemagne » (dans les « grands » lycées parisiens , on n’a pas un CDI -centre de documentation et d'information- comme dans les autres, mais conservé une bibliothèque) ou la rénovation globale de deux lycées (Decour et Valéry). A aucun moment, dans les données retenues, il n’est donc question de la carte des formations, c’est à dire de ce qu’on apprend dans les lycées de l’académie de Paris, ni des parcours de formation des élèves : combien entrent par exemple en formation en lycées professionnels, issus de quels arrondissements, avec quels taux de parcours complet de formation, de certification, et quels taux d’abandons, par exemple.

La deuxième partie présente les principes et objectifs président à l’évolution de la carte des formations. Après le rappel des précédents de 1999 et du début des années 2000 marquées par 7 fermetures d’établissements, on en vient aux « principes » : fermeture des lycées à très faible effectif et au bâti très contraint, sobriété énergétique, transfert de l’intégralité des formations dans des lycées rénovés, augmentation de la capacité d’accueil globale des lycées professionnels, sécurisation du parcours des élèves. Tout va donc pour le mieux dans la meilleure des académies possibles.

Mais ce serait sans compter avec la partie 3, qui présente la carte cible. On y découvre par exemple que les élèves du lycée Valadon situé au nord de Paris dans le 18e arrondissement vont être « redéployés » au sud ouest dans le 16earrondissement (Cassin) et au sud est dans le 12(Lemonnier), une part seulement d’entre elles et eux étant redéployés dans l’arrondissement voisin (Laurencin, 19e). Cela est présenté, comme pour tous les autres établissements fermés, comme une « plus-value par rapport à la situation actuelle ». A aucun moment n’est évoquée la question des déplacements (la traversée de Paris, et sa portée socialement très symbolique). On gère des flux, pas des personnes, qu’il s’agisse des élèves ou des personnels. L’approche strictement comptable prend le pas sur toute autre considération humaine. Mais il est vrai que la population scolaire du lycée Valadon est quasi exclusivement faite de jeunes de la Goutte d’or, d’origine très majoritairement africaine. Leur demander d’aller dans le 16ème arrondissement, et dans le 12e  va en décourager beaucoup. Mais est-ce vraiment un souci ? Apparemment pas ! Ces élèves ne sont-ils pas quantité négligeable, puisque le document note qu’ils ne représentent, au total des lycées fermés, que « 1,6 % de l’effectif des lycéens publics à la RS 2022 » ? Des chiffres rien que des chiffres…
On ne peut que se rappeler l’histoire du lycée professionnel. Après y avoir supprimé en 2009 une année entière de formation scolaire lors du passage de la formation de quatre à trois ans, cyniquement au nom de l’égalité avec les lycées généraux et technologiques[2], après avoir réduit la part des enseignements généraux, on va quasiment supprimer une autre année de formation scolaire, avec l’annonce de périodes de stages de 32 semaines (soit une année scolaire complète !). Les décisions de carte scolaire dans l’académie de Paris pourraient, si  rien ne venait arrêter la machine gestionnaire de la dictature du chiffre, préfacer la chronique d’une mort annoncée du lycée professionnel.

________________________________________________________

[1]  Instance consultative, le CIEN réunit des représentants des collectivités territoriales, du conseil régional d’Ile de France notamment, de l’administration (les 3 recteurs d’Ile de France), des parents d’élèves et des organisations syndicales.

[2] Voir notre billet de blog : https://blogs.mediapart.fr/jean-pierre-veran/blog/230622/nouveau-souffle-pour-le-lycee-professionnel-un-angle-mort

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
Affaire « Paul Bismuth » : Sarkozy prend ses distances avec les autres prévenus
L’ancien président conteste avoir commis la moindre infraction, malgré des enregistrements diffusés par la cour d’appel de Paris indiquant le contraire. À l’entendre, il n’était « pas passionné de procédure pénale », à l’inverse de Thierry Herzog, son ami avocat, et de l’ex-magistrat Gilbert Azibert.
par Michel Deléan
Journal — International
Opération « Sauver Sarko » : un diplomate libyen rattrapé par la justice
Un diplomate libyen en lien avec les services secrets français a été mis en examen pour « corruption de personnels judiciaires étrangers ». Il a reconnu avoir servi d’intermédiaire pour essayer d’obtenir la libération d’un des fils de l’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi dans le but de servir les intérêts de Nicolas Sarkozy.
par Fabrice Arfi, Karl Laske et Antton Rouget
Journal
Drones, « exosquelettes » et nouvelles brigades : comment Darmanin va dépenser ses milliards
Les députés ont adopté mardi la version sans doute définitive de la Lopmi, ce texte qui fixe les objectifs et moyens des forces de l’ordre pour les cinq prochaines années. Elle prévoit une augmentation de leur budget de 15 milliards d’euros, dont la moitié sera consacrée à la numérisation de l’ensemble de leurs activités.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Prof harcelée par l’extrême droite : « Maintenant, il faut une protection policière pour réfléchir sur la fraternité ? »
Sophie Djigo, enseignante de philosophie en classe préparatoire à Valenciennes, a été la cible d’une campagne en ligne parce qu’elle organisait une sortie pédagogique auprès d’une association d’aide aux migrants à Calais. Dans un entretien à Mediapart, elle demande à l’Éducation nationale de « protéger les collègues ».
par Célia Mebroukine

La sélection du Club

Billet de blog
L’art nous empêche-t-il de construire un monde meilleur ?
L'art peut-il être un outil politique pour surmonter les crises environnementales et sociales que nos sociétés traversent ? A-t-il vraiment le pouvoir de créer de nouveaux récits pour amener une mutation profonde et nécessaire ? Non. Car dans un monde profondément individualiste, l'art est fondamentalement du côté des forces réactionnaires.
par Sébastien Piquemal
Billet de blog
Dominique Blanc porte haut « La douleur » de Marguerite Duras
L’actrice dit vouloir jouer encore et encore ce spectacle, « jusqu’ au bout ». Elle a raison. Ce qu’elle fait, seule en scène, est indescriptible. Thierry Thieû Niang l’accompagne dans ce texte extrême de Marguerite Duras créé sous le direction de Patrice Chéreau il y a bientôt dix ans.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Sans couronne se relever
Au cours de sa formation théâtrale, Suzanne de Baecque répond à un travail d’immersion en s’inscrivant au concours de Miss Poitou-Charentes. Avec Raphaëlle Rousseau pour complice, elle narre son expérience à partir des coulisses, observant ses concurrentes, les racontant pour mieux donner naissance à « Tenir debout », docu-fiction entre rire et larmes, premier spectacle magnifique.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Jean-Charles Richard et autres héros du jazz
Sur l’album L’Étoffe des Rêves, le saxophoniste Jean-Charles Richard converse avec le pianiste américain de jazz Marc Copland. La vocaliste Claudia Solal et le violoncelliste Vincent Segal les rejoignent. L’entente des deux leaders, le talent apporté par leurs renforts, façonnent un univers harmonique enchanteur. Et délivre, cet automne, un concert réel comme un songe.
par BRUNO PFEIFFER