Jean-Pierre Veran
formateur, expert associé France Education International (CIEP), membre professionnel laboratoire BONHEURS, CY Cergy Paris Université
Abonné·e de Mediapart

659 Billets

1 Éditions

Billet de blog 20 mai 2022

Projet éducatif de la NUPES : et la politique des savoirs ?

Le programme de la NUPES ne manque pas de propositions utiles pour réduire l’impact des origines scolaires sur les destins scolaires. Mais en dehors de nouveaux enseignements pratiques, il ne modifie pas l’équilibre actuel des savoirs enseignés, qui est un facteur actif de ségrégation scolaire.

Jean-Pierre Veran
formateur, expert associé France Education International (CIEP), membre professionnel laboratoire BONHEURS, CY Cergy Paris Université
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pour « reconstruire un école globale pour l’égalité et l’émancipation », la Nouvelle Union populaire, écologique et sociale propose une série de mesures cohérentes[1], visant notamment à ce qu’on ne puisse plus écrire que L’Ecole n’est pas faite pour les pauvres, comme l’a fait Jean-Paul  Delahaye en 2022 dans un essai où il plaide « pour  une Ecole républicaine et fraternelle »[2].

On retiendra à ce sujet un ensemble de choix politiques visant à réduire les inégalités d’accès aux savoirs si caractéristiques de notre Ecole actuelle : gratuité réelle des transports, activités périscolaires, manuels et fournitures scolaires sans marques, objectif de gratuité de la restauration scolaire en lien avec les collectivités, scolarisation des deux ans pour les parents qui le souhaitent en même temps qu’on crée un service public de la petite enfance avec une tarification progressive tendant vers la gratuite, renforcement des moyens de lutte contre les sorties précoces avec l’objectif « zéro décrocheur », établissement d’une nouvelle carte scolaire intégrant l’enseignement privé avec des contraintes de mixité sociale afin de lutter contre la ségrégation scolaire, augmentation des classes accueillant les élèves allophones, développement des personnels de santé scolaire, de vie scolaire, d’accompagnement des élèves en situation de handicap, pré-recrutement des enseignants permettant l’accès à cette profession d’étudiants venus de milieux populaires…

Cela n’est pas rien et cette rupture avec les politiques menées ces dernières années mérite d’être salué. Mais, quand on cherche dans le programme de la NUPES quelle serait la politique des savoirs, on ne trouve que des éléments fort parcellaires.

Certes le caractère unifié des contenus d’enseignement sera garanti. Pour « Faire de l’école le levier de la bifurcation écologique et démocratique » les contenus d’enseignement seront concernés :

  • « Intégrer l’enjeu écologique dans les programmes de la maternelle au lycée et introduire de nouveaux enseignements pratiques (réparation, construction, cuisine, jardinage…) (…)
  • Renforcer l’éducation à l’égalité, contre le sexisme et les discriminations, dans les programmes scolaires »

La NUPES s’engage également à « renforcer la prévention contre le harcèlement scolaire et la lutte contre les addictions » et à « formuler un projet « d’école globale » : rendre cohérent scolaire et périscolaire ».

On le voit, cette école globale ressemblera beaucoup, du point de vue des savoirs enseignés  à l’école d’hier et d’aujourd’hui, si l’on excepte les nouveaux enseignements pratiques, dont on ne peut que souhaiter l’introduction, mais dont on mesure qu’ils ne transformeront pas les grands équilibres maintenus depuis des décennies dans le domaine des savoirs enseignés.

Des disciplines sont déjà là et resteront là, des disciplines ne sont pas là et continueront d’être absentes. La NUPES ne parle que de programmes scolaires, en aucun cas elle n’évoque le curriculum des élèves, qui devrait intégrer, dans un objectif d’égalité et d’émancipation d’autres savoirs et compétences que les savoirs disciplinaires actuellement enseignés. En proposant de « rétablir le diplôme national du baccalauréat, abroger les contre réformes Blanquer du lycée et de la voie professionnelle », elle semble se contenter de revenir au statu quo ante, comme si le lycée pré-Blanquer et le baccalauréat pré-Blanquer étaient satisfaisants en terme d’égalité et d’émancipation.

Ce n’est pourtant pas la même chose que d’être élève et bachelier de l’enseignement professionnel ou de l’enseignement général. Cela ne vaudrait-il pas la peine au moins d’ouvrir la réflexion au sujet de cette partition si socialement marquée ?

Il est à craindre, si cette dimension curriculaire de l’éducation demeure absente de la réflexion politique, que les meilleures intentions du monde touchant à l’émancipation de tous n’arrivent pas à leur fin. Le savoirs actuellement enseignés ne sont pas socialement et culturellement neutres. Ils conviennent parfaitement à celles et ceux qui en connaissent tous les ressorts, et desservent celles et ceux qui n’en possèdent pas les clés. Ils ne sont pas également distribués à tous : certains sont assignés à des savoirs et interdits d’autres savoirs, les stratégies familiales  de réussite scolaire se construisent sur ces inégalités.

Il serait donc important que les futur.e.s élu.e.s de la nouvelle Assemblée nationale, quelle que soit leur affiliation partisane, s’engagent, comme le leur demande le CICUR[3],

  • à organiser dans leurs circonscriptions des consultations démocratiques sur ce que l’ École doit enseigner aux élèves pour les préparer aux défis du 21siècle,
  • à déposer une proposition de loi permettant d’ouvrir le débat à l’Assemblée nationale sur les finalités de l’École et la politique des savoirs et promouvant la nécessité d’une grande consultation nationale sur les finalités de l’École et la politique des savoirs, finalités et politique indépendantes du calendrier électoral, inscrites dans la Constitution.

_________________________________________________

[1] https://nupes-2022.fr/le-programme/

[2] Voir le billet du 12 février : https://blogs.mediapart.fr/jean-pierre-veran/blog/120222/j-p-delahaye-contre-l-ecole-des-impostures-pour-une-ecole-fraternelle

[3] https://curriculum.hypotheses.org/1396

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Inflation : en France, grèves partout, augmentations nulle part
Depuis des semaines, des arrêts de travail éclatent dans toute la France, et dans tous les secteurs. Le mot d’ordre est toujours le même : « Tout augmente sauf nos salaires. » Après des négociations décevantes, les travailleurs se mobilisent pour obtenir des augmentations à la hauteur de l’inflation.
par Khedidja Zerouali
Journal — Économie
Le risque d’une crise systémique de l’économie
Avec l’irruption de l’inflation s’engage une nouvelle phase de la crise du capitalisme. Désormais, celle-ci semble totale et multidimensionnelle. En trouver l’issue sera de plus en plus complexe. 
par Romaric Godin
Journal — États-Unis
Attaque du Capitole : Donald Trump plombé par un témoignage dévastateur
Une membre du cabinet de l’ancien président états-unien a témoigné mardi devant la commission d’enquête sur les événements du 6 janvier 2021. Elle affirme que Donald Trump savait que ses partisans étaient armés et qu’il a voulu les rejoindre.
par François Bougon
Journal
La crise politique de 2019 secoue encore la Bolivie
L’ancienne présidente par intérim, Jeanine Áñez, a été condamnée à 10 ans de prison pour non-respect de la Constitution et manquement à ses devoirs, pour s’être installée à la présidence sans en avoir le droit, en 2019, après le départ d’Evo Morales. Une procédure judiciaire loin d’être finie. 
par Alice Campaignolle

La sélection du Club

Billet de blog
Innovation et Covid : demain, rebelote ?
La quiétude retrouvée dans nos pays n’est pas de bon augure. S’il y a résurgence du Covid, tout est en place pour revivre ce qui a été si cruellement vécu: l’injustice dans l’accès aux vaccins à l’échelon mondial et le formatage de la gestion de la pandémie au gré des priorités économiques des pays riches et intérêts financiers des firmes pharmaceutiques ... Par Els Torreele et Daniel de Beer
par Carta Academica
Billet de blog
Pour un service public de santé territorial 3/3
Publié sur le site ReSPUBLICA et écrit avec Julien Vernaudon, le premier volet de cet article donnait le contexte historique, le second une analyse de la situation actuelle des professionnels de santé de premier recours et de leur évolution. Ce troisième et dernier volet propose la création d'un vaste et nouveau service public se santé territorial.
par Frédérick Stambach
Billet d’édition
Covid-19, 7ème vague : l'État se rend encore « fautif »
Une septième vague de contaminations au COVID-19 frappe la France. Alors que le tribunal administratif de Paris a reconnu l'État « fautif » pour son impréparation lors de la première vague, le gouvernement ne semble pas tenir compte des remarques passées ni des alertes de la société civile.
par Mérôme Jardin
Billet de blog
« Very bad trips » à l’Organisation mondiale du commerce
20 mois et 6 jours de négociations à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) pour finalement acter, une nouvelle fois, que le commerce prime sur la santé. L’OMC et l’Union européenne (UE) se gargarisent aujourd’hui d’un accord sur la levée temporaire des brevets (TRIPS) sur les vaccins anti-COVID.
par Action Santé Mondiale