Jean-Pierre Veran
formateur, expert associé France Education International (CIEP), membre professionnel laboratoire BONHEURS, CY Cergy Paris Université
Abonné·e de Mediapart

659 Billets

1 Éditions

Billet de blog 25 mai 2022

L’illettrisme demeure : une bonne raison de changer l’école !

Le rapport de la mission prospective sur l’illettrisme montre les résultats préoccupants d’une organisation scolaire qui peine à réduire ce phénomène, par une sorte d’ « impensé pédagogique ». Mais si l’on déplie cet impensé, on en vient à questionner le curriculum français et à souhaiter sa profonde transformation, comme le fait le CICUR.

Jean-Pierre Veran
formateur, expert associé France Education International (CIEP), membre professionnel laboratoire BONHEURS, CY Cergy Paris Université
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le rapport remis récemment par la mission prospective sur l’illettrisme[1] a l’avantage de ne rien cacher de la réalité : les inspecteurs généraux qui en sont les auteurs[2] observent une situation persistante qui devient préoccupante, des territoires, notamment ultramarins, plus touchés que d’autres, des jeunes qui ne sont pas pris en compte, et le renforcement du phénomène par l’innumérisme et l’inhabileté numérique. Ils soulignent notamment la faiblesse de la prise en compte de la difficulté scolaire au collège, une absence de vision stratégique globale, l’absence de coordination des actions conduites à l’école et en dehors d’elle, l’inégale information et implication des familles.

Dans la troisième partie du rapport, les inspecteurs généraux auteurs mettent en lumière « un impensé pédagogique qui grève toute réflexion » : il en est ainsi de la prise en compte minorée du stade préscolaire, de l’enjeu fondamental de la compréhension de l’écrit, qui engendre, notamment au collège frustration et relégation, jusqu’au lycée professionnel où, selon les auteurs, l’étau se resserre. Des apprentissages essentiels sont donc manqués, les liens pédagogiques entre l’oral et l’écrit sont trop distendus, les enjeux de l’endurance et de la polylecture mal envisagés. Quant à la formation des enseignants et des cadres dans ce domaine, elle est inégale et fragmentée. Les auteurs observent notamment que « la formation continue des enseignants s’est massivement développée ces dernières années autour de l’enseignement des fondamentaux ».

On s’attend alors à ce que les auteurs analysent en quoi la focalisation sur l’enseignement des fondamentaux pourrait être  génératrice d’illettrisme. Il leur suffirait pour cela d’avoir lu le rapport de leurs collègues de l’IGESR sur le cours moyen[3] : ils y dénoncent  en effet une hiérarchisation contre-productive des apprentissages. En français, par exemple, on s’attache plus au décodage et à la grammaire qu’à la compréhension de ce qu’on lit ou à l’expression écrite personnelle. Et l’on connaît les limites du décodage : apprendre que "a" se décode /a/ est une erreur pédagogique, comme le montrent manger, maudit, maigre, etc…  Il faudrait donc s’attacher non à un décodage mécaniste réducteur, mais au codage graphique qui permet de reconnaître le mot et son sens sans décodage lettre à lettre.

Cette approche instrumentale des prétendus enseignements fondamentaux, remettant à plus tard, c’est à dire pour certains à jamais,  l’accès à la compréhension de ce qui est écrit, et, par voie de conséquence à une part essentielle des cultures du monde, contribue à renforcer l’injustice de notre école. N’est-il pas révélateur que les auteurs du rapport observent que « l’étau se resserre au lycée professionnel » ? On voit bien comment notre école d’aujourd’hui crée des filières d’excellence dont elle s’enorgueillit mais aussi des filières de relégation, dont celle, extrême, de l’illettrisme, dont elle se préoccupe insuffisamment.

Au fond, ce que n’évoque pas le rapport de la mission prospective sur l’illettrisme, c’est la politique des savoirs à l’œuvre dans notre école. Dans une tribune publiée hier dans Le Monde[4], des membres du Collectif d’interpellation du curriculum (CICUR) appellent à « une nouvelle politique des savoirs, ambitieuse pour tous ». Tirant les leçons du passé, notamment l’échec d’assurer à toutes et tous un  socle commun de connaissances, de compétences et de culture prévu par la loi de refondation de l’école de 2013, les signataires demande une rupture avec l’école du tri et de la sélection sociale,  en donnant accès non plus à de prétendus fondamentaux générateurs d’échec mais  à une culture scolaire ouverte à toutes les cultures du monde : en un mot, ils proposent de transformer en profondeur le curriculum actuel fondé sur une hiérarchisation des savoirs qui renforce les inégalités d’origine sociale au lieu de les réduire. En terme de gouvernance, à l’inverse des auteurs du rapport qui appellent à « renforcer le pilotage national du dossier », les signataires expriment le souhait que le pilotage bureaucratique laisse place au respect du travail et des décisions collectives au niveau des écoles et des établissements scolaires en y associant les élèves et les familles. Comme l’observent les auteurs du rapport, « le modèle de l’organisation apprenante permettant une réflexivité sur les pratiques, fondée sur la coopération entre les équipes, n’est pas encore pleinement entré dans la culture scolaire ». Comment le pourrait-il quand les injonctions descendantes foisonnent, prescrivant d’un bout à l’autre de la scolarité non seulement ce qu’il faut apprendre, mais la méthode requise ? L’école actuelle est encore trop celle de la séparation entre les degrés, entre les établissements, entre les métiers, entre les disciplines et entre les élèves : les professeurs sont aussi formés dès le départ sous le régime de la séparation plutôt que sous celui de la coopération.

C’est avec ce modèle qu’il faudra rompre, pour que la future législature soit utile. Une rupture qui ne sera pas décidée et dessinée en cabinet, mais procèdera d’une vaste consultation démocratique où enfin les citoyennes et citoyens pourront débattre de ce qu’il convient d’apprendre aujourd’hui à l’école, en fonction de la société où ils souhaitent que leurs enfants sans exception puissent cultiver une riche relation à soi, aux autres, aux savoirs et à la planète. Une société où l’illettrisme sera éradiqué et non plus une fatalité à laquelle on se résigne encore aujourd’hui pour 2,5 millions de plus de 18 ans.

_______________________________________________________

[1] https://www.education.gouv.fr/mission-prospective-sur-l-illettrisme-326476

[2] Renaud FERREIRA de OLIVEIRA, Catherine MOTTET, Pascal-Raphaël AMBROGI, Thierry LEPAON &
Sophie TARDY

[3] Voir le billet de ce blog en date du 10 mai : https://blogs.mediapart.fr/jean-pierre-veran/blog/100522/l-enseignement-en-cm-au-scanner-de-l-igesr-le-leurre-des-fondamentaux

[4] https://www.lemonde.fr/education/article/2022/05/24/changer-l-ecole-pour-une-nouvelle-politique-des-savoirs-ambitieuse-pour-tous_6127411_1473685.html?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
Affaire Darty : cinq mises en examen pour blanchiment et association de malfaiteurs
En juillet 2021, Mediapart révélait un système d’encaissement illégal d’argent liquide au sein du groupe Fnac-Darty. Depuis, quatre directeurs de magasins Darty et un directeur régional ont été mis en examen. Selon de nouveaux documents et témoignages, de nombreux cadres dirigeants du groupe auraient eu connaissance de ces opérations réalisées dans toute la France, au-dessus des seuils légaux. 
par Nicolas Vescovacci
Journal — Maghreb
En Libye, l’impasse politique provoque la colère sociale
Un an et demi après le cessez-le-feu, le pays est bloqué, à nouveau divisé entre le camp du maréchal Haftar, à l’est, et le gouvernement reconnu par l’ONU, à l’ouest. À l’instabilité politique s’ajoute une crise sociale alarmante.
par Ariane Lavrilleux
Journal — Éducation
Au Burundi, un proviseur français accusé de harcèlement reste en poste
Accusé de harcèlement, de sexisme et de recours à la prostitution, le proviseur de l’école française de Bujumbura est toujours en poste, malgré de nombreuses alertes à l’ambassade de France et au ministère des affaires étrangères.
par Justine Brabant
Journal — Europe
L’Ukraine profite de la guerre pour accélérer les réformes ultralibérales
Quatre mois après le début de l’invasion, l’économie ukrainienne est en ruine. Ce qui n’empêche pas le gouvernement de procéder à une destruction méthodique du code du travail.
par Laurent Geslin

La sélection du Club

Billet d’édition
La révolution, le martyr et l’avenir
Comme toute chose périssable, une Révolution peut-elle vieillir ? Au rendez-vous des célébrations décennales, elle est convoquée au gré des humeurs présentes. La Révolution se met à la table des incertitudes du moment, quand elle n’est pas mobilisée en morphine mémorielle afin d’endormir les espérances d’émancipation encore vivaces.
par Amine K.
Billet d’édition
60 ans d’indépendance : nécessité d’un devoir d’inventaire avec la France
L’année 2022 marque les 60 ans de l’indépendance de l’Algérie. Soixante ans d’indépendance, un bail ! « Lorsqu'on voit ce que l'occupation allemande a fait comme ravage en quatre ans dans l'esprit français, on peut deviner ce que l'occupation française a pu faire en cent trente ans.» Jean Daniel  Le temps qui reste, éditions Plon, 1973.
par Semcheddine
Billet de blog
Abd el Kader au Mucem : une vision coloniale de l'Émir
La grande exposition de l'été du Mucem est consacrée à Abd el Kader, grand résistant algérien à l’invasion coloniale. On pourrait y voir le signe d'une avancée dans la reconnaissance du caractère illégitime de l'entreprise coloniale. Il n'en est rien. Derrière une beauté formelle se dissimule la même vision coloniale du « bon » rebelle Algérien, à l'opposé des « mauvais fellaghas » de 1954.
par Pierre Daum
Billet de blog
Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !
[Rediffusion] Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste qui se tiendra au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Au menu : apologie de la colonisation, révisionnisme historique et glorification des généraux qui, pour défendre l’Algérie française, ont pris les armes contre la République, le 21 avril 1961.
par O. Le Cour Grandmaison