"Atypical" : un nouveau portrait des personnes autistes

Une analyse critique par des psychiatres de la série "Atypical" diffusée par Netflix.

psychiatryonline.org Traduction de "Atypical: A Novel Portrayal of Individuals With Autism Spectrum Disorder" - 6 mars 2020 -

Joo-Young Lee , M.D., M.S., Zhuoheng Deng , M.D.

atypical
Atypical est une série comédie réalisée par Netflix sur un lycéen américain de 18 ans atteint de troubles du spectre autistique (TSA), un syndrome neurodéveloppemental caractérisé par des comportements restreints et répétitifs et des troubles de la communication sociale (1). Au cours des trois dernières décennies, un nombre croissant d'émissions de télévision ont dépeint des personnes autistes, avec plus ou moins de précision. En général, ces émissions ont propagé des croyances et des stéréotypes erronés sur les TSA et n'ont pas réussi à rendre compte de la riche gamme de phénotypes sur l'ensemble du spectre (2). Parmi les fausses croyances et les stéréotypes figurent la généralisation excessive selon laquelle les personnes autistes sont des experts en science et l'idée fausse que les TSA sont une affection réversible. Cet article examine le récit de "Atypical", comment il reflète la science actuelle sur les TSA, et ses limites.

Atypical se prête à un examen parce qu'il rend compte avec plus de précision de la diversité et de l'expérience des personnes autistes. Tout d'abord, Atypical décrit la trajectoire clinique chronique du TSA à travers les crises d'anxiété récurrentes de Sam dans le contexte du transfert de sa sœur dans une autre école, de la surcharge sensorielle et du rejet par ses pairs. Deuxièmement, contrairement aux personnages autistes qui sont généralement présentés comme ayant un intérêt pour les domaines liés aux mathématiques ou aux sciences, Sam aime son activité créative - l'illustration. Ce rituel d'apaisement, utilisé de manière répétée pour faire face à son anxiété, se transforme en une compétence magistrale. Troisièmement, Atypical souligne que les personnes autistes peuvent aspirer à des relations. L'obsession de Sam pour les pingouins de l'Antarctique est présentée comme un répit imaginaire du stress de l'interaction sociale, plutôt que comme son indifférence sociale. Sam évacue ces stress et ces frustrations lors de ses séances hebdomadaires de psychothérapie, où il apprend également à lire entre les lignes et à utiliser des pieux mensonges. Enfin, Atypical montre que les patients autistes peuvent atteindre un niveau élevé d'indépendance, même sans surprotection éventuelle des soignants. Cela peut potentiellement être atteint lorsque les patients utilisent des ressources psychosociales, telles qu'un groupe dirigé par un spécialiste. Par exemple, Sam découvre sa force dans l'illustration et reçoit un soutien à la fois émotionnel et pratique lors de sa candidature à l'université au sein d'un tel groupe. Ce soutien auxiliaire permet aux parents et à la sœur de Sam de se décharger d'une partie de leur charge de proches aidants et de se concentrer sur leurs problèmes relationnels et professionnels.

Atypical a ses limites. Elle a reçu des commentaires négatifs de la part de la communauté des autistes concernant un acteur neurotypique jouant Sam et le manque d'acteurs autistes (3). On craint également que les scènes comiques d'Atypical fassent rire ses spectateurs de Sam plutôt qu'avec Sam (4). En outre, comme Sam est représenté comme un personnage au fonctionnement relativement élevé, ne prenant pas de médicaments psychotropes et ne présentant pas de comorbidités communes, comme des troubles épileptiques (5), il ne représente pas correctement tous les individus du monde réel atteints de TSA. Les joies et les peines qu'Atypical entend transmettre pourraient ne pas trouver d'écho chez les patients les plus sévères.

Malgré ces limites, Atypical est remarquable parce qu'il s'efforce de donner une représentation plus réfléchie des personnes autistes en intégrant des voix de la communauté des autistes et en faisant appel à d'autres acteurs, consultants et dramaturges autistes dans la production. Les auteurs attendent avec impatience la troisième saison d'Atypical, espérant être témoins des nuances de la maturation émotionnelle de Sam alors qu'il s'adapte aux normes sociales de l'université.

Le Dr Lee est résident en deuxième année et le Dr Deng en troisième année du programme de résidence en psychiatrie de l'Université du Maryland/Sheppard Pratt, à Baltimore.

Références

1. American Psychiatric Association: Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders, 5th ed. Washington, DC, American Psychiatric Association, 2013 CrossrefGoogle Scholar

2. Conn R, Bhugra D: The portrayal of autism in Hollywood films. Int J Cult Ment Health 2012; 5:54–62 CrossrefGoogle Scholar

3. Nordahl-Hansen A, Øien RA, Fletcher-Watson S: Pros and cons of character portrayals of autism on TV and film. J Autism Dev Disord 2018; 48:635–636 CrossrefGoogle Scholar

4. Moss H: My autistic opinion: Atypical is a stereotypical representation of autism. HuffPost Aug 11, 2017. https://www.huffpost.com/entry/my-autistic-opinion-atypical-is-a- stereotypical-representation_ b_598e2e04e4b0ed1f464c0abd Google Scholar

5. Levy SE, Giarelli E, Lee LC, et al.: Autism spectrum disorder and co-occurring developmental, psychiatric, and medical conditions among children in multiple populations of the Unites States. J Dev Behav Pediatr 2010; 31:267–275 CrossrefGoogle Scholar

Atypical Saison 3 | Bande-annonce VF | Netflix France © Netflix France


Les représentations de l'autisme à la télévision ne présentent pas tout le spectre

  • 7 nov. 2017

Utile rappel de la diversité de l'autisme : ce n'est pas dans les séries TV qui cette diversité est montrée. Un point de vue d'Alison Singer

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.