BD Autisme : Couleur d'Asperge - le jour où j'ai découvert que j'étais Asperger

Une belle BD aux couleurs douces, au trait clair, sur le parcours de Lusun, jeune fille, du collège au travail. Le dessin est de Géry, le scénariste est Drajka, lui-même Asperger.

Je suis passé prendre une commande chez mon libraire. J'écoutais d'une oreille distraite France Inter où bavardaient François Hollande et Matthieu Sapin, au sujet de la dernière BD de ce dernier. En attendant ma commande, je regarde une des tables de BD, et effectivement "Le Ministère secret. T.1 Héros de la République", de Joann Sfar et Mathieu Sapin, semble plaisant. Emballé, c'est acheté.

BD Couleur d'Asperge BD Couleur d'Asperge
A côté, une autre BD : Couleur d'Asperge - le jour où j'ai découvert que j'étais Asperger. Un petit coup d’œil. Encore une histoire de nana aspie. Cela peut être sympathique, mais je ne m'attends pas à y apprendre grand chose. Et je ne peux pas me payer toute la littérature de témoignages sur le sujet (je n'ai pas le temps). Bon, c'est une BD, ce sera vite lu, je suis dans un bon jour et ... le scénariste, aspie, est un mec. Il est précisé au dos : "Ce récit de fiction, fortement inspiré de la vie du scénariste Drajka ..." Emballé, c'est acheté.

Je me suis régalé, esclaffé avec "Héros de la République". Ne voilà-t-il pas d'ailleurs que débarque notre Aspie de service, Greta herself !
Héros de la République © Joan Sfar, Mathieu Sapin Héros de la République © Joan Sfar, Mathieu Sapin

Ce sera certainement moins drôle avec la Couleur d'Asperge. Je m'y mets enfin par esprit militant.

Mais j'ai été très vite ému jusqu'aux larmes.

Lusun, "l'héroïne", asperge en chinois - ce qui nous vaudra quelques gags -, a quand même beaucoup de chance. Elle arrivera à avoir un ami fidèle au lycée. Et surtout, miracle à inscrire au livre des records, la psychologue du CMP (centre médico-psychologique) pré-diagnostiquera quasi instantanément son syndrome d'Asperger.

Vous pouvez lire le début de la BD sur le site des éditions Glénat.

Lusun est donc envoyée chez le conseiller principal d'éducation.
PlancheA_415316.jpg

La conclusion de l'entretien chez le CPE :

Héros de la République © Joan Sfar, Mathieu Sapin Héros de la République © Joan Sfar, Mathieu Sapin
Cela me rappelle le directeur du collège, qui rencontre la mère de ma fille, professeure documentaliste dans l'établissement. Il lui dit, scandalisé : "J'ai croisé L. dans la cour, elle pleurait. Je lui ai dit bonjour. Elle ne m'a pas répondu. C'est inadmissible. Cela mérite une sanction !"

Évidemment, il n'y avait pas de diagnostic (il est intervenu à 21 ans), sa prosopagnosie (difficulté à identifier les visages) assez classique chez les personnes autistes n'avait pas été identifiée. Car, dans cette histoire, se mêle la manifestation de 7 ans de harcèlement et de galère au collège/lycée, et le fait que L. n'avait sûrement pas identifié qu'il s'agissait du directeur de l'établissement. Mais que penser de l'insensibilité qui conduit à mettre en avant le respect hiérarchique pour un élève en pleurs.

Cela m'a aussi ému que l'ami de Lusun, pur miracle dans sa scolarité, était "typé". L. aussi n'était capable de reconnaître, dans sa section de master d'une vingtaine d'étudiants, que l'étudiante chinoise !

Dans la critique du site Les notes, il est indiqué : "Usant d’une palette de couleurs limitée aux nuances de gris-bleu, parfois éclairé de bistre, un dessin très sobre rend bien les expressions des personnages. Offrant un aspect général proche du manga (...)" Ah oui, le manga, un intérêt spécifique (que je préfère à "restreint") assez fréquent.

Drajka, le scénariste, a rédigé 6 excellentes pages d'explication à la fin de la BD, avec des conseils tirés de son expérience personnelle. Il exprime à un moment ce qu'il présente comme un point de vue "strictement personnel" sur la différence fille/garçon et la non-binarité/transidentité (pp.76-77). Je suis intrigué par ce qu'il dit de la différence H/F en matière de neurones miroirs. En ce qui concerne la non binarité, on peut se reporter pour la France à l'enquête d'Asperansa (pp.44-45) où l'hétérosexualité ne concerne que la moitié des répondants. Voir l'analyse par Amélie Tsaag Varlen.

Je contesterai deux points :

  • p.75 : la disparité H/F ne peut pas être attribuée qu'aux errances du diagnostic. D'ailleurs, le déséquilibre H/F pour le syndrome d'Asperger était classiquement plutôt proche d'1 F pour 11 H . Voir par exemple l'article de Spectrum News sur le sex-ratio dans l'autisme, qui estime qu'il restera à 3 H pour 1 F.
  • p.79 : j'ai souri devant l'expression "J'ai personnellement bénéficié d'un RQTH de 30 heures par semaine". La reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé, attribuée par la CDAPH (commission des droits et de l'autonomie des personnes handicapées), ne rentre pas dans ces considérations. Il vaudrait mieux dire : "grâce à ma RQTH, j'ai obtenu de mon employeur un emploi à temps partiel de 30 heures par semaine".

Je ne résiste pas - c'est l'inconvénient de s'attacher aux points de détail - à signaler deux fautes d'orthographe : une dans une bulle, une autre à la fin. Mais c'est peut-être un piège pour faire réagir le lecteur pointilleux.

PS : il y avait aussi une coquille dans "ses considérations". Ce n'était pas un piège...


Un des personnages sympa est le petit frère de Lusun. Ci-dessous, une chanson que j'aime bien du jeune frère d'un aspie.

Influençable - Clément Saenz © Clément Saenz


Drajka remercie l'Association "Action pour l'Autisme Asperger"

actions-pour-lautisme-asperger

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.