Jean Vinçot
Association Asperansa
Abonné·e de Mediapart

1554 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 sept. 2022

Jean Vinçot
Association Asperansa
Abonné·e de Mediapart

Les leçons à tirer de l'ocytocine des syndromes liés à l'autisme

Période critique : Le spray nasal d'ocytocine pourrait offrir les plus grands avantages au début de la vie, lorsque les synapses du cerveau sont capables de se remodeler plus facilement.

Jean Vinçot
Association Asperansa
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

spectrumnews.org Traduction de "Oxytocin lessons from autism-linked syndromes: A chat with Christian Schaaf and Ferdinand Althammer"

Les leçons à tirer de l'ocytocine des syndromes liés à l'autisme : Une discussion avec Christian Schaaf et Ferdinand Althammer 


Peter Hess - 7 septembre 2022

  • Expert : Christian Schaaf, professeur, Université de Heidelberg
  • Expert : Ferdinand Althammer, chercheur postdoctoral, Université de Heidelberg
Spray nasal © robin_24 - https://www.flickr.com/photos/robin24/5222119114/in/photostream

Un essai clinique tardif et très médiatisé publié l'année dernière a tempéré les espoirs d'utiliser l'ocytocine comme traitement pour les enfants autistes en montrant que l'hormone sociale ne fonctionne pas mieux qu'un placebo pour améliorer les comportements sociaux. De plus, une analyse ultérieure des participants à cette étude a montré que les niveaux d'ocytocine dans le sang n'ont aucun rapport avec les variantes dans ou près des gènes qui codent l'ocytocine et son récepteur.

Mais l'ocytocine pourrait quand même aider les personnes atteintes des syndromes de Prader-Willi ou de Schaaf-Yang, qui sont tous deux liés à l'autisme, et l'étude de l'hormone dans ces populations pourrait apporter des informations précieuses aux chercheurs sur l'autisme, affirment Christian Schaaf, professeur de génétique humaine, et Ferdinand Althammer, chercheur postdoctoral dans le laboratoire de Schaaf à l'université de Heidelberg en Allemagne. Environ 25 % des personnes atteintes du syndrome de Prader-Willi sont autistes, et jusqu'à 90 % des personnes atteintes du syndrome de Schaaf-Yang.

Dans un article publié en août dans Translational Psychiatry, Schaaf et Althammer ont décrit la voie à suivre pour la recherche de thérapies à base d'ocytocine pour les personnes atteintes de ces pathologies. Spectrum s'est entretenu avec eux des leçons plus générales à tirer pour le domaine de l'autisme.

Cette interview a été modifiée pour des raisons de longueur et de clarté.  

Spectrum : Qu'est-ce qui vous fait penser que l'ocytocine pourrait être une thérapie appropriée pour les personnes atteintes des syndromes de Prader-Willi et de Schaaf-Yang ?

Christian Schaaf : Le syndrome de Schaaf-Yang est causé par des mutations du gène MAGEL2, qui est également l'un des gènes manquants dans le syndrome de Prader-Willi. Des études portant sur des modèles de souris MAGEL2 knockout de Prader-Willi et de Schaaf-Yang ont montré des changements dans la signalisation de l'ocytocine. L'ocytocine peut sauver certains phénotypes des souris knockout MAGEL2, tels que des problèmes d'alimentation et une discrimination sociale altérée, et une étude marquante de 2017 a montré que l'ocytocine intranasale peut améliorer l'alimentation et les compétences sociales chez les nourrissons atteints du syndrome de Prader-Willi.

S : Après l'échec de l'essai clinique de l'année dernière chez les enfants autistes, pourquoi continuer à poursuivre l'ocytocine ?

Ferdinand Althammer : Le traitement intranasal à l'ocytocine s'est révélé très prometteur dans un grand nombre d'études cliniques par le passé. Cependant, le dosage, le contexte, les paradigmes et les cohortes de patients étaient souvent radicalement différents, ce qui rendait toute comparaison directe impossible. Si l'échec du récent essai de phase 3 a été une grande déception pour la plupart des gens, certains chercheurs semblaient moins surpris. Comme Charles Ford et Larry Young l'ont souligné dans leur commentaire de février, le contexte semble être la clé du traitement de l'autisme par l'ocytocine. Ainsi, il semble possible que l'ocytocine intranasale ne soit bénéfique que pour un petit nombre de personnes dans des situations très spécifiques, mais les experts s'accordent à dire que cette forme de traitement doit toujours être accompagnée d'une thérapie comportementale.

S : Comment des facteurs tels que l'âge des participants à l'essai affectent-ils les résultats ?

FA : Les thérapies à base d'ocytocine semblent avoir plus de succès chez les personnes plus jeunes. Il semble plausible qu'un traitement précoce permette à certains circuits neuronaux d'être remodelés ou ajustés au cours du développement du cerveau, ce qui pourrait potentiellement améliorer certains des problèmes comportementaux observés. Toutefois, il convient d'étudier plus avant le moment exact du début ou de la fin de cette période, ainsi que le mécanisme de plasticité cérébrale qui sous-tend ce phénomène potentiel.

S : Qu'est-ce qui doit changer dans la recherche sur l'ocytocine pour l'autisme ?

CS : Nous devons abandonner l'idée d'une intervention thérapeutique "unique" et nous concentrer sur une médecine personnalisée, spécifique au patient. L'autisme n'est pas une condition unique, mais un groupe de conditions qui sont génétiquement et autrement extrêmement hétérogènes. Certaines personnes pourraient tout simplement ne pas répondre du tout au traitement par ocytocine intranasale. Nous avons besoin de nouvelles études corrélatives qui tiennent compte de l'étiologie génétique et des relations génotype-phénotype. Nous devons également nous demander : quand et comment les personnes réagissent-elles le mieux au traitement par ocytocine ?

FA : En outre, nous avons besoin de recherche fondamentale pour mieux comprendre les circuits neuronaux sous-jacents qui répondent à l'ocytocine intranasale, ainsi que pour étudier le rôle des récepteurs de l'ocytocine dans les astrocytes, un type de cellule longtemps négligé dans la recherche sur l'ocytocine.

S : Quelles sont les prochaines étapes pour votre équipe ?

FA : Nous étudions le rôle des récepteurs astrocytaires de l'ocytocine chez les souris modèles MAGEL2 afin de comprendre leur contribution à la signalisation ocytocinergique dans le cerveau. En outre, nous prévoyons de déchiffrer les circuits cérébraux exacts : lesquels présentent le plus grand décalage entre les fibres d'ocytocine, les récepteurs d'ocytocine et la libération ultérieure d'ocytocine par rapport aux animaux de type sauvage ?

Nous supposons que certains circuits cérébraux, tels que le noyau accumbens de l'hypothalamus ou le septum latéral de l'hypothalamus, sont particulièrement sensibles aux changements dans la signalisation de l'ocytocine et sont donc des structures cibles prometteuses pour améliorer les traits causés par un système ocytocinergique dysfonctionnel.

CS : En outre, le tout premier modèle de rongeur du syndrome de Schaaf-Yang a récemment été généré : un rat avec une mutation tronquée du gène MAGEL2. Ce nouveau rat fournira des données sans précédent sur le système de l'ocytocine dans le syndrome de Schaaf-Yang. L'étude de bons modèles animaux ayant une bonne validité de construction et une bonne validité apparente sera une pièce importante du puzzle permettant de comprendre le rôle de l'ocytocine dans les syndromes de Prader-Willi et de Schaaf-Yang.

Citer cet article : https://doi.org/10.53053/ETOC2648

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)


 Le lien entre l'ocytocine et l'autisme, explications

10 janvier 2022 - L'ocytocine, "hormone sociale" semble jouer un rôle dans l'autisme. L'administration par voie intranasale comme traitement de l'autisme, se traduit par des résultats contradictoires.

Ocytocine et autisme : articles blog Mediapart

Ocytocine, la molécule du "bonheur" : post du forum d'Asperansa

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Journal
Corruption : le géant Airbus accepte de nouveau de payer pour éviter des procès
Affaire Sarkozy-Kadhafi, Kazakhgate : le groupe d’aéronautique échappe à toute poursuite grâce au paiement d’une amende de 15,8 millions d’euros, selon un accord trouvé avec le Parquet national financier. Des associations anticorruption dénoncent les abus de la justice négociée à la française.
par Fabrice Arfi et Yann Philippin
Journal
À Bruxelles, la France protège la finance contre le devoir de vigilance
Dans une note confidentielle, la France supprime toute référence au secteur financier dans la définition de la « chaîne d’activités » couverte par le devoir de vigilance dans la directive européenne en préparation. Bercy dément vouloir exonérer les banques. Les États se réunissent jeudi 1er décembre à ce sujet. 
par Jade Lindgaard
Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Noémie Calais, éleveuse : ne pas trahir l’animal
Noémie Calais et Clément Osé publient « Plutôt nourrir » qui aborde sans tabou et avec clarté tous les aspects de l’élevage paysan, y compris la bientraitance et la mort de l’animal. Entretien exclusif avec Noémie.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Abattage des animaux à la ferme. Nous demandons un réel soutien de l’Etat
Solidarité avec Quand l’Abattoir Vient A la Ferme : Depuis 2019, la loi autorise les éleveurs, à titre expérimental, à abattre leurs animaux à la ferme. Ils n’ont toutefois bénéficié d’aucuns moyens dédiés et doivent tout à la fois assurer les études technique, financière, économique, sanitaire. Respecter les animaux de ferme est une exigence collective. Nous demandons un réel soutien de l’État.
par Gaignard Lise
Billet de blog
L’animal est-il un humain comme les autres ?
Je voudrais ici mettre en lumière un paradoxe inaperçu, et pour commencer le plus simple est de partir de cette célèbre citation de Deleuze tirée de son abécédaire : « J’aime pas tellement les chasseurs, mais il y a quelque chose que j’aime bien chez les chasseurs : ils ont un rapport animal avec l’animal. Le pire étant d’avoir un rapport humain avec l’animal ».
par Jean Galaad Poupon
Billet de blog
Canicule : transformer nos modes d’élevage pour un plus grand respect des animaux
L’association Welfarm a mené cet été la campagne « Chaud Dedans ! » pour alerter sur les risques que font peser les vagues de chaleur sur la santé et le bien-être des animaux d’élevage. Après des enquêtes sur le terrain, des échanges avec les professionnels de l’élevage, des discussions avec le gouvernement, des députés et des eurodéputés, Welfarm tire le bilan de cet été caniculaire.
par Welfarm