APL en temps réel : une "réforme" catastrophique

Une réforme de l'aide au logement catastrophique pour les bénéficiaires. Reportée pour éviter une réaction en même temps que la réforme des retraites !

Delightful, Windows II, London © Luna TMG Delightful, Windows II, London © Luna TMG

Il y a un peu plus de 6 millions de bénéficiaires d'une aide au logement (APL, ALF, ALS).

Le nouveau mode de calcul entraînerait la suppression de l'aide au logement pour 600.000 personnes, et une diminution pour 1,2 millions. Donc suppression ou diminution pour près d'un tiers des bénéficiaires actuels.

Il n'y a pas de changement de mode de calcul pour à peu près 20% des personnes : étudiants et travailleurs indépendants.

En effet, pour les étudiants, continue à s'appliquer l'application d'un plancher de ressources, visant à diminuer l'aide au logement sur la base de ressources fictives.

Pour les travailleurs indépendants, l'aide continuera à être appliquée sur les ressources de l'année N-2 (2018 en 2020).

Pour les bénéficiaires de l'aide au logement au titre d'une accession à la propriété (moins de 10% ) , le nouveau mode de calcul ne devait intervenir qu'en juin 2020.

Il doit donc y avoir une diminution de l'aide au logement pour 1,8 million de personnes, sur un peu plus de 4 millions concernées par la réforme en janvier 2020.

J'ignore les raisons "techniques" avancées par la CNAF (caisse nationale des CAF) pour reporter la réforme au 1er avril 2020, alors qu'il y a déjà eu un long report en 2019.

Par contre, il y a une raison politique manifeste : s'attaquer aussi frontalement aux bénéficiaires des aides au logement n'est franchement pas opportun alors qu'il y a une opposition massive à la réforme des retraites.

C'est donc la stratégie du salami qui est appliquée : chacun son tour.

Après les allocations chômage - une "tuerie" suivant L. Berger de la CFDT -, les retraites, l'aide au logement, et puis ensuite l'AAH, qui serait incluse dans le RUA (revenu universel d'activité).

Autrement dit, les pauvres sont traités les uns après les autres. Les riches aussi, mais plus rapidement (impôt sur la fortune, prélèvement fiscal, baisse de la cotisation retraite). Et pas dans le même sens.

Voir un décryptage de la réforme : Réforme de l'aide au logement : le diable se niche dans les détails

NB : il y a des consignes pour diminuer l'impact politique de cette nouvelle réglementation. Pat exemple, si un bénéficiaire de l'AAH avec 80% de taux de handicap percevait la MVA (majoration de vie autonome), celle-ci devra lui être maintenue même s'il n'y a plus d'aide au logement (alors que c'est une condition légale). Mais çà ne va pas durer !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.